Que dit la recherche ?

Flux RSS

Les tablettes tactiles dans l’enseignement : premières études

Résumé :
L’usage des tablettes dans l’éducation est encore récent et il faut être prudent avant d’envisager la généralisation de cet outil. Quelques études recensées au niveau international montrent que l’intérêt des tablettes dépend notamment des applications logicielles disponibles et de ses usages en situation de mobilité. Il est recommandé de s’assurer de la pertinence pédagogique des applications en amont, de sélectionner des objets (vidéos, etc.) ni trop longs, ni trop complexes à manipuler, et de tirer parti de la connectivité des tablettes, par exemple, en faisant interagir les élèves sur un quiz via l’outil numérique.

Recommandations :

  • Rester prudent quant à la généralisation des tablettes dans l’enseignement, être attentif aux résultats des expérimentations en cours et suivre les évolutions technologiques de cet outil.
  • S’assurer de la pertinence pédagogique des applications pour les tablettes, en analysant l’offre d’applications en amont, à partir des revues publiées notamment sur des sites éducatifs et universitaires.
  • Pour un usage nomade, sélectionner des contenus adaptés à l’apprentissage mobile, c'est-à-dire ni trop longs, ni trop complexes à manipuler (par exemple, ne pas dépasser une dizaine de minutes pour les vidéos).
  • Tirer parti de la connectivité des tablettes, en invitant les élèves à interagir avec les contenus proposés par l’enseignant via leur outil numérique.

par Mônica Macedo-Rouet *

Les tablettes tactiles ont fait leur entrée dans les établissements scolaires français depuis à peine un an. Le site Educnet recense sept expérimentations au niveau national, qui concernent des écoles, collèges et lycées (consulter le menu « Voir aussi »). Alors que ces expérimentations se développent, il est encore trop tôt pour en tirer des conclusions concrètes, affirme Michèle Monteil, chef de projets « Tablettes » à la direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO-A3) du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative (MENJVA). Concernant la recherche scientifique, peu d’études existent sur l’impact des tablettes dans l’enseignement et l’apprentissage. Nous en avons recensé quelques-unes, au niveau international, qui font état du potentiel des tablettes et de leur acceptabilité par les élèves dans un cadre scolaire et universitaire.

Ces études soulignent l’importance des applications logicielles et de leur adaptation à l’enseignement, l’intérêt de la mobilité dans l’usage des tablettes, et la perception positive, mais aussi critique, des élèves vis-à-vis de cette technologie.

 

L’importance des applications logicielles

Une équipe du Teachers College de l’université de Columbia vient de réaliser deux études pilotes pour évaluer la perception d’étudiants de licence et de lycéens sur les fonctionnalités de différentes applications de lecture électronique. Les participants ont pu tester les applications dans le cadre d’activités scolaires. Les résultats, présentés au colloque 2011 de l’Association américaine de recherche en éducation, montrent que les retours des élèves ont été globalement positifs, mais certains d’entre eux ont souligné l’absence de fonctionnalités spécifiques pour le travail pédagogique dans ces applications conçues pour le « grand public ». L’idée d’adopter la tablette comme outil de lecture dans le cadre de travaux pédagogiques ne faisait donc pas l’unanimité parmi les élèves des classes analysées.

À l’université Duke, l’une des premières à mettre en place un programme de prêt d’outils mobiles à l’ensemble de ses 13 000 étudiants et 2 500 enseignants, un rapport récent souligne le grand intérêt suscité par les tablettes. Au cours de l’année 2010-2011, plus de 2 000 prêts ont été réalisés pour 30 tablettes mises à disposition à titre expérimental. L’une des applications les plus appréciées est celle qui permet de faire voter de façon anonyme des centaines d’étudiants dans un amphi, sur des questions posées par le professeur. Mohamed Noor, professeur de biologie à Duke, explique sur son bloc-notes (blog) qu’avec les tablettes et ce système de vote, le taux de réponse atteint entre 60 et 70 %, alors qu’habituellement seuls 10 % des étudiants lèvent la main pour voter. L’intérêt selon lui est de faire participer les étudiants plus activement au cours, de mesurer leurs connaissances initiales par un quiz en début de séance, et d’obtenir un bilan plus réaliste des connaissances, car l’option « je ne sais pas » peut être choisie sans crainte, de façon anonyme. Le professeur donne aussi d’autres pistes d’usages de la tablette sur un autre billet de son bloc-notes.

 

Mobilité et besoins particuliers

La mobilité et la facilité d’emploi sont justement les critères qui ont permis à des élèves porteurs de handicaps de progresser sur leurs acquis, comme le rapporte Nirvi Shah dans la revue Education Week. L’auteur présente notamment le cas d’une élève trisomique utilisant une tablette avec une application développée pour des autistes mais qui s’est avérée très adaptée également à ses besoins. L’application aide l’élève à formuler des mots et des phrases, à partir d’illustrations et de phrases toutes faites, tout en s’appuyant sur le design simple et accessible de la tablette. Seul bémol, le prix de l’application (190 euros). Mais l’article de Mme Shah mentionne aussi d’autres applications d’intérêt pour les élèves porteurs de handicap.

Par exemple, les élèves de l’Institut des jeunes sourds de Pennsylvanie utilisent quotidiennement la tablette dans le cadre d’un programme d’apprentissage de la lecture. L’une des applications disponibles sur leurs tablettes permet de créer des connexions claires entre les mots en anglais et les mots en langue des signes. Grâce à ce programme, qui inclut différentes méthodes et outils en plus de la tablette, les élèves de l’Institut ont des performances supérieures à la moyenne nationale des élèves sourds. 

Dans le domaine de l’éducation médicale, une équipe de l’université de Southampton a montré que les tablettes peuvent être très utiles à la communication entre médecins et patients, et à la recherche. Ils ont équipé la salle d’attente d’un hôpital avec une tablette qui affiche un questionnaire à remplir par le patient avant de voir le médecin. Les données du questionnaire sont simultanément transmises à l’imprimante, pour une lecture préalable par le médecin, et à une base de données qui évalue les facteurs de risques d’ostéoporose.

Les principaux avantages constatés de l’usage de tablettes étaient :

  • de rendre plus rapide le recueil et l’analyse des données du patient,
  • une manipulation facile même pour les patients plus âgés,
  • la simplicité du dispositif, car le clavier tactile est intégré à l’outil.

Une étude de Luvai Motiwalla (université de Massachusetts) montre que les étudiants sont prêts à embrasser l’apprentissage mobile (en l’occurrence, un système de liaison des téléphones portables à l’espace numérique de travail), pourvu que le design de l’interface soit suffisamment simple et intuitif, et que les contenus soient adaptés à ce mode de travail. Par exemple, que les granules d’apprentissage ne dépassent pas une dizaine de minutes pour les enregistrements vidéo.

 

Les expérimentations en France

Dans les sept expérimentations identifiées par le ministère de l’Éducation nationale, différentes activités pédagogiques sont prévues : la création littéraire (académie de Bordeaux), l’acquisition et l’échange d’informations (académie de Créteil), la maîtrise de la langue (académie de Grenoble), les manuels numériques (conseil général des Hauts de Seine), les usages d’Internet (conseil général de la Corrèze), le soutien scolaire (département du Rhône) et le multimédia éducatif (ville du Puy-en-Velay). Il est encore trop tôt pour avoir des retours d’usages de ces expériences (mises en place entre septembre 2010 et février 2011), mais leurs sites Internet donnent parfois des détails sur les projets mis en place et des informations sur les possibilités d’usages pédagogiques des tablettes. Ils sont accessibles à partir du dossier Educnet.

La chef de projets « Tablettes » à la DGESCO, Michèle Monteil, souligne la nécessité de rester prudent par rapport aux conclusions sur l’usage des tablettes dans l’enseignement. « La tablette est un outil prometteur pour l’avenir, mais encore peu adapté aux besoins de l’Éducation nationale, cela dépendra de l’évolution de plusieurs paramètres (systèmes d’exploitation multiples, évolutions technologiques – microprocesseurs – batteries, richesses des connecteurs, entre autres) et des constats réalisés dans les lieux expérimentaux », affirme-t-elle. Les premiers résultats devraient être connus courant de l’année scolaire 2011-2012.

Mme Monteil précise encore que deux problèmes fondamentaux restent à résoudre :

  1. La multiplication de matériels de ce type dans un établissement pose la question de la présence permanente et importante du réseau sans fil (WIFI) dans les établissements.
  2. L’Éducation nationale s’est dotée de réseaux sécurisés pour échanger des fichiers dans l’établissement et d’Espaces numériques de travail (ENT) pour accéder entre autres à ces fichiers depuis la maison, les tablettes devront donc être compatibles avec ces structures. 

 

Pistes d’usage

Trois documents donnent des pistes commentées pour l’usage pédagogique des tablettes :

  • Savilla Banister, enseignante à l’université Bowling Green (États-Unis), analyse une vingtaine d’applications dédiées et génériques pour les tablettes et baladeurs numériques, de la maternelle au lycée (voir références). Pour cela, elle s’appuie sur une revue d’études sur l’apprentissage mobile. Cependant, les applications suggérées sont en anglais.
  • Un dossier du serveur suisse de l’éducation, Education.ch, signalé par Educnet, donne des suggestions d’activités pédagogiques et liste des applications éducatives pour les tablettes, dont une dizaine en français.
  • Le centre départemental de documentation pédagogique des Hauts de Seine (CDDP-92) maintient une rubrique d’actualités et donne des pistes concrètes d’usages pédagogiques d’applications pour la tablette iPad.
  • Le bloc-notes du CRDP du Limousin, qui accompagne l’opération de déploiement en Corrèze, donne également des pistes d’usage.

 

Recommandations

  • Rester prudent quant à la généralisation des tablettes dans l’enseignement, être attentif aux résultats des expérimentations en cours et suivre les évolutions technologiques de cet outil.
  • S’assurer de la pertinence pédagogique des applications pour les tablettes, en analysant l’offre d’applications en amont, à partir des revues publiées notamment sur des sites éducatifs et universitaires.
  • Pour un usage nomade, sélectionner des contenus adaptés à l’apprentissage mobile, c'est-à-dire ni trop longs, ni trop complexes à manipuler (par exemple, ne pas dépasser une dizaine de minutes pour les vidéos).
  • Tirer parti de la connectivité des tablettes, en invitant les élèves à interagir avec les contenus proposés par l’enseignant via leur outil numérique (par exemple, en votant ou en répondant à des quiz).

* Mônica Macedo-Rouet - titulaire d'un doctorat en sciences de l'information et de la communication, ex-secrétaire de rédaction de la revue en ligne ComCiencia

date de publication : 09/06/2011

Flux RSS
Références bibliographiques :
- Banister S. (2010), “Integrating the iPod Touch in K-12 education: Visions and vices”, Computers in the Schools, 27(2), 121-131.
- Duke Digital Initiative Report Fall 2010, publié en février 2011, disponible sur : http://cit.duke.edu/pdf/reports/ddifall2010.pdf "
- Motiwalla L. F. (2007), “Mobile learning: A framework and evaluation“, Computers & Education, 49(3), 581-596.
- Shah N. (2011), “Special Education Pupils Find Learning Tool in iPad Applications“, Education Week, v30 n22 p1, 16-17 Mar 2011.
- Yuan T., Chae H. S., Natriello G. J., Nantwi J. & Garg P. (2011, April), “Not Ready for School Time: High School Students' Experiences With an iPad E-Book Reader“, presented at the annual meeting of the American Educational Research Association, New Orleans, LA.
- Zhang P., Recio A., Wills G., Smitham P., Gilbert L., Santer M., Kanani M. and Grange S. (2011), “Catch Before a Fall – an iPad Application for Osteoporosis Risk Assessment“, IADIS e-Society, 10-13 March, Avila, Spain.
- Zhou Z., Yuan T., Chae H. S. & Agnitti J. (2011, April), “iPad e-reader apps: How effectively do they support academic work“, presented at the annual meeting of the American Educational Research Association, New Orleans, LA.

 

Commenter