Que dit la recherche ?

Flux RSS

Les Wikis et les réseaux sociaux pour développer l’argumentation

Résumé :
Maud Tournery, chargée de médiation et de communication scientifique à l'Observatoire de Lyon, discute ici de l’usage pédagogique des wikis et des réseaux sociaux, de l’école primaire au lycée. Des études empiriques permettent en effet de penser que les compétences écrites des élèves, leurs capacités à argumenter et à tenir un débat tendent à s’améliorer grâce à l’usage des wikis et des réseaux sociaux.

Recommandations :
• Encourager le débat d’idées dans les réseaux sociaux pédagogiques, tout en expliquant aux élèves que le désaccord fait partie des discussions académiques et qu’il est important de respecter l’avis d’autrui.
• Dans les projets de wiki, définir les rôles des élèves à l’intérieur des groupes (par exemple, coordinateur, relecteur et surveillant technique).
• A la fin de chaque séance de travail, laisser des commentaires sur chaque partie du wiki travaillée : remarques, conseils, corrections à faire, etc.
• Pour les élèves à l’école primaire en particulier : débuter le projet par une réflexion en groupe sur un support qui servira de trame pour la création et le développement du wiki (par exemple, une carte heuristique). Cela permet d’avoir une vision synthétique du wiki sans avoir à naviguer.

par Maud Tournery *

Les wikis et les réseaux sociaux font de plus en plus l'objet d'études qui cherchent à déterminer l'intérêt de ces outils collaboratifs pour l'enseignement et l'apprentissage. Apprendre de manière collaborative en ligne peut permettre d'étendre et d'approfondir l'apprentissage, de tester de nouvelles idées tout en les partageant au sein d'une communauté, et de recevoir des retours constructifs et critiques. Les réseaux sociaux et les wikis pourraient en outre permettre l'accès à des ressources extérieures sans contrainte de temps ou de déplacement.
Nous aborderons ici l'usage des wikis et des réseaux sociaux pour un objectif spécifique : l'amélioration des compétences écrites et l'apprentissage de l'argumentation par les élèves de différents niveaux scolaires, de l'école primaire au lycée.

Argumentation et débat dans un réseau de collégiens

Nicholas Lawrence et Joe O'Brien, de l'Université du Kansas (États-Unis), ont étudié l'utilisation d'un réseau social dans lequel des lycéens devaient débattre sur les raisons pouvant justifier une guerre. Au total, 300 collégiens (4e), issus de 3 Etats différents (Kansas, Missouri, Texas) ont participé à l'étude. Répartis en groupes, les élèves ont d'abord participé à une séance de remue-méninges pour établir une liste d'une dizaine de raisons possibles. Ils ont ensuite étudié des situations hypothétiques basées sur des faits historiques. Par exemple : « Vous avez des informations vous laissant penser qu'une personne peut être dangereuse pour votre pays. Vous jugez la personne, sans en référer à vos compatriotes. Est-ce acceptable et, si oui, sous quelles conditions ? » Cet exemple s'inspire directement du jugement par les tribunaux militaires, en secret, de terroristes présumés sous le gouvernement Bush, méthode ayant finalement été jugée anticonstitutionnelle aux États-Unis.
À force de débats de 20 à 30 minutes via le réseau social, les étudiants ont pu présenter une liste de 5 raisons, chacune appuyée par des faits historiques. Notons que les enseignants avaient en permanence une visibilité sur les actions des élèves sur la plateforme. Les auteurs ont retiré deux résultats principaux de cette étude :

  • alors qu'au début de l'étude, la plupart des collégiens considéraient le fait d'être en désaccord avec les autres comme irrespectueux, la quasi-totalité des adolescents a compris, en fin d'étude, que le désaccord fait partie des discussions académiques et ont apprécié les débats avec leurs camarades ;
  • la participation dans les discussions et la compréhension du sujet ont augmenté au cours de l'étude.

Non seulement les collégiens ont bien appris à argumenter mais ils ont aussi approfondi leurs connaissances sur l'histoire. Le réseau créé pour les objectifs de l'étude est accessible sur invitation : www.justwar.ning.com.
Les réseaux sociaux peuvent ainsi permettre d'apprendre à argumenter, à condition d'établir des règles claires pour le débat. En utilisant l'écriture comme moyen de communication, les technologies du web social peuvent également développer les compétences écrites, du moins telle est l'hypothèse investiguée par d'autres chercheurs.

 

Les wikis et l'argumentation chez les élèves de cycle 3

Brian Morgan, professeur à l'Université d'Etat de New-York et Richard Smith, enseignant dans une école primaire du district de Williamsville (Etat de New York), ont ainsi conçu et testé un projet de wiki pour encourager les élèves à rédiger collaborativement des dossiers thématiques. Leur wiki a été nommé « Writing Colab » (laboratoire d'écriture collaborative).

Initialement, les élèves devaient faire des recherches sur un sujet de leur choix. Ensuite, ils devaient créer des pages de présentation multimédia sur le wiki afin de partager leurs découvertes avec leurs camarades et les deux professeurs. Dans ce projet, la révision des textes est devenue pour les élèves partie intégrante du processus de rédaction. La production éditoriale d'un wiki s'est transformée en un objet d'apprentissage en soi.

Les résultats montrent que les échanges écrits entre élèves, via les corrections et commentaires, ont eu un rôle primordial pour renforcer les relations entre auteurs et lecteurs, rendant plus concrets les objectifs d'une rédaction et les raisons d'écrire.
Le nombre d'ébauches d'articles a augmenté au cours de l'étude, ainsi que le nombre de révisions des articles en réaction à des commentaires de pairs (cohérence, orthographe, ajout de contenu). La facilité d'édition du wiki permettait de poster des articles à différents stades d'avancement (liste d'idées, plan, article rédigé, etc.). Le wiki a facilité également les échanges avec des interlocuteurs tout au long de la rédaction de l'article. Enfin, le forum d'entraide a donné aux élèves la possibilité d'avoir assez rapidement une réponse en ligne à leurs questions, renforçant ainsi un sentiment de communauté. Richard Smith conclut que le wiki encourage les élèves à s'investir dans l'écriture.

Des résultats similaires ont été observés par Alain Désilets et son équipe du Conseil national de recherches du Canada. Leur étude portait sur l'usage d'un wiki par des élèves de CE2, CM1 et CM2, plus particulièrement sur la conception et la rédaction d'une narration. Les élèves étaient répartis par groupes de 2 à 5 enfants pour 6 séances de 90 minutes, hors temps scolaire. Chaque groupe développait un wiki.

Lors de la phase de conception de l'histoire (1 séance), les élèves ont travaillé sur la définition du sujet et la création d'une carte de concepts. Lors des 5 séances suivantes, ils ont été amenés à éditer des textes et des images sur le wiki.

Spontanément, les élèves ont fait des allers-retours entre leur carte et leur wiki pour se répartir les pages à créer, visualiser l'avancement de l'histoire numérique sur la carte ou encore expliquer leur histoire aux autres groupes. Ils ont également aidé leurs camarades lorsque c'était nécessaire, créant au final des productions écrites complètes répondant aux consignes de départ. Un sentiment de communauté s'est créé au sein de chaque groupe et autour de chaque histoire.

D'après les auteurs, la réussite de cette activité nécessite de définir des rôles au sein des groupes, et notamment un rôle de coordinateur dans les groupes de plus de 4 élèves, afin de permettre une meilleure cohésion d'ensemble de l'histoire finale. Le coordinateur effectue une relecture de l'ensemble de l'histoire pour ajuster les textes écrits par les différents auteurs. Les commentaires de l'enseignant sont également très importants, car perçus par les élèves comme une valorisation de leur travail et un moyen de progresser dans leur rédaction.

L'intérêt pédagogique des wikis semble se confirmer selon ces études. Cependant, d'autres études soulèvent des écueils à éviter. C'est le cas de l'étude de Lindsay Grant, chercheuse à l'Université de Bristol. Elle a mené une recherche auprès d'élèves de CM2 dans le cadre de la création d'un wiki sur le thème des innovations technologiques depuis 1950. Pendant 3 semaines, par groupe de 6 à 9 personnes, les élèves devaient faire des recherches et ensuite présenter, à travers leur wiki, l'impact de la technologie dans un domaine particulier.

Contrairement à l'attendu, les élèves se sont en majorité contentés de faire une synthèse ou une juxtaposition des informations trouvées en ligne, sans échanger ni développer de nouvelles idées. Pour éviter ce problème, l'auteur recommande d'encourager explicitement la réflexion et les échanges d'idées dès le début du projet. Par exemple, poser des questions aux élèves telles que : « Quel a été l'impact des innovations technologiques dans la vie quotidienne depuis 1950 ? Imaginer votre vie sans ces innovations. »
L'auteure a aussi constaté que les élèves tendent à éprouver un fort sentiment de « propriété » vis-à-vis de leur production, ce qui crée parfois des conflits. Afin d'éviter ce problème, il est important d'apprendre aux élèves les règles d'un travail collaboratif et d'insister en début de projet sur la différence entre la réalisation d'un wiki collaboratif et un devoir individuel écrit en classe. Le wiki appartient au groupe, le devoir écrit à l'élève. Les modifications doivent donc se faire en groupe.

Cela implique par exemple :

  • de ne pas laisser un élève supprimer une partie rédigée par un autre élève sans son accord préalable ;
  • de respecter les règles de politesse sur le forum.

Conclusion

Les wikis et les réseaux sociaux en ligne participent de l'apprentissage de l'argumentation mais aussi des compétences d'écriture, particulièrement en termes de cohérence et de lisibilité textuelle, critères sur lesquels les lecteurs font rapidement des retours. En co-construisant une production finale, les élèves apprennent à échanger, à se soumettre à l'opinion d'autrui et à respecter les règles du débat. Le wiki est un outil relativement facile d'utilisation mais qui nécessite de la part de l'enseignant un travail constant de modérateur et de facilitateur des échanges.

* Maud Tournery - Chargée de médiation et de communication scientifique - Observatoire de Lyon

date de publication : 05/11/2014

Flux RSS
Références bibliographiques :
Wheeler S., Yeomans P. & Wheeler D. (2008), “The good, the bad and the wiki: Evaluating student-generated content for collaborative learning”, British Journal of Educational Technology, vol. 39, n° 6, p. 987-995
Désilets A. & Paquet S. (2005), “Wiki as a Tool for Web-based Collaborative Story Telling in Primary School: A Case Study”, EdMedia, World Conference on Educational Multimedia, Hypermedia & Telecommunications, Montréal, Québec, Canada, June 27 - July 2
Lawrence N., O’Brien J. (2011), “Diplomacy in Action: Interstate Student Diplomats Collaborate to Determine What Justifies War”, in Bastiaens T. & Ebner M. (Eds.), Proceedings of World Conference on Educational Multimedia, Hypermedia and Telecommunications, p. 2474-2479
Morgan B., Smith R. D. (september 2008), “A Wiki for Classroom Writing”, The Reading Teacher, vol. 62, n° 1, p. 80-82

 

Commenter