Témoignages

Flux RSS

Atelier d'échecs avec le TNI en CM2

Catherine Broch, professeure des écoles, démontre comment un atelier d’échecs mis en œuvre à l’aide du TNI (tableau numérique interactif) permet de développer de multiples attitudes et compétences transversales chez ses élèves de CM2 de l’école Aristide-Briand de Charenton-le-Pont (94)

L’origine du projet

Le projet d’école avait comme intitulé « De l’écoute à la réflexion » afin de lutter contre les problèmes d’attention, de concentration que rencontraient les enfants de nos classes, et qui, de ce fait, entraînaient des difficultés de réflexion lors des apprentissages.
Dans ce cadre, j’ai décidé de mettre en place dans ma classe un atelier d’échecs.

Le déroulement de l’activité

L’activité se déroule en trois phases et dure environ 45 minutes.
Dans un premier temps, nous réactivons les connaissances acquises au cours des séances précédentes puis je propose aux enfants une situation-problème. Ce sera l’occasion de découvrir un nouveau déplacement des pièces, une nouvelle tactique de jeu. Nous en discutons ensemble, nous émettons des hypothèses, nous les vérifions ensuite sur l’échiquier préparé sur le TNI et nous en tirons une règle que nous enregistrons.
Ensuite, je leur propose individuellement une série de six exercices qui les obligent à réinvestir ce que nous venons de découvrir. Nous corrigeons et discutons de toutes les solutions proposées collectivement.
Pour finir, les enfants prennent plaisir à jouer à l’aide des jeux classiques, du TNI, de l’échiquier mural. Pendant ce temps, je vérifie qu’ils appliquent bien les règles du jeu, qu’ils reproduisent le dernier déplacement vu.
Enfin, nous concluons en évoquant ce qui s’est bien passé, ce qui a posé problème au cours des parties jouées pour envisager les prochaines séances.

Les apports du tableau interactif

Jouer une partie d’échecs à deux sur le TNI est une activité que chacun se dispute.
Pour les enfants, c’est un outil motivant. Se tromper, déformer une pièce sont autant d’actions à corriger, de comportements à modifier qui mettent les enfants dans des situations de recherche et d’expérimentation face à cet outil. Ils s’adaptent très vite et réagissent positivement face à l’erreur. Écrire avec le stylet, passer du stylet au sélecteur, glisser/déposer, revenir en arrière, effacer une erreur, tourner des pages sont autant d’actions que les élèves maîtrisent. Et pourtant, ils jouent !

Les bénéfices pour l’enseignant

Le fait de pouvoir préparer à l’avance toutes ces situations sur fichier et de les projeter autant de fois que nécessaire sur le tableau permet une plus grande réactivité dans la classe, une plus grande clarté pour les élèves et suscite une curiosité croissante chez les enfants. Moins de temps morts, de préparation et de manipulation face aux enfants, cela nous aide à mobiliser leur attention plus longtemps.
Le fait de pouvoir mémoriser nos écrits et garder des traces consultables à tout moment donne une dimension nouvelle à notre travail. Le tableau à craie ne le permettait pas, l’échiquier mural non plus.

Catherine Broch

date de publication : 20/10/2010

Flux RSS