Témoignages

Flux RSS

Deux méthodes d'utilisation des tablettes pour la lecture analytique

Regards croisés sur les pratiques pédagogiques de deux professeures de lettres au collège, développées autour de la lecture analytique et s’appuyant sur l'utilisation des tablettes numériques.

L’origine du projet

Muriel Strentz, tutrice, et Aurélie Izquierdo, fonctionnaire stagiaire, toutes deux professeures de lettres dans des collèges du centre-ville de Toulon, sont animées de la même volonté de conduire une « pédagogie de l’engagement ». L’usage des tablettes numériques leur a semblé propice pour favoriser le travail en petits groupes coopératifs, pour changer le statut de l’erreur et pour repositionner l’enseignant vis-à-vis des élèves. Elles ont souhaité élaborer une activité de lecture analytique s’appuyant sur ces outils, en classe de 6e pour Muriel Strentz et en classe de 4e pour Aurélie Izquierdo.

Le déroulement de l'activité

Dans les deux classes, les élèves sont installés en « îlot ». Chaque groupe récupère la tablette qui lui est affectée. Il y trouve ou retrouve les documents préparés par l’enseignant ainsi que ses propres productions. Dans les deux cas, les applications installées permettent aux élèves de produire des textes, de s’enregistrer ou encore de créer leur propre bande dessinée. Pour la classe d’Aurélie Izquierdo, les conditions matérielles (pas de réseau informatique dans cette partie du collège) ne permettent pas de connecter à Internet les tablettes. Cette contrainte a modifé la façon dont les séances se sont organisées. Ainsi, il a été nécessaire de programmer, en première partie de la séance, un temps d’échanges sans tablette pour permettre aux élèves d’appréhender collectivement les tâches à effectuer. Pour la classe de Muriel Strentz, l’accès à internet, grâce à un dispositif spécifique de « portail captif » simple et fonctionnel, met à disposition les fiches et les ressources préparées par l’enseignante depuis un « arbre à bulles » créé à l'aide d'un outil de curation. Cette fonctionnalité favorise une plus grande autonomie et un engagement plus direct. Les élèves sont actifs et peuvent avancer à leur rythme. Dans cet optique, un médiateur est désigné pour chaque groupe. Il facilite les échanges entre le groupe et l’enseignante sans que celle-ci ne doive « imposer le silence » au risque de briser la dynamique de travail des autres groupes. En exploitant la fonctionnalité « Commentaire » de l'outil de curation, les élèves partagent leurs productions et « rendent » leur travail à l’enseignante. Dans la séance, au moment opportun, des temps collectifs permettent aux élèves de s’exprimer devant la classe et d’échanger plus directement entre les groupes.

Les aspects techniques

Adaptés aux effectifs des deux classes, les packs prêtés par l’atelier Canopé de Toulon (9 tablettes, une malle de rechargement et de synchronisation, un accès wifi et internet pour l’une des deux situations) permettent la constitution de groupes de 3 élèves. Pour l’accès internet, le dispositif de type « classe mobile » (point WIFI, connecté à un serveur d’authentification, lui-même relié au réseau de l’établissement) est assez rapidement rendu opérationnel en début de séance. Un temps de concertation entre les enseignantes et l’équipe de l’atelier Canopé a permis de cerner les besoins fonctionnels ; disposer sur chaque tablette des textes et des fiches de consignes, pouvoir utiliser des dictionnaires, permettre la saisie de notes écrites ou orales et de commentaires, disposer d’un traitement de texte. Un point crucial est la mise à disposition de documents par l’enseignant, le partage entre les élèves et enfin la récupération du travail des élèves. Différents modes opératoires ont été testés, les outils de partage de fichiers en ligne ou encore l’envoi par mél. Finalement, c’est l’utilisation de la solution la plus « intégrée » dans l’écosystème qui est retenue. L’utilisation des fonctions de « commentaire » de l'outil de curation facilite le travail collaboratif entre les élèves qui sont connectés. Aucune protection particulière des fichiers et du travail n’a été nécessaire. Les différentes classes qui ont partagé les tablettes n’ont pas subi de pertes ou d’effacements de documents. Les tablettes ont pu être préparées, les applications ont été installées. Tout au long de la préparation, avant même la mise à disposition des packs, une tablette a été confiée à chaque enseignante afin qu’elles puissent s’y familiariser. Ce temps a été bénéfique, il a permis de prendre confiance dans les possibilités comme de cerner les limites de l’outil.

Les apports des TICE

Ce projet permet à chaque élève, quelles que soient ses « facilités » disciplinaires ou procédurales (maniement de la tablette et des applications), de contribuer très personnellement au travail du groupe. On a remarqué que les échanges entre élèves changent de registre pour rentrer dans une vraie collaboration entre pairs. Ce projet développe en tout premier lieu l’estime de soi et le respect des autres. Ainsi, chaque élève se sent utile au travail du groupe. Ces échanges entre pairs permettent de progresser « ensemble ». Des élèves habituellement en retrait se sont investis non seulement dans cette séquence mais aussi dans les autres cours. En proposant des activités mobilisant plusieurs sens et facultés, ces outils permettent aux élèves de s’insérer dans le travail selon les meilleures de leurs dispositions.

Les compétences mises en œuvre

  • Maîtrise de la langue française : « L’expression comique de la discorde dans des scènes de vie quotidienne au théâtre »
  • Problématique littéraire : « Quelle force critique permet l’écriture et la mise en scène d’un théâtre comique de la discorde ? »
  • Maîtrise des outils et services numériques
  • Autonomie et initiative

Aurélie Izquierdo et Muriel Strentz

date de publication : 15/04/2015

Flux RSS