Témoignages

Flux RSS

L'usage des tablettes en classe de svt

Marie-Amélie Sivade-Blanc, enseignante de SVT au collège Jean Moulin de Lyon, utilise les tablettes tactiles afin que les élèves rédigent leurs comptes-rendus d’expérimentations réalisées en classe.

Le contexte de l’activité

Le collège a été doté fin 2012 par le Département du Rhône d’un ensemble de 64 tablettes. Les enseignants de SVT ont fait le choix de s’approprier progressivement ces outils et de les intégrer dans leur enseignement en les mettant à disposition des élèves au début de certains cours, faisant l’hypothèse que ces tablettes sont susceptibles d’en améliorer le déroulement. La séquence présentée se passe dans une salle avec un aménagement spécifique aux SVT. Une tablette dûment préparée avant le début du cours est mise à disposition de chaque binôme qui va s’en servir sur la totalité de la séquence. Les élèves habitués à ces tablettes en classe en ont très rapidement maîtrisé le fonctionnement.
La disposition des tables de la salle en blocs rectangulaires facilite les déplacements des élèves et surtout du professeur qui peut ainsi aller d’un binôme à un autre pour aider les activités tout en conservant un contrôle des usages des tablettes.

Le déroulement de l’activité

La séquence présentée concerne une classe de 5e de 24 élèves et porte sur une expérimentation de la digestion in vitro de l’amidon. Après distribution des matériels, les élèves découvrent le protocole sur leur tablette, effectuent les expériences requises, prennent des photos, rédigent un compte rendu qu’ils doivent envoyer au professeur tout en conservant une trace écrite destinée à leur cahier personnel et ils terminent par un quiz (du type : « La transformation des aliments en nutriments se fait grâce à une action chimique/une action des enzymes digestives/une action des levures/une action mécanique? ») permettant des évaluations personnelles et/ou collectives de la compréhension du sujet.

Les aspects techniques

Le professeur doit disposer de l’ensemble des tablettes opérationnelles (ici, une douzaine) toutes chargées en énergie et pourvues des applications nécessaires. Dès les expérimentations mises en place sur les tables pour chaque binôme, les élèves commencent par lire les consignes écrites accompagnées des illustrations nécessaires puis peuvent procéder en parallèle à leurs travaux d’expérimentation et à leurs prises de notes au fur et à mesure de l’avancement dans le protocole. Les photos sont prises aisément et intégrées dans leur compte rendu qui peut prendre la forme soit de rubriques dans un tableau à compléter (mentions écrites, colorations à l’aide d’une palette), soit de phrases de commentaires rédigées en traitement de texte.
La fonction quizz finale est accessible par un code donné par le professeur qui va recueillir toutes les réponses à quatre questions afin de faire un comptage individuel et collectif lui permettant d’évaluer la bonne compréhension de la séance (pourcentage de réussite instantané).
Les tablettes sont restituées par chacun à la sortie.
Pour le professeur, il ne faut pas sous-estimer le temps de préparation ( important, même si l’habitude devrait faire gagner du temps), le poids de la logistique (transport du chariot de stockage et de chargement des tablettes, problème de sécurisation contre le vol) ainsi que la nécessité d’une borne wifi.
Un système en option permet de connecter toutes les tablettes à un écran-maître pour des observations ou corrections collectives, mais aussi d’envoyer des informations du professeur vers les écrans des élèves.

Les compétences mises en œuvre

Les élèves sont amenés à utiliser un outil numérique intégrant plusieurs fonctionnalités (appareil photo ou caméra vidéo, traitement de textes, présentation de documents, connexion), à pratiquer une démarche expérimentale, à manipuler, à communiquer scientifiquement tout en acquérant des notions sur l’organisation fonctionnelle du corps humain. La séance met en œuvre, de façon motivante, plusieurs domaines importants de la compétence 3 de l’acquisition d’une culture scientifique.

Les apports des TICE

Pour les élèves, une telle appropriation de tablettes en SVT est un gage de motivation, s’agissant d’un outil technologique très simple, immédiatement opérationnel. Les comptes rendus semblent rédigés plus rapidement. Il est facile de revenir en arrière, de refaire une photo, de reprendre la rédaction d’une phrase.
Pour l’enseignant, la séquence lui semble plus dynamique et les résultats sensiblement meilleurs. L’évaluation des comptes rendus est facilitée.
L’usage des tablettes est jugé extrêmement rentable (voire « impressionnant ») lors de sorties (géologiques par exemple). Elles trouvent leur pleine utilisation dans les prises de vues qui sont réutilisables en classe avec grand profit, permettant ensuite de faire des dessins légendés.

Marie-Amélie Sivade-Blanc

date de publication : 25/10/2013

Flux RSS