Témoignages

Flux RSS

Utilisation de tablettes tactiles en primaire

Alain Jourdan, professeur des écoles, participe à une expérimentation de tablettes tactiles conduite par la mission TICE et le CRDP de l’académie de Grenoble en liaison avec la DGESCO, avec ses élèves de CM2 de l’école des Dauphins de Bernin (38).

Le contexte

L’outil informatique fait partie intégrante de la vie de ma classe depuis longtemps. J’ai très rapidement constaté l’impact pédagogique de l’ordinateur, quel que soit le niveau de classe, notamment pour les élèves les plus fragiles scolairement. Depuis 12 ans, j’ai équipé ma classe au fil des années avec du matériel de récupération. Celle-ci comporte actuellement 14 ordinateurs en réseau, connectés à Internet, une imprimante et un scanneur, ce qui permet d’intégrer ce matériel au quotidien dans les apprentissages au gré des besoins.

Le déroulement de l'activité

Les élèves peuvent travailler avec les tablettes numériques en fonction des activités proposées à tout moment de la journée et dans toutes les matières. Quelques rituels ont été mis en place, notamment la découverte de l’emploi du temps de la journée le matin à 8h30, envoyé par courriel par l’enseignant à chaque élève, ainsi que l’envoi du travail à la maison par l’élève lui-même afin de le retrouver à son domicile.

Les aspects techniques

Chaque élève et l’enseignant possèdent une tablette tactile. Deux bornes Wifi sont installées dans la classe et activées lorsque les tablettes sont en service. Le matériel est récupéré chaque soir afin d’être rangés dans un endroit sécurisé. Un système de multiprises permet une recharge facile des tablettes lorsque c’est nécessaire.

Les apports des TICE

Ils sont nombreux, très forts et de tous ordres :

  • Motivation, rapidité de mise au travail, augmentation de la concentration et de la durée de celle-ci, autonomie des élèves avec l’outil, vitesse d’appropriation et aisance d’utilisation (cet outil fait partie de leur univers et ne leur pose aucun problème).
  • Rapport au travail bouleversé pour les élèves. Leur regard face au travail scolaire change : ils ne le subissent plus mais se l’approprient, l’apprécient, et en profitent donc bien plus. L’école et le travail scolaire deviennent, comme les activités de loisirs (choisies), un lieu, un moment et une source de plaisir, de motivation. Les élèves (re)trouvent le goût d’apprendre grâce à un outil adapté à leur génération et au monde dans lequel ils vivent depuis leur naissance.
  • Facilité de préparation du travail pour l’enseignant, différenciation plus facile, suivi individualisé de l’élève facilité.

Les compétences mises en œuvre

Elles sont nombreuses et dans toutes les matières de par les possibilités offertes par l’outil et les applications ou services disponibles : Evernote, Dropbox, Internet, messagerie électronique ainsi qu’un exerciseur en maths et français. Elles sont également importantes dans les domaines liés aux compétences transversales de par l’autonomie possible mais aussi par l’obligation d’utiliser et de manier les tablettes avec précaution.
Du point de vue informatique, les compétences du B2i sont mises en œuvre sans même s’en rendre compte. Tout comme le petit enfant marche après quelque semaines ou mois d’essais-erreurs au gré de ses journées, de ses besoins de déplacements, la maîtrise de l’outil informatique se fait non par des séances dédiées mais par une vraie utilisation répondant à de vrais besoins dans toutes les matières du programme.

Quelques limites, contraintes ou points faibles posant question

  • La solidité de ces tablettes tactiles.
  • L’impact du Wifi sur la santé.
  • Le risque de fatigue visuelle due au travail sur écran.
  • La quantité beaucoup moins importante d’écrit sur papier.

Dans la durée, l’engouement restera-t-il le même ? Les bienfaits constatés sur les apprentissages et la relation élève-travail scolaire seront-ils durables ?

Alain Jourdan

date de publication : 20/04/2011

Flux RSS