Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 CITOYENNETÉ
Dossier
Présentation - Historique - Principes fondateurs Qui est citoyen ?  - Organisation administrative et territoriale -
Assemblées, tribunaux, magistratures
- Droits et devoirs - Valeurs démocratiques - Références - Tous les textes -
Activités
Calendrier et lieux (collège) - Démocratie antique et démocratie moderne (lycée) - La frise du Parthénon

sommaire du site

L'Assemblée : le "point de vue" des citoyens

Disposition


Au V° siècle, les citoyens, massés sur la Pnyx regardent vers le nord. La tribune est en bas. Sous leurs yeux, l'orateur, l'agora, la cité...


Au IV° siècle, les citoyens regardent vers le sud. La tribune est en haut. Ils tournent le dos à l'agora et à la cité...

 

Comment les citoyens s'installaient-ils ? La Pnyx est un lieu de parole et de pouvoir dans lequel, en cherchant à convaincre ses concitoyens, chacun peut influer sur le destin de sa cité. La disposition et la répartition des présents ont donc leur importance, qu'il s'agisse de l'orateur, des auditeurs où de ceux qui sont chargés de faire respecter la régularité des débats. Question de point de vue, en somme.

On ne trouve dans les textes aucune trace de regroupement pouvant évoquer une appartenance à des partis politiques, rien d'équivalent à une "gauche" et à une "droite", par exemple. Mais les gens se plaçaient-ils pour autant au hasard ? Quelques lectures nous laissent penser qu'on se regroupait probablement par affinités et que ces sympathies devaient reposer, entre autres, sur des idées politiques partagées. On peut aussi se douter que les hommes politiques les plus en vue étaient entourés par un groupe de partisans.

Les fouilles effectuées ont fait apparaître des emplacements de sections. On a pu en déduire que les citoyens étaient ainsi rangés par tribu ou par trittye mais nous n'avons là dessus aucune certitude. On sait seulement qu'à partir du IV° siècle, les tribus devaient à tour de rôle assurer la protection de l'orateur. Tous les citoyens membres de la tribu de service devaient donc se regrouper devant la tribune pour faire masse et empêcher toute manœuvre d'intimidation.

Plus intéressante est l'orientation des citoyens et de la tribune. Au V° siècle (photo 1), la foule des citoyens était tournée vers le nord. Outre que cette disposition leur permettait de voir l'orateur d'en haut, elle offrait aussi à leurs regards le panorama de l'Agora et de l'Acropole, lieux clés de la politeia athénienne.
Dès le début du IV° siècle, on réaménagea complètement la Pnyx ; on installa des bancs de bois fixes disposés en demi-cercle et, surtout, on sculpta une tribune dans le roc, en haut de la colline. C'est celle qu'on peut voir actuellement et dont la charge émotionnelle est si forte pour le visiteur moderne, pour peu qu'il partage avec les Anciens les idéaux démocratiques que nous a légués Athènes. Mais en regardant la deuxième photographie, on comprend bien que dans cette nouvelle configuration, c'est l'orateur qui fait face à la cité alors que les citoyens, désormais orientés vers le sud, tournent le dos à l'Agora. De plus, ils regardent maintenant de bas en haut et assis celui qui les harangue debout. Sans pousser trop loin l'analyse, ne peut-on pas mettre cette inversion du point de vue en relation avec la perte de l'esprit civique qui désole Démosthène quand il constate amèrement que les Athéniens sont devenus sur la Pnyx des spectateurs plutôt que des citoyens actifs ?