Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 CITOYENNETÉ
Dossier
Présentation - Historique - Principes fondateurs Qui est citoyen ?  - Organisation administrative et territoriale -
Assemblées, tribunaux, magistratures
- Droits et devoirs - Valeurs démocratiques - Références - Tous les textes -
Activités
Calendrier et lieux (collège) - Démocratie antique et démocratie moderne (lycée) - La frise du Parthénon

sommaire du site

L'éphébie (ἡ ἐφηβία)

L'éphébie


L'éphèbe de Marathon, école de Praxitèle, IV° siècle (timbre grec de 1949)

 

 

L'éphébie est tout à la fois une période de service et une initiation, un temps de passage de l'enfance à l'âge adulte que l'on retrouve sous diverses formes dans plusieurs civilisations. Ses origines en Grèce remontent probablement à un fond indo-européen que l'on retrouve, sous des formes variables, dans toutes les cités. Ces rites de passage ont été analysés très précisément par Pierre Vidal-Naquet dans Le chasseur noir.
L'éphèbe (ὁ ἔφηβος) est un jeune athénien pubère de sexe masculin. L'éphébie est une période qui s'étend de l'âge de 18 à 20 ans et constitue une phase transitoire avant l'accès au statut de citoyen.
Elle revêt un caractère essentiellement militaire. Athènes n'est pas gouvernée par une oligarchie militaire comme Sparte mais sa πολιτεία reste cependant celle d'une cité en armes.
C'est donc l'éphébie qui donne accès à la citoyenneté. En cas de litige futur, on pourra consulter dans chaque dème les ληξιαρχικὰ γραμματεῖα, registres d'inscription des éphèbes qui ont valeur de certificat de citoyenneté. A l'époque d'Aristote, la liste des éphèbes de l'année, idenfifiée par le nom de l'archonte éponyme est gravée sur une stèle déposée devant le monument des héros éponymes, sur l'Agora.

L'encadrement des éphèbes

L'éphébie est avant tout une période de formation. Ce n'est qu'exceptionnellement, en cas de menace critique pour la survie de la cité, que les éphèbes ont pu se trouver mobilisés et envoyés au combat.
Chaque tribu désigne un sophroniste
(ὁ σοφρωνιστής), chargé d'encadrer les jeunes gens. Il est entouré d'un ensemble d'éducateurs. Comme les startèges, ces fonctionnaires sont élus par l'Ecclesia. On distingue :

  • le pédotribe, (ὁ παιδοτρίβης) pour la gymnastique,
  • l'hoplomaque, (ὁ ὁπλομάχης) pour le maniement des armes de poing,
  • le toxote (ὁ τοξότης) pour le tir à l'arc,
  • l'acontiste (ὁ ἀκοντιστής) pour le lancer du javelot.

Déroulement

Le jeune éphèbe est tenu à l'écart de sa famille pendant toute la durée de son initiation.
L'entrée dans l'éphébie est marquée par le serment solennel que toute une classe d'âge prononce devant l'Ecclesia.
La classe d'âge qui accéde à l'éphébie est identifiée par le nom d'un héros éponyme.
L'initiation commence par une formation religieuse. Les éphèbes sont invités à honorer les différents sanctuaires de la cité.
Pendant la première année, les entraînements se déroulent en dehors de murs de la ville dans des camps militaires situés aux frontières de la cité, en bord de mer ou aux confins de la Béotie. Sans atteindre le caractère extrême de l'éducation spartiate, cette période est néanmoins très dure, physiquement et moralement.
Leur formation terminée, les éphèbes restent mobilisés (probablement pendant toute la deuxième année) et sont employés à des tâches militaires annexes telles que la garde des frontières.
A la fin des deux années, le jeune éphèbe est affecté au groupe militaire représentant sa tribu : la taxis. Il reste mobilisable jusqu'à l'âge de 60 ans.

 


Prestation de serment
(timbre grec, fin du XX° siècle)