Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 CITOYENNETÉ
Dossier
Présentation - Historique - Principes fondateurs Qui est citoyen ?  - Organisation administrative et territoriale -
Assemblées, tribunaux, magistratures
- Droits et devoirs - Valeurs démocratiques - Références - Tous les textes -
Activités
Calendrier et lieux (collège) - Démocratie antique et démocratie moderne (lycée) - La frise du Parthénon

sommaire du site

Qui est citoyen ?

Introduction

Groupe de citoyens âgés.
Frise est du Parthénon
Athènes. Musée de l'Acropole.
Photo MSM

Tête d'éphèbe.
Copie d'un original en bronze (?) du V° siècle av. J.-C.
© [Louvre.edu]

 

Le grec distingue clairement les termes "ἀστός" (astos) et "πολίτης" (politès) . Nous traduisons facilement le second par "citoyen" mais nous ne disposons pas de l'équivalent exact du premier. Bien que "τὸ ἄστυ" (astu) signifie la ville par opposition à ἡ πόλις (polis, la cité-État), traduire "astos" par "citadin" serait inexact, car on pouvait être "ἀστός" et résider dans un dème rural situé à des heures de marche de l'Acropole. Par ailleurs les droits et les devoirs de l' "ἀστός" et du "πολίτης" sont tous deux définis par la cité. Les deux termes ont donc à voir avec la politeia.

Pour en donner une définition précise, nous pouvons dire que l' ἀστός est le citoyen qui ne jouit que de droits civils alors que le πολίτης dispose en plus de droits et de devoirs politiques
Il est d'ailleurs significatif que l'emploi du terme ἡ ἀστή (astè, féminin de ὁ ἀστός) soit beaucoup plus fréquent que celui de ἡ πολῖτις (politis, féminin rare de ὁ πολίτης) et que la loi de 451 subordonne clairement la citoyenneté de naissance à la descendance de deux "ἀστοῖν" (astoin) et non de deux "πολιταῖν" (politain) . (lire le texte d'Aristote)

A Athènes, l'exercice de la πολιτεία (politeia) au sens de "vie de la polis" est l'affaire de tous les ἀστοί (et même dans une certaine mesure des étrangers et des esclaves) mais l'exercice des droits politiques est réservée aux seuls πολῖται. La démocratie n'est pas le pouvoir de tous mais la souveraineté de ceux qui constituent le demos, le peuple citoyen. La citoyenneté se définit donc d'abord par l'exclusion de nombre d'individus vivant dans les limites territoriales de la cité d'Athènes. Cela ne signifie nullement qu'ils ne jouissaient d'aucun droit ou même qu'il n'avaient aucune activité politique. Mais ils n'avaient aucun pouvoir de décision.
Pour être citoyen à Athènes entre le V° et le IV° siècle, i
l fallait être :

de sexe masculin,
libre,
de père athénien, et, à partir de la loi de Périclès de 451, de père ET de mère athéniens unis par un mariage légitime,
majeur : l'accession à la majorité civique était fixée à vingt ans.

Un citoyen était désigné par un nom tripartite qui indiquait tout à la fois son identité, son ascendance familiale et son lieu d'enregistrement :

l'onoma (τὸ ὄνομα) : son nom personnel
le patronymikon (
τὸ πατρωνυμικόν) : le nom de son père
le demotikon (
τὸ δημοτικόν) : le nom de son dème.

Exemple : "ὁ Δημοσθένης τοῦ Δημοσθένους ὁ Παιανιεὺς, Démosthène, fils de Démosthène, du dème de Paiania".