Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 CITOYENNETÉ

sommaire du site

ARISTOTE : le droit de contrôle des citoyens
(Constitution d'Athènes, 48.3)


 

Kληροῦσι δὲ καὶ εὐθύνους ἕνα τῆς φυλῆς ἑκάστης, καὶ παρέδρους β ἑκάστῳ τῶν εὐθύνων οἷς ἀναγκαῖόν ἐστι ταῖς ἀγοραῖς κατὰ τὸν ἐπώνυμον τὸν τῆς φυ λῆς ἑκάστης καθῆσθαι, κἄν τις βούληταί τινι τῶν τὰς εὐθύνας ἐν τῷ δικαστηρίῳ δεδωκότων ἐντὸς γ ἡμερῶν ἀφ΄ ἧς ἔδωκε τὰς εὐθύνας εὔθυναν ἄν τ΄ ἰδίαν ἄν τε δημοσίαν ἐμβαλέσθαι, γράψας εἰς πινάκιον λελευκω μένον τοὔνομα τό θ΄ αὑτοῦ καὶ τὸ τοῦ φεύγοντος, καὶ τὸ ἀδίκημ΄ ὅ τι ἂν ἐγκαλῇ, καὶ τίμημα ἐπιγραψάμενος ὅ τι ἂν αὐτῷ δοκῇ, δίδωσιν τῷ εὐθύνῳ· ὁ δὲ λαβὼν τοῦτο καὶ ἀνακρίνας, ἐὰν μὲν καταγνῷ, παραδίδωσιν τὰ μὲν ἴδια τοῖς δικασταῖς τοῖς κατὰ δήμους τοῖς τὴν φυλὴν ταύτην δικάζουσιν, τὰ δὲ δημόσια τοῖς θεσμοθέταις συν αναγράφει. Oἱ δὲ θεσμοθέται, ἐὰν παραλάβωσιν, πάλιν εἰσάγουσιν ταύτην τὴν εὔθυναν εἰς τὸ δικαστήριον, καὶ ὅ τι ἂν γνῶσιν οἱ δικασταί, τοῦτο κύριόν ἐστιν.

On tire également au sort les euthynes, un dans chaque tribu, et les deux parèdres qui assistent chacun d'eux. Les euthynes sont tenus, à l'époque de la reddition des comptes, de siéger au pied de la statue du héros éponyme de chaque tribu et d'accueillir tout citoyen qui, dans un délai de trois jours à dater des comptes rendus devant un tribunal, voudrait engager une action civile ou criminelle contre tout magistrat ayant obtenu décharge. Le demandeur inscrit sur une tablette blanche son nom et celui du défendeur, le grief allégué et l'évaluation de ce grief en argent, et remet cette tablette à l'euthyne, qui en prend connaissance. Est-il d'avis de condamner, il renvoie la demande aux juges des dèmes, qui sont chargés d'introduire les affaires de cette tribu devant le tribunal, si la demande ne touche qu'à un intérêt privé ; si elle touche à un intérêt public, ils l'inscrivent au bureau des thesmothètes. Quand ceux-ci l'ont reçue, ils portent de nouveau le jugement du compte devant le tribunal. La décision des juges est souveraine.

Aristote. Constitution d'Athènes. Traduction B. Haussoullier. Ed°. Bouillon, Paris, 1890.