Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 CITOYENNETÉ

sommaire du site

Le serment des éphèbes
(Lycurgue, Contre Léocrate, 77,2)


Βούλομαι δ΄ ὑμᾶς ἀκοῦσαι τοῦ ὅρκου. Λέγε, γραμματεῦ

ΟΡΚΟΣ

« Οὐκ αἰσχυνῶ τὰ ἱερὰ ὅπλα οὐδὲ λείψω τὸν παραστάτην ὅπου ἂν στοιχήσω· ἀμυνῶ δὲ καὶ ὑπὲρ ἱερῶν καὶ ὁσίων καὶ οὐκ ἐλάττω παραδώσω τὴν πατρίδα, πλείω δὲ καὶ ἀρείω κατά τε ἐμαυτὸν καὶ μετὰ ἁπάντων· καὶ εὐηκοήσω τῶν ἀεὶ κραινόντων ἐμφρόνως καὶ τῶν θεσμῶν τῶν ἱδρυμένων καὶ οὓς ἂν τὸ λοιπὸν ἱδρύσωνται ἐμφρό νως· ἐὰν δέ τις ἀναιρεῖ,οὐκ ἐπιτρέψω κατά τε ἐμαυτὸν καὶ μετὰ πάντων,καὶ τιμήσω ἱερὰ τὰ πάτρια. Ἵστορες θεοὶ Ἄγλαυρος, Ἑστία, Ἐνυώ, Ἐνυάλιος, Ἄρης καὶ Ἀθηνᾶ Ἀρεία, Ζεύς, Θαλλώ, Αὐξώ, Ἡγεμόνη, Ἡρακλῆς, ὅροι τῆς πατρίδος, πυροί, κριθαί, ἄμπελοι, ἐλάαι, συκαῖ. »

 

 

Mais je voudrais que vous entendiez le serment.
Greffier, veuillez le lire :

SERMENT :

"Je ne déshonorerai pas les armes sacrées, je n'abandonnerai pas mon compagnon là où je me trouverai posté ; je combattrai pour les principes sacrés, ceux des dieux comme ceux des hommes, je ne laisserai pas la patrie amoindrie mais au contraire plus grande et plus forte, de mon propre chef et avec le concours de tous ; j'obéirai aussi à ceux qui se succèdent sagement aux affaires, ainsi qu'aux lois établies et à toutes celles qui pourront être établies avec sagesse. Si quiconque cherche à les renverser, je ne le laisserai pas faire, de mon propre chef ou avec le concours de tous ; j'honorerai les cultes de mes ancêtres.
En sont témoins les divinités Aglauros, Hestia, Enyo, Enyalios, Arès et Athéna Areia, Zeus, Thallo, Auxo, Hégémone, Héraklès, ainsi que les frontières de ma patrie, les blés, les orges, les vignes, les olives et les figues."

(traduction MSM)


Notes :

1. En désignant Athéna par son épithète "Areia" et en associant intimement les deux divinités dans l'expression "Arès et Athéna Areia", le serment prend évidemment une forte connotation guerrière.

2. Thallo, généralement associée à Carpo est une des Heures.(αἱ Ὦραι). La première, asociée aux fleurs, symbolise le printemps, temps de la floraison.(θάλλω, fleurir) La deuxième, divinité des fruits, représente plutôt l'été, saison de la maturité (καρπῶ, porter des fruits).
On peut leur adjoindre Auxo , divinité de la croissance (αὔξω, croître) mais celle-ci est parfois associée à Hégémone avec laquelle elle constitue le couple des Grâces (αἴ χάριτες) qui, pour les Athéniens du V° siècle, ne semblent pas avoir été plus de deux.
Quoi qu'il en soit, les Gràces et les Heures sont filles de Zeus. Divinités de la nature et de la végétation, ce n'est que plus tard que les unes deviendront les heures de la journée et les autres les divinités de la beauté. En assurant le renouvellement cyclique des saisons, elles symbolisent à la fois l'ordre immuable des lois et le renouvellement démocratique des citoyens en charge de veiller sur elles.