Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 Le Mythe d'Europe 
Dossier
 Le mythe d'Europe - Iconographie antique :  statuettes et métopes,  céramiques,  fresques et mosaïques - Iconographie moderne : gravure (Ovide illustré), peinture de la Renaissance au XXe siècle - Europe dans la littérature - Choix de textes -  Références et liens 
Activités
Composez une fiche sur Europe - Analysez deux représentations modernes - Créez : des caricaturistes inspirés par le mythe

sommaire du site
Nous écrire

Iconographie antique
La sculpture : métopes et statuettes

  Sélection   Éléments d'analyse   Étude d'une œuvre  

Sélection d'œuvres représentatives

Fragment de vase à reliefs de Ténos (640 av. J.-C.) - Béotie, Grèce - Paris, BN
Europe sur le taureau, Métope du Trésor de Sicyone, 560-555 av. J.-C., Musée de Delphes, Ministère grec de la culture
Métope - Sélinonte, Temple Y (580-560 av. J.-C.)
Terre cuite de Béotie (470-460 av. J.-C.) - Paris, Musée du Louvre
  1. Fragment de vase à reliefs de Ténos (640 av. J.-C.) - Béotie, Grèce - Paris BN (inv. 3003) - in A. de Ridder, Catalogue des vases peints de la Bibliothèque nationale, Paris, 1902, pl. 94
  2. Métope du Trésor de Sicyone (560-555 av. J.-C) - Musée archéologique de Delphes, Grèce
    Le site de la Faculté de philosophie d'Erlangen propose une reproduction de la métope conservée au Musée de Delphes
    Adresse : http://www.phil.uni-erlangen.de/~p1altar/photo_html/bauplastik/metopen/delphi/delph5.html
  3. Métope de Sélinonte, Temple Y (580-560 av. J.-C.) - Musée archéologique de Palerme, Sicile
    Le site du collège Saint-Exupéry à Saint-Nicolas de Port (académie de Nancy-Metz) présente les sites archéologiques de Sicile dont celui de Sélinonte (photographies de l'Acropole et des temples). Une présentation plus universitaire de Sélinonte sur le site réalisé pour les étudiants de l'Université de Genève (séminaire d'introduction à l'archéologie classique).
    Le site "Zeus's house of seduction" réunit une galerie d'images sur Danaé, Europe, Ganymède, Io, Leda, Leto, Semele. Dans cette galerie, une reproduction en noir et blanc des métopes de Delphes et de Sélinonte.
    Adresse : http://www.ecsel.psu.edu/~rreynold/zeus_main.htm
  4. Terre cuite de Béotie (470-460 av. J.-C.) - Paris, Musée du Louvre
    Adresse : http://cartelfr.louvre.fr/cartelfr/visite?srv=car_not_frame&idNotice=6793

Éléments pour une analyse comparée

Une seule de ces sculptures, la métope du Trésor de Sicyone à Delphes, représente Europe penchée sur l'encolure du taureau.

Fresque du Palis de CnossosOdile Wattel de Croizant fait l'hypothèse que cette position, originale dans l'iconographie du mythe d'Europe, " constitue un trait stylistique propre à la Grèce continentale.   A l'opposé, l'image de la femme assise, le buste droit sur sa monture, cramponnée à la corne taurine, se conformerait davantage aux canons de l'art minoen et pourrait résulter de contaminations avec les "courses rituelles" des athlètes crétois, qui empoignaient la corne des taureaux pour effectuer des sauts périlleux ". (cf. cette fresque du Palais de Cnossos, conservée au Musée archéologique d'Héraklion, reproduite sur le site du Ministère grec de la Culture).
Adresse : http://www.culture.gr/2/21/211/21123n/e211wn01.html

Notes pour une étude

Nous avons choisi d'étudier plus en détail la métope du Temple Y de Sélinonte.

 

Europe se tient assise sur le taureau. Redressée, elle se cramponne à la corne de la main gauche et assure son équilibre de la main droite. La jeune fille se présente de trois quart face ; sa tunique coupée à la taille tombe jusqu'aux chevilles. Le visage est calme, encadré d'une longue chevelure.

La tête du taureau est assez inexpressive ; la position du dos est conditionnée par une ruse de l'artiste qui ainsi parvient à inscrire la scène dans un espace réduit. C'est peut-être pour la même raison que la queue apparaît ramenée sur la cuisse droite. Plusieurs autres représentations utilisent le mouvement de la queue pour suggérer la vitesse.

La position de la jeune fille est assez raide ; aucun détail ne vient rappeler qu'il s'agit d'un " enlèvement " (pas de regard effrayé ou tourné vers l'arrière...), mais quelques éléments suggèrent le mouvement et le voyage : la position des pattes du taureau évoque la nage ; l'artiste indique ainsi que le dieu traverse la mer symbolisée par deux dauphins.

Le motif est bien celui d'Europe mais l'ensemble reprend pour une large part l'image de la " déesse au taureau ", sur laquelle se développe le mythe d'Europe.

Pour comprendre totalement la signification de cette métope, il faudrait savoir dans quel contexte elle s'inscrivait, à quelles autres scènes mythologiques était associée cette représentation.