Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 LES GAULOIS
Dossier
Présentation générale - Les Gaulois avant la conquête romaineAspects de la culture gauloise - La conquête romaine - Les Gallo-Romains - Les régions de la Gaule - Arts celtes et gaulois - Textes anciens - Textes modernes - Références et liens - Petit index des noms
Études
À la découverte des dieux gaulois - La vigne et le vin en Gaule - Héraclès en Gaule - La femme celte -

sommaire du site

À la découverte des dieux gaulois

       Fiche de travail : lecture attentive d'un texte de Jules César (B.G., VI, 17)


Ce texte, l'un des plus connus de César, peut être l'occasion à la fois d'une découverte de quelques éléments fondamentaux de la religion gauloise : il permet aussi de se rendre compte des limites de l'information que Jules César transmet par son œuvre.
Une première lecture doit permettre de :
— dresser la liste des dieux (en gras),
— les associer avec leurs attributs et les attributions,
— dégager les termes qui présentent les pratiques religieuses des Gaulois
(en rouge)
.

Cette lecture sera suivie d'une étude complémentaire :
pour chaque dieu :
    • recherche sur les dieux « associés » dans le panthéon gaulois (la recherche portera aussi sur le panthéon celte),
    • recherche sur les « attributs » et « attributions » des dieux gaulois comparés avec les dieux romains,
    • étude d'une représentation inconographique.
découverte du nom des autres dieux qui ne sont pas cités par César :
     • préparation d'exposés.
pour la religion gauloise :
    • recherche des éléments corroborés par les recherches archéologiques,
    • étude d'un sanctuaire mis à jour en Gaule.
en conclusion, on fera l'analyse de ce que signifie le terme religio dans le texte.

[6,17] Deum maxime Mercurium colunt. Hujus sunt plurima simulacra : hunc omnium inventorem artium ferunt, hunc viarum atque itinerum ducem, hunc ad quaestus pecuniae mercaturasque habere vim maximam arbitrantur.

 

 

[6,17] (1) Le dieu qu'ils honorent le plus est Mercure. Il a un grand nombre de statues ; ils le regardent comme l'inventeur de tous les arts, comme le guide des voyageurs, et comme présidant à toutes sortes de gains et de commerce.

 

 


Mercure
Base de pilier, calcaire.
Saint-Germain-en-Laye,
musée d'archéologie nationale.
© RMN / Jean Schormans

 

Travail de recherche :
statues représentant Mercure en Gaule et analyse des attributs.
On analysera particulièrment les attributs : anciens (ailes sur le pétase, sur les chaussures, caducée...) et « nouveaux », (comme la bourse ou la représentation de Mercure Panthée).


Une recherche semblable peut être conduite pour chaque dieu nommé par César.

  Texte complémentaire
« La statue des Arvernes »
Pline l'Ancien
Histoire naturelle, XXXIV, 18, 6
Post hunc Apollinem   (2) Après lui ils adorent Apollon,  

Apollon
Apollon de Lillebonne.
Musée du Louvre.

et Martem   Mars,  


Mars figure au bas du
Pilier des Nautes
http://www.paris.culture.fr/fr/ow_pilier.htm


Voir aussi :
http://www.loire-atlantique.fr

et Jovem   Jupiter  


Voir par exemple
la statue de Jupiter Stator d'Évreux

http://commons.wikimedia.org/wiki/
File:Jupiter_Stator_Evreux1.jpg

ou sur le Pilier des Nautes
Jovis

http://www.paris.culture.fr/fr/ow_pilier.htm


 

recherche complémentaire : les épithètes de Jupiter (épiclèses)
- Jupiter Stator
- Jupiter Depulsor (deux autels trouvés à Vaison-la-Romaine)

et les diverses épiclèses des dieux nommés par César.

 

Étude d'une inscription comme celle de Vaison (C.I.L. XII, 1287)

I O
DEPVLSO
RIO
M I F V S L

I(ovi) O(ptimo)
DEPVLSORIO
M(arcus) I(ulius) F(?)
S(olvit) L(ibens) M(erito)

et Minervam.

De his eandem fere, quam reliquae gentes, habent opinionem : Apollinem morbos depellere, Minervam operum atque artificiorum initia tradere, Jovem imperium caelestium tenere, Martem bella regere.

  et Minerve.
Ils ont de ces divinités à peu près la même idée que les autres nations. Apollon guérit les maladies, Minerve enseigne les éléments de l'industrie et des arts; Jupiter tient l'empire du ciel, Mars celui de la guerre.
 


Minerve de Bavay
Bronze. Époque gallo-romaine.
Lieu de découverte : Bavay. Bourgogne.
Saint-Germain-en-Laye, musée d'archéologie nationale.
©RMN / Michèle Bellot

Huic, cum proelio dimicare constituerunt, ea quae bello ceperint plerumque devovent : cum superaverunt, animalia capta immolant reliquasque res in unum locum conferunt. Multis in civitatibus harum rerum exstructos tumulos locis consecratis conspicari licet ; neque saepe accidit, ut neglecta quispiam religione aut capta apud se occultare aut posita tollere auderet, gravissimumque ei rei supplicium cum cruciatu constitutum est.   (3) C'est à lui, quand ils ont résolu de combattre, qu'ils font vœu d'ordinaire de consacrer les dépouilles de l'ennemi. Ils lui sacrifient ce qui leur reste du bétail qu'ils ont pris, le surplus du butin est placé dans un dépôt public ; (4) et on peut voir, en beaucoup de villes de ces monceaux de dépouilles, entassées en des lieux consacrés. (5) Il n'arrive guère, qu'au mépris de la religion, un Gaulois ose s'approprier clandestinement ce qu'il a pris à la guerre, ou ravir quelque chose de ces dépôts. Le plus cruel supplice et la torture sont réservés pour ce larcin.


 
 

recherche complémentaire sur le fanum gaulois
— fonction,
— formes de sacrifice,
fana retrouvés et reconstitués.

voir Gournay-sur-Aronde
http://www.arbre-celtique.com/encyclopedie/sanctuaire-de-gournay-sur-aronde-937.htm

et Ribemont-sur-Ancre
http://www.ribemontsurancre.cg80.fr/Rapport%202002/chapitre01.htm

 

Les dieux Gaulois

Les druides

         

 

Bibliographie sélective

BRUNAUX Jean-Louis, Les Gaulois, Belles Lettres, 2005, p. 173 sq.
DUVAL Paul-Marie, Les Dieux de la Gaule, Payot, 1976, p. 25 à 27.

Site à explorer

Le Pilier des Nautes
http://www.paris.culture.fr/fr/ow_pilier.htm