Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 LES GAULOIS
Dossier
Présentation générale - Les Gaulois avant la conquête romaineAspects de la culture gauloise - La conquête romaine - Les Gallo-Romains - Les régions de la Gaule - Arts celtes et gaulois - Textes anciens - Textes modernes - Références et liens - Petit index des noms
Études
À la découverte des dieux gaulois - La vigne et le vin en Gaule - Héraclès en Gaule - La femme celte -

sommaire du site


Héraclès en Gaule



Le dixième travail d'Héraclès

Héraclès, on le sait, a voyagé d'un bout à l'autre du monde, depuis le royaume des Amazones jusqu'au jardin des Hespérides.
Pour son 10e travail, il est chargé par Eurysthée de ramener le troupeau de Géryon. C'était le roi de Tartessos en Espagne : il avait trois têtes, six mains et passait pour l'homme le plus fort du monde.
C'est lors du voyage de retour que, peut-être, Héraclès a traversé le Sud de la Gaule et qu'il s'est même rendu dans la région d'Alésia.

Ammien Marcellin,
Histoire romaine

XV, 9, 2-7

Passage d'Hercule en Gaule

Amphore à figures noires
Face A : Héraclès et le triple Géryon.
Face B : Dionysos et son thiase. Céramique. Vers 540 av J.-C.
Auteur : Groupe E (attribué à)
Site de production : Athènes
Localisation : Paris, musée du Louvre
© RMN / Hervé Lewandowski

Voyages d'Héraclès en Occident

Pour accomplir sa tâche, Héraclès doit traverser toute la Libye, et se rendre à Érythie, une île située dans l'Océan, sans doute près de Gibraltar ; il ne peut y parvenir que grâce à la « coupe du soleil ». Quand Héraclès atteint l'île, il tue le chien Orthros – chien à deux têtes, issu de Typhon et Échidna –- , puis abat le bouvier Eurytion, fils d'Arès ; enfin il tue Géryon lui-même, s'empare de son bétail et revient à Tartessos en embarquant dans la coupe d'or du Soleil. Puis il entreprend de revenir en Grèce avec le troupeau : il doit alors traverser l'Espagne, la Gaule et l'Italie.
C'est donc lors de ce retour qu' Héraclès aurait traversé la Gaule. Voici comment l'Encyclopédie Daremberg et Saglio résume l'aventure :

« Pour quitter l'île d'Érythie, Héraclès s'embarque de nouveau, avec les bœufs qu'il a conquis, sur la coupe du Soleil, puis la rend après avoir abordé le continent. Il continue sa route à travers le continent européen, poussant devant lui le troupeau ; il traverse d'abord l'Ibérie, puis la Celtique, où Alésia est une fondation du héros ; dans la région déserte de la Crau, à l'est des bouches du Rhône, il a à subir une lutte terrible contre les Ligyens ; ses flèches étant épuisées et lui-même sur le point de défaillir de fatigue, Zeus fait tomber une pluie de pierres qui lui servent à achever la victoire. Il franchit les Alpes, repousse en Ligurie l'attaque de deux fils de Poseidon, Alébion et Derkymos, qui veulent lui ravir ses vaches, traverse la Tyrrhénie, arrive à Rome, où il triomphe de Cacus, parvient dans la région de Cumes, où il soutient une lutte contre les Géants dans les champs Phlégréens, construit la chaussée qui séparait autrefois de la mer le lac des Avernes et des Lucrins. Aux environs de Rhégium, un de ses taureaux s'échappe et l'entraîne à sa poursuite en Sicile, qui est pleine de ses exploits et des souvenirs qu'y laissa son passage. »

http://dagr.univ-tlse2.fr/sdx/dagr/feuilleter.xsp?
tome=3&partie=1&numPage=96&nomEntree=HERCULES


Apollodore,
Bibliothèque, II, 5, 10

Les travaux d'Héraclès

 

Dans les Pyrénées

Parvenu dans les Pyrénées, le héros grec est reçu comme un hôte par le roi Bébryce. Mais sa conduite n'est pas à la mesure de cette hospitalité : sous l'effet de la boisson, il fait violence à la fille de son hôte...

 

Silius Italicus,
Punica, III, 415-441

Hercule dans les Pyrénées

 

Pacificateur des Celtes et fondateur d'Alésia

Un certain nombre de légendes se rapportent au passage d'Héraclès en Gaule. Il va de soi que lorsqu'on se refère aux dates d'installation des Celtes, elles n'ont aucune valeur historique : elles témoignent seulement de la popularité du héros. L'une d'entre elles fait d'Héraclès le père d'un certain Celtos, ancêtre des Celtes. Une autre en fait le fondateur d'Alésia et le père d'un Galatès, ancêtre des Gaulois !

On peut s'étonner d'une telle constance à vouloir faire absolument du fils de Zeus l'ancêtre fondateur : mais il ne faut pas oublier qu'il passe, dans l'esprit des anciens, pour le héros civilisateur par excellence. Dire que les Celtes sont des descendants du héros, c'est dire que, parvenus à la Méditerranée, ils ont atteint la civilisation.

 

 

Diodore de Sicile,
Bibliothèque historique, IV, 19

Fondation d'Alésia

Diodore de Sicile,
Bibliothèque historique
, V, 24

La naissance de Galatès

Parthénios de Nicée,
Narrationes amatoriae, 30

Celtiné et la naissance de Celtos.

Eustathe,
Commentaires

Iber et Celtos, fils d'Héraclès

Table de Peutinger, copie datant de 1264, Berlin, Postmuseum.
© akg-images.

 

 

La voie Héracléenne

La légende attribue même à Héraclès « patron des géomètres » la création du premier grand itinéraire à travers tout le Sud de la Gaule. Le premier à l'avoir mentionnée est Aristote qui l'évoque dans un court texte.

Au-delà de cette création mythique, l'archéologie et quelques récits antiques montre que ce tracé ancien a été pérennisé par les voies romaines ( Via Domitia – du Col de Montgenèvre, dans les Alpes, elle allait jusqu’en Arles, d’où elle continuait vers Nîmes et le Languedoc – , Via Aurelia – La Turbie, Cimiez, Antibes, Fréjus, Aix-en-Provence, Arles…).

Gérard Coulon dans son ouvrage sur Les Voies romaines écrit, à propos de la via Domitia : « Plus qu'une création ex nihilo, il s'agit plutôt d'une succession d'aménagements destinés à rendre cohérent un très ancien chemin qualifié de voie héracléenne ».
Gérard Coulon, Les Voies romaines, Éditions Errance, p. 48-49


Aristote,
Mirabilium auscultationes
, 837 a

La route "héracléenne".

 

Dans la plaine de la Crau

Poursuivant son périple, le héros suit la côte méditerranéenne et parvient dans la plaine de la Crau...en Ligurie. Cependant, les Ligures sont un peuple farouche comme le souligne Diodore de Sicile et le héros grec doit les combattre.

Eschyle évoque la présence d'Héraclès dans la plaine de la Crau ; le héros doit combattre contre Albion et Bergion (ou Albion et Dercynon), fils de Poseidon, et, comme il a épuisé ses flèches il implore l'aide de Zeus qui fait pleuvoir une grêle de pierres dont il peut se servir contre ses ennemis.
Le commentaire de Strabon est fort intéressant : il préfère, semble-t-il, la légende à une analyse plus scientifique...

On remarquera toutefois que la plupart des récits sont assez semblables : tous soulignent que le héros a accompli en Gaule son oeuvre civilisatrice.


Diodore de Sicile,
Bibliothèque historique, IV, 19-20

Les Ligures

Eschyle, Prométhée
dans Strabon,
Géographie, IV, 17
Héraclès dans la Crau

Pomponius Méla,
Chorographie
, II, 5, 78

La Crau

Denys d'Halicarnasse,
Antiquités romaines, I, 41-42
Héraclès vainqueur des Ligures

Pline l'Ancien,
Histoire naturelle, III, 35

La Crau

Strabon,
Géographie, IV, 7, 1

Le voyage d'Héraclès

 

Héraclès dans les Alpes

Bien avant Hannibal, le héros grec a traversé les Alpes. Plusieurs auteurs en témoigent, plus ou moins directement : ils attestent d'une tradition durable.

 


Cornelius Nepos,
Hannibal III, 4

Hercule fut le premier à franchir les Alpes

Pétrone,
Satiricon, CXXII

Les Alpes

Statue d’Héraclès et Cacus de Baccio Bandinelli devant le Palazzio Vecchio à Florence. Italie
© Collection Dagli Orti / Stéphane Colasanti.

 

Le Latium - Rome et le Forum Boarium

Parvenu en Italie, le héros la traverse en entier, et s'arrête notamment dans le Latium.

C'est l'épisode connu du combat avec Cacus dont nous avons deux récits principaux par Virgile et Tite-Live. Une fois reconnu par Évandre comme le fils de Jupiter, il fonde un culte dont témoigne le temple du Forum Boarium (le marché aux bœufs), entre le Palatin et l'Aventin. Ce temple, l'un des mieux conservés de Rome, était dédié à Hercule Victor, protecteur de la corporation des olearii ou marchands d'huile d'olive.

Collection de photographies de sculptures italiennes
http://commons.wikimedia.org/wiki/
Category:Statue_of_Heracles_and_Cacus_in_Florence

 

Virgile,
Enéide VIII
, 190-269
Hercule et Cacus

Tite-Live,
Histoire romaine, I, 7

Hercule dans le Latium

Le culte d'Héraclès

Le culte d'Héraclès semble avoir été divers selon les régions, et le nom de « Voie héracléenne » que l'on donne à ce qui deviendra plus tard la voie Domitienne atteste combien le héros était honoré dans le Sud de la Gaule.

On trouve de nombreux lieux de culte dédiés à Héraclès, notamment des sources, comme à Glanum ou à Nîmes.

Nîmes, la capitale des Volques Arecomices existait bien avant la venue des Romains ; son nom vient de Nemausus, un dieu local. Certains conteurs, comme Béranger-Féraud, en ont fait un lieutenant d'Héraclès ! Il développe ainsi le conte : « (Héraclès) leur apprit à planter et à semer les végétaux utiles à l'existence, il leur montra comment on bâtit les maisons, comment on tisse les vêtements, comment on organise les cités pour se défendre contre les malfaiteurs et les brigands de grand chemin ; de sorte qu'en peu d'années le pays fut transformé... »
D'autres ont fait de Nemausos le fils d'Héraclès attribuant cette origine à Parthénios de Nicée – chez qui, il est vrai le nom de « Nemausos » apparaît...

L'image d'Hercule comme divinité de la force est assez superficielle en Gaule  : il apparaît plus comme un dieu bienfaisant ; ses travaux sont l'expression de cette générosité. À Glanum et surtout à Deneuvre, il est lié aux sources ; quand il apparaît avec un serpent, il est considéré comme un dieu guérisseur.



Autel d’Hercule du site de Glanum
© Centre des Monuments nationaux / Philippe Berthé.

 


 

Le site de Deneuvre : un témoignage exceptionnel de l'importance d'Héraclès

Le site de Deneuvre (Meurthe-et-Moselle) correspond à une importante bourgade gallo-romaine. On y a découvert, en 1974, un sanctuaire dédié à Hercule qui a fait l'objet de fouilles systématiques jusqu'en 1984. Ces fouilles ont permis de mettre au jour un ensemble de cinq bassins rituels alimentés par deux sources à l'aide de canalisations en bois ou en pierre.Ces bassins étaient entourés d'une centaine de stèles à l'effigie d'Hercule, placées là comme ex-voto par les pélerins du sanctuaire et semblant servir de délimitation à l'espace sacré de celui-ci. Taillées dans le grès local, ces stèles représentent le dieu avec ses attributs traditionnels (massue, peau de lion) et elles constituent, à elles seules, près d'un tiers de la statuaire d'Hercule découverte en Gaule.

Stèles et autels d'Hercule

Sanctuaire dédié à Hercule.
Site de Deneuvre, Meurthe et Moselle.
© Musée Les sources d’Hercule. Orange.

 

 

Héraclès grec et Héraclès « libyen » (ou égyptien)

Il faut toutefois remarquer que, très tôt, il se produit une confusion et bientôt un amalgame entre deux figures d'Héraclès, celle du héros grec bien connu et un autre Héraclès dont témoigne Hérodote, l'Héraclès libyen.
Selon certaines sources, c'est ce dernier Héraclès qui serait venu en Gaule et serait l'ancêtre des Gaulois... Mais on voit facilement que les mythographes ont aussi fondu ensemble les deux traditions, et, logiquement, placé l'intervention d'Héraclès en Gaule entre ses aventures en Espagne et celles qu'il connaît en Italie.
Bientôt cet Héraclès déjà composite sera confondu avec d'autres figures, celles des dieux gaulois Ogmios et Smertrios.




Hérodote,
Histoires, II, 43

Héraclès Libyen

Pilier des Nautes
Calcaire.14-37 après J.-C.
Paris, musée national du Moyen Âge - Thermes de Cluny.
(C) RMN / Jean-Gilles Berizzi / Gérard Blot.

Ogma ou l’Hercule gaulois
© Musée granet / CPA. Aix-en-Provence.


D'Héraclès à Ogmios et Smertrios

D'une manière toute étonnante, Lucien de Samosate nous révèle que les Gaulois adoraient un dieu qu'il assimile à Héraclès. Il s'agit du dieu Ogmios (ou Ogma). Le dieu est habituellement représenté comme un vieillard chauve ; de sa langue percée sortent des fils d'or qui attachent les oreilles de ceux qui se pressent autour du dieu. Il s'agit du dieu de l'éloquence. Comme il est aussi vêtu d'une peau de lion et tient une massue, le rapprochement avec Héraclès est naturel ; car, dans le texte de Lucien, c'est un Grec qui décrit une peinture gauloise. Or le dieu celte est un dieu « fort », capable d'exploits comme Héraclès, mais doué aussi d'expérience et rempli de sagesse. C'est pourquoi il apparaît comme un dieu âgé – cela, à la différence d'Héraclès.

Cependant, le héros grec connaît un grand succès en Gaule, sans doute parce qu'il a découvert ces dieux proches : Ogmios, comme nous venons de le voir, mais aussi Smertrios. Car les Gaulois possèdent un dieu destructeur de monstres, dont le nom signifie le Pourvoyeur, Smertrios. Sur le bas-relief du Pilier des Nautes, nous le voyons, armé d'une massue menacer un serpent dressé devant lui.




Lucien de Samosate,
Hercule

Hercule-Ogmios

Lexicographes
Ogmios : Héraclès

 

Schéma d'analyse d'un texte : Lucien de Samosate, Hercule

Le texte de Lucien de Samosate permet de multiples recherches : c'est pourquoi nous proposons un schéma d'analyse.

On pourra utiliser ce court texte très composé :
– pour approfondir la connaissance de la légende d'Héraclès ;
– pour trouver des critères d'analyse iconographique ;
– pour une étude plus approfondie sur la manière dont on peut percevoir l'autre (l'étranger) ;
–- pour une réflexion sur l'art du langage.



 

Héraclès gaulois à la Renaissance

À la suite de la publication d'une traduction par Erasme de l'Hercule de Lucien de Samosate, l'image de l'Hercule gaulois donne lieu à des développements nouveaux en France. Cette image devient en effet un « emblème » : la force de la parole est supérieure à celle des armes ! Et puisque l'on a reconnu aux Gaulois, depuis Caton, un art supérieur de la parole, les Français deviennent les maîtres de l'éloquence et la langue française un outil à parfaire pour briller dans cet art : Joachim Du Bellay conclut la Défense et Illustration de la Langue française (1549) par une allusion à l'« Hercule Gallique... »

 

 

Bibliographie

BRUNEAUX Jean-Louis, Les Gaulois, Les Belles Lettres, 2005.
CL0ÉBERT, Jean-Paul, Provence antique, 2 vol., Robert Laffont, 1970.
COULON Gérard, Les Voies romaines, Éditions Errance, 2007.
DUVAL Paul-Marie, Les Dieux de la Gaule, coll. « Petite Bibliothèque », Payot, 1976.
MOITRIEUX Gérard, Hercules in Gallia : recherches sur la personnalité et le culte d’un dieu romain en Gaule, De Boccard, 2002.


Ressources

Article Héraclès
Encyclopédie Daremberg et Saglio, sur le site de l'université de Toulouse-Le-Mirail
http://dagr.univ-tlse2.fr/sdx/dagr/feuilleter.xsp?tome=3&partie=1&num
Page=96&nomEntree=HERCULES


Une divinité
HATT J.-.J., Mythes et Dieux de la Gaule, tome I http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1990_num_45_4_278876_t1_0916_0000_001
L'Arbre celtique : inventaire des textes concernant Hercule
http://www.arbre-celtique.com/approfondissements/divinites/inventaire-txt/hercule.php

Les voies romaines
http://www.euratlas.com/viae_romanae/index.html

Table de Peutinger
Site Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Table_de_Peutinger
Site Lexilogos
http://www.lexilogos.com/carte_peutinger.htm
Bibliotheca Augustana
http://www.fh-augsburg.de/%7Eharsch/Chronologia/Lspost03/Tabula/tab_pe03.html