Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 LES GAULOIS
Dossier
Présentation générale - Les Gaulois avant la conquête romaineAspects de la culture gauloise - La conquête romaine - Les Gallo-Romains - Les régions de la Gaule - Arts celtes et gaulois - Textes anciens - Textes modernes - Références et liens - Petit index des noms
Études
À la découverte des dieux gaulois - La vigne et le vin en Gaule - Héraclès en Gaule - La femme celte -

sommaire du site


La vigne et le vin en Gaule

Vase en forme de grappe de raisin
Verre de couleur, IIème siècle
Saint-Germain-en-Laye, musée d'archéologie nationale
© RMN / Gérard Blot

La réputation des Gaulois

On trouve une première référence à l'amour du vin chez les Gaulois chez Platon : il est vrai qu'il les nomme au milieu d'autres peuples « barbares ». Mais Il suffit de lire les textes d'Athénée, de Diodore ou encore d'Appien pour s'assurer que les Gaulois aimaient les boissons alcoolisées. Si la boisson la plus ordinaire est sans doute la bière de céréales, dont la plus connue est la cervoise, le vin a fait assez tôt son apparition en Gaule. Le développement extraordinaire du commerce du vin grâce, notamment, au port de Marseille et à la voie de communication qu'était le Rhône, ne pouvait être dû qu'à une très forte demande.

Pline l'Ancien note à la fin du livre XIV de l'Histoire naturelle qui porte sur la vigne et le vin.
   « Est et occidentis populis sua ebrietas fruge madida, pluribus modis per Gallias Hispaniasque, nominibus aliis, sed ratione eadem. ... Nullaque in parte mundi cessat ebrietas, meros quippe hauriunt tales sucos nec diluendo ut vina mitigant. At Hercules illic tellus fruges parere videbatur. Heu mira vitiorum sollertia! Inventum est quem ad modum aquae quoque inebriarent.»
   « Les peuples de l'Occident savent aussi s'enivrer avec des boissons de grains humectés. Les procédés sont divers dans les Gaules et dans l'Espagne, les noms sont différents, mais les effets sont les mêmes... Il n'y a aucune partie du monde où l'on ne s'énivre, car on prend les boissons dont il s'agit pures et sans les tremper avec de l'eau, comme le vin ; et pourtant, par Hercule, la terre semble n'avoir produit là que des grains. Funeste industrie du vice ! On a trouvé le moyen de rendre l'eau même énivrant !
»
                           Pline l'Ancien, Histoire Naturelle, XIV, 149 (XXIX)

Tite-Live, pour sa part, affirme que c'est par amour du vin que les Gaulois sont venus jusqu'à Rome en 390 av. notre ère. C'est, en effet la tradition rapportée dans l'Histoire Romaine, V, 33. Elle est reprise par Denys d'Halicarnasse dans son Histoire romaine.

 

Platon,
Les Lois
, 593c

Les peuples intempérants

Athénée,
Les deipnosophistes, IV, 36

Les Gaulois et le vin

Diodore,
Bibliothèque historique, V, 31

L'amour du vin

Appien,
Celtique II, 7

L'intempérance des Gaulois

Tite-Live,
Histoire,
V, 33

L'amour du vin

Plutarque,
Camille, XV

L'amour du vin, cause de la migration en Italie

Denys d'Halicarnasse,
Histoire romaine, XIII, 11, 1

Les Gaulois découvrent le vin

Ammien Marcellin,
Histoires, XV, 12, 4

L'amour du vin

 

Mosaïque des Vendangeurs.
Saint-Romain-en-Gal.
© RMN / Jean Schormans.

La vigne en Gaule

La présence de la vigne en Gaule

Selon les Anciens, ce sont les Grecs qui ont introduit la culture de la vigne en Gaule lors de la fondation de Marseille vers 600 av. notre ère : c'est ce que déclare Justin en résumant l'Histoire de Trogue Pompée, un auteur du 1er siècle av.notre ère qui lie l'introduction de la vigne à la fondation de Marseille.
Cependant, on sait qu'au 1er siècle av. notre ère, Rome garde le monopole absolu sur l'importation de vin en Gaule : elle interdit la culture de la vigne dans la Gaule Transalpine.

Le type de vigne

Le type de vigne évolue en fonction des conditions climatiques de chaque région. Les Gaulois semblent avoir développé des pratiques particulières : certaines régions de la Gaule étaient réputées, comme en témoigne Pline l'Ancien qui cite le pays Arverne, la région de la Narbonnaise et surtout le cépage très particulier des Allobroges.

Le même auteur affirme :
«... et in Italia Gallicam placere...» - « En Italie, on aime la vigne des Gaules...»
Pline l'Ancien, Histoire naturelle, XIV, 39

La culture de la vigne

A. Momigliano, dans Sagesses barbares (p. 67), note que le verbe emphyteuô, greffer, qui a donné « enter » en français, a été rapidement emprunté au grec par les Celtes. Il en déduit que la transmission d'un tel mot suppose une utilisation importante par les agriculteurs ; et que les Grecs n'ont donc pas seulement importé le vin en Gaule, mais qu'ils ont aussi enseigné aux Gaulois la culture de la vigne.

 

Justin,
Abrégé
, XLIII, 4

Introduction de la vigne

Pline l'Ancien,
Histoire naturelle
XIV, 83

Pline l'Ancien,
Histoire naturelle
, XIV,
14, 16, 23
Les cépages

Columelle,
De re rustica, III, 2,

Variété des plants de vigne

Columelle,
De re rustica, IV, 27
La greffe

Columelle,
De re rustica
, V, 7,

Les arbres mariés à la vigne

 

 

Développement du vignoble gaulois

Les diverses étapes

Dès la création de la Provincia, en 125 av. notre ère., la vigne se développe dans le Sud. Puis, après la conquête, elle se répand dans la vallée du Rhône.

Cependant, à l'époque de Cicéron, il demeurait une interdiction faite aux provinciaux de cultiver eux-mêmes la vigne :

« Nos vero justissimi homines, qui Transalpinas gentis oleam et vitem serere non sinimus, quo pluris sint nostra oliveta nostraeque vineae...»

« Et nous, les plus équitables des peuples, afin de hausser la valeur de nos vins et de nos olives, nous ne souffrons pas que les peuples d'au-delà des Alpes fassent des plantes de vignes et d'oliviers.»

Cicéron, De Republica, III, 9

Il ne semble pas que cette interdiction fût totalement respectée. Mais la crise du 1er siècle pousse l''empereur Domitien à renouveler, vers 92 de notre ère, l'interdiction d'importer du vin gaulois à Rome. Cela n'empêche pas le développement de la culture, car la consommation était importante chez les Gaulois eux-mêmes. Et Probus lève officiellement l'interdiction au IIIe siècle.

Il semble que le vignoble le plus ancien de la Gaule soit celui de Gaillac, chez les Rutènes, ainsi que le vin de la vallée du Rhône. Pline l'Ancien signale que les Allobroges ont su développer le cépage qui porte leur nom allobrogica. Puis, sans doute, dès le IIIe s. la vigne se développe en Bourgogne et dans le Bordelais, pour atteindre la vallée de la Loire au IIIe s., la Champagne, la vallée de la Moselle et la région de la Seine au IVe s.
Le premier texte qui atteste que la région d'Autun produisait du vin date de 312 ap. J.-C. Il s'agit du Discours d'Actions de grâces à Constantin Auguste d'Eumène.

Cicéron,
De republica
, III, 9,

L'interdiction

Pline l'Ancien,
Histoire naturelle
, XIV, 68

Suétone,
Domitien, VII, 2

Limitation de la production de vin

Eumène
Panégyrique, VIII
, 6
Le vignoble bourguignon

Ausone,
Les villes célèbres.

Bordeaux

Eumène,
Discours, VI

La région d'Autun


Amphores.
Musée Saint-Raymond, Toulouse.
© Cliché STC. Musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse.

 

 

Stèle de Cabrières d'Aigues.
Musée Calvet, Avignon.
© Musée Calvet /
F. Philibert-Caillat.

Le vin

Transport du vin

C'est d'abord dans des amphores qu'on transportait le vin : des milliers de ces amphores ont été trouvées notamment dans le Rhône. Les musées, et notamment le musée Amphoralis de Sallèle d'Aude, donnent un aperçu très complet de l'utilisation de ces vases, dont la forme a évolué avec le temps :
— le type Dressel 1, importé d'Italie est rapidement amélioré par les Gaulois,
— l'amphore gauloise 4 devient l'amphore du commerce dans tout le bassin méditerranéen. Les fours utilisés à Sallèle d'Aude permettaient de produire entre 600 et 1000 amphores par fournée.

Les Gaulois semblent avoir été les premiers à transporter le vin dans des tonneaux à douves de bois, au IIIe siècle. On les aperçoit très nettement sur le bas-relief découvert à Cabrières d'Aigues, plaque de pierre sur laquelle a été sculptée une barque chargée de tonneaux tirées par trois hommes.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Commerce_du_vin_sur_la_Durance_
(%C3%A9poque_gallo-romaine).png

La distribution du vin italien en Gaule suit deux axes :
— un premier suit la Garonne ; le vin part de Narbonne et est alors distribué chez les Rutènes et les Volques. Le Pro Fonteio de Cicéron permet de se faire une idée du système de distribution ;
— un second permet d'accéder au Centre et au Nord, d'abord en remontant la Saône et le Rhône, puis en suivant la Loire, la Seine et le Rhin.
Les fleuves permettaient donc d'importer et de distribuer du vin dans toute la Gaule, y compris la Belgique.

Taxes d'importation et d'exportation

En 69 av. notre ère. Cicéron prit la défense de M. Fonteius qui avait été gouverneur de la Gaule Narbonnaise. Cet homme fut accusé par les Gaulois, notamment par les Allobroges, de diverses malversations. Parmi les griefs, on trouve celui de la taxe sur les vins, très lourde, mais surtout inégale selon les cités.

Les vins réputés

Ausone, le grand écrivain natif de Bordeaux (IVe siècle) n'oublie pas de célébrer en premier sa ville pour ses vins :

« Impia jamdudum condemno silentia, quod te,
O patria, insignem Baccho, fluviique, virisque,
Moribus, ingeniisquehominum, proderum senatu,
Non inter primas memorem...»
                         Clarae urbes

« Depuis longtemps, je me reproche un silence impie, ô ma patrie ! Toi célèbre par tes vins, tes fleuves, tes grands hommes, les moeurs et l'esprit de tes citoyens, et la noblesse de ton sénat, je ne t'ai point chantée des premières ! »


Cicéron,
Pro Fonteio, VIII

Les taxes sur le vin en Gaule Narbonnaise.

Le dieu Sucellus avec son marteau.
Bas-relief gallo-romain. Musée Archéologique, Nîmes.
© Hervé Champollion / akg-images

Les dieux de la vigne

On trouve une représentation de Vitis, la déesse personnifiée de la vigne, au musée national d'art du Luxembourg :
http://www.mnha.public.lu/collections/epoque_galloromaine/paix_romaine/frise_vitis/
index.html

Par ailleurs, Sucellus est considéré comme le dispensateur de la boisson. On trouve une statue à Javols (Lozère) qui associe ce dieu et une amphore. Découverte en 1969, elle est datée de la fin du Ier siècle ou au début du IIe siècle de notre ère. On remarque notamment sur la sculpture, à côté du personnage une amphore, deux tonneaux et une corne d'abondance.

http://www.archeologie-javols.org/

 

 
 

Pas de vin pour les femmes à Marseille

Marseille, ville grecque très conservatrice, amie des Romains, avait institué la même règle que les Romains pour les femmes : le vin leur était interdit. En rappelant cela, l'auteur indique combien les Marseillais étaient plus civilisés que les Gaulois...

 

Élien,
Histoires variées,
II, 38
Pas de vin pour les femmes

Martial,
Épigrammes , XIII, 123

Le vin de Marseille

 

Bibliographie

BEAL J.-C, PEYRE P., Une statue antique de Silvain-Sucellus à Javols (Lozère), RAN, 20, 1987, p. 347-368,  12 fig.
BRUN J.-P., Archéologie du vin et de l’huile en Gaule romaine, Éditions Errance, 2005.
LAUBENHEIMMER F., Le Temps des amphores en Gaule, vins, huiles et sauces, Éditions Errance, 1990.
DUDAY H., LAUBENHEIMER F. et TILLIER A.-M., Sallèles d’Aude, nouveaux nés et nourrissons gallo-romains (présentation du site de Sallèles et des tombes trouvées sur le site), Presses Universitaires de Franche-Comté, 1995.
LAUBENHEIMER F., Le Temps des amphores en Gaule. Vins, huile et sauces, Éditions Errance, 1991.
LAUBENHEIMER F., Les Amphores en Gaule II : production et circulation, Institut des sciences et techniques de l’Antiquité, Presses Universitaires de Franche-Comté, 1998.
LAUBENHEIMER F., « La circulation du vin de l’Italie tyrrhénienne en Gaule », in Comment les Gaules devinrent romaines, sous la direction de Pierre Ouzoulias et Laurence Tranoy, La Découverte, 2010.
La Vigne et le Vin à l’époque gallo-romaine, CNDP de Dijon, 1977, 12 diapositives commentées.

Sites

Étude scientifique sur le vin gaulois
http://www.culture.gouv.fr/culture/conservation/fr/methodes/activ_05.htm
Présentation d'un colloque sur le vin en Gaule
http://www.archeo-lattes.cnrs.fr/ColloquesSeminaires/Colloque_VinsRomains.htm
Le vin dans la Gaule antique
http://www.culture.gouv.fr/culture/conservation/fr/methodes/activ_05.htm
La vigne et le vin en Valais
http://www.museevalaisanduvin.ch/
Musée de Javols
http://www.archeologie-javols.org/

Amphores
Article de Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Amphore
Musée de Fréjus
http://www.musees-mediterranee.org/fiche/1341/collection.html
Les amphores gallo-romaines dans la cité de Sens
http://www.archeonet.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=42&Itemid=135