Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 LES GAULOIS
Dossier
Présentation générale - Les Gaulois avant la conquête romaineAspects de la culture gauloise - La conquête romaine - Les Gallo-Romains - Les régions de la Gaule - Arts celtes et gaulois - Textes anciens - Textes modernes - Références et liens - Petit index des noms
Études
À la découverte des dieux gaulois - La vigne et le vin en Gaule - Héraclès en Gaule - La femme celte -

sommaire du site


La Normandie

 

Présentation

Il est bien difficile de considérer comme une unité la Normandie actuelle. Avant la conquête romaine, en effet, les peuples du Nord de la Seine sont des Belges ; ceux du Sud, des Celtes. Ce n'est que bien après la conquête, lors de la réorganisation administrative de la Gaule entre 16 et 13 avant notre ère, que ces peuples sont considérés comme faisant partie de la Gaule Lyonnaise et que la frontière avec la Belgique se déplace au Nord de la Somme.

 

 

La conquête

La conquête de la région par César et ses généraux ne semble pas avoir présenté de difficultés.

En 57 av. notre ère les peuples qui habitent la Normandie actuelle participent aux soulèvements des Bellovaques et des Suessions, mais les combats n'ont pas lieu dans la région.
Les Calètes et les Véliocasses envoient des contingents au secours d'Alésia : les Calètes font partie d'un groupe de sept peuples qui envoient en commun 20000 hommes ; les Véliocasses contribuent avec 3000 hommes. De leur côté les Unelles et les Lexoviens participent aussi aux combat s.
En 51, ils participent aux derniers soulèvements sous la conduite du Bellovaque Correos et de l'Atrébate Commios. Les combats ont lieu dans la région de Compiègne.

Après la conquête, on ne sait plus rien de ces peuples qui semblent avoir été "romanisés".
.

César,
La guerre des Gaules III, 17-19

La conquête de la Normandie

César
La Guerre des Gaules VII, 75, 3-5

Les contingents des peuples de Normandie

La Haute-Normandie

La carte des routes gallo-romaines de la région a été dressée en 1980 par P.-C. DUVAL. On peut reconnaître les itinéraires principaux :

- Rouen-Lillebonne-Harfleur (Caracotinum) : elle a été recouverte par les routes modernes.
- Harfleur-Dieppe dont on a retrouvé des traces entre Fauville et Gréaume.
- Rouen-Dieppe dont quelques éléments ont été trouvés en Forêt-Verte.

Les autres itinéraires sont reconstitués par les méthodes traditionnelles de l'archéologie sans que des sondages aient pu en garantir le tracé.

On notera qu'un texte de Pline l'Ancien atteste de la culture du lin en Normandie

Ptolémée
Géographie,
II, 8, 5
Lillebonne et Rouen

Pline l'Ancien
Histoire naturelle, XIX, 2

La culture du lin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les oppida antérieurs à la conquête de la Gaule

Il existe dans le pays des Calètes et des Véliocasses un certain nombre d'oppida, vastes enceintes fortifiées par des levées de terre et de larges fossés. On en trouve
- près de Dieppe : cité de Limes
- à Fécamp : camp du Canada
- à Duclair : le Gatelier.
Ils semblent avoir été fortifiés à la fin du 2e siècle avant notre ère.

REMY-WATTE Monique, Le camp du Canada de Fécamp , 1990
L’oppidum celtique de Fécamp depuis les fouilles menées par Sir Mortimer Wheeler jusqu’aux plus récentes études avec une introduction sur la civilisation des oppida.

Le pays des Calètes et sa capitale, Juliobona

Une création romaine

La ville de Juliobona est une création romaine. Dans l'organisation de la Gaule par les Romains, il fallait à chaque peuple une capitale. Elle fut donc créée au croisement des routes qui vont vers Lutèce par Rotomagus et Caudebec, vers Caracotinum, vers Dieppe et vers Vieux. La ville fut édifiée au début de notre ère sur un plan orthogonal que l'on peut en partie reconstituer. On n'a pas encore totalement reconnu l'emplacement du forum, ni formellement idéntifié le port.

Mais la cité connut une grande prospérité entre la fin du premier siècle et la fin du deuxième siècle de notre ère ; son occupation est bien attestée jusqu'au 4e siècle.
Les témoignages majeurs en sont
- un important théâtre
- des thermes
- des villas dont celle qui a livré la grande mosaïque désormais placée au Musée des Antiquités de Rouen
- des trésors (objets d'art)
- depuis 2002, grâce aux fouilles de la place Carnot, on entrevoit une partie de la partie commerçante de la ville.


L'amphithéâtre de Lillebonne

Lillebonne possède un remarquable amphithéâtre qui mesure 180 m par 95. Signalé dès le 18e siècle, il a été fouillé au 19e. Une partie de l'édifice demeure sous la route. Comme dans la plupart des édifices gallo-romains, on retrouve des caractéristiques de théâtre et d'autres d'amphithéâtres : l'édifice dut avoir une fonction multiple.
Son état est dû au fait qu'il a servi de carrière de pierres au Moyen Age.

Les fouilles ont permis de mettre à jour de nombreux éléments lapidaires dont une partie se trouve au Musée des Antiquités de Rouen (notamment une remarquable "stèle" du savetier"), , une partie au Musée municipal de Lillebonne.

La mosaïque de Lillebonne

Cette mosaïque est l'un des éléments les plus remarquables présentés au Musée des Antiquités de Rouen. Restaurée au 19è sicèle, elle représente
- un départ pour la chasse avec un cerf domestiqué, suivi de chasseurs.
- un sacrifice à Diane en présence de chasseurs
- une chasse à "lappelant" : les chasseurs, embusqués, s'apprêtent à passer à l'action tandis qu'un cert et une biche sortent des taillis.
- une chasse à courre.
Le médaillon central présente une scène mythologique

Les thermes de la rue des Bains

Au 19e siècle, On a pu identifier deux thermes à Lillebonne : ceux de la rue des Bains et ceux de la rue Pigoreau. Ils sont désormais pris dans le bâti urbain.

L'Apollon de Lillebonne, présenté au Musée du Louvre.
Cette statue découverte en 1823 est celle d'un Apollon nu, à la chevelure délicatement sculptée. Dans la même fosse on a retrouvé deux autres statuettes, un Dis-Pater-Sucellus et un dieu Lare.

Le "trésor" de Lillebonne

Le mobilier d'une tombe contenant 47 pièces est présenté au musée de Lillebonne. C'est un ensemble tout à fait exceptionnel comportant
- l'urne en plomb qui renfermait l'urne en verre contenant les cendres du défunt
- divers objets en verre et quelques objets en céramique
- mais également deux cuillères en argent, un gobelet et argent et un plat ovale dont le bord est décoré sur toute la longueur
- et quelques objets en bronze, notamment un vase anthropomorphe.

Caracotinum (Harfleur)

Harfleur Caracotinum est un bourg qui a eu sans doute une certaine importance à l'époque gallor-romaine. En témoignent
- le réseau routier (une voie conduisait à Troyes, une autre conduisait à Fécamp)
- un fanum qui dominait la Lézarde. de taille modeste (13,4 m. sur 12,8 m) il possédait une cella (6,10 m sur 5, 8 m). On a trouvé à proximité quelques objets, comme un bouc en bronze et un trépied de bronze
(photos dans la brochure : Un siècle d'archéologie, publiée par la Bibliothèque Municipale du Havre)
- vers le Mont-Cabert, on a trouvé aussi des fours de potiers et une nécropole qui attestent la présence gallo-romaine entre les IIe et IIIe siècles.

De très nombreux objets gallo-romains ont été trouvés dans la région du Havre, notamment dans des sépultures. La plupart sont exposés au Musée des Antiquités de Rouen.

La villa du Petit-Moulin à Colleville (près de Fécamp)

On a trouvé près de Fécamp une villa avec hypocauste à canaux rayonnants, et tubuli intra-muraux, poteries d'Arezzo. 900 tessons de poteries gauloises, dont un grand nombre de la Graufesenque. Pièces de monnaie. L'ensemble est en dépôt au Musée de Fécamp (mobilier) ou au Musée des Antiquités de Rouen (céramique). Construite au 1er siècle sur un habitant antérieur, elle a été incendiée au 2e siècle, puis reconstruite.

Le pays des Véliocasses et sa capitale, Rotomagus (Rouen)

Il est probable que la véritable fondation de Rouen est due aux Romains, au cours du 1er siècle de notre ère. C'est du moins la période de développement de la cité qui devient un carrefour routier important.
Capitale des Véliocasses, la cité est mise sous la tutelle du gouverneur de la Lyonnaise mais nous ne possédons pas de documents écrits sur Rouen avant la période des premières invasions. Les vestiges semblent indiquer que la ville atteint son apogée au 2e siècle, sous la dynastie des Sévères : on trouve alors un amphithéâtre, des thermes près du forum et plusieurs temples. Cependant l'amphithéâtre - qui devait avoir 140 mètres de diamètre - a été enfoui sous les ruines du château de Philippe-Auguste.

Dans les années 90 on a retrouvé une partie des fortifications de Rouen construites à l'aide de matériaux de réemploi, notamment ceux provenant d'un mausolée du 3e siècle. Les trouvailles, importantes, mais dispersées, ne permettent pas de se rendre compte totalement de l'extension de la ville ni de son organisation.

C'est à la fin du 3e siècle que Juliobona décline et que Rouen devient la capitale de la "civitas Rotomagiensis" qui regroupe Véliocasses et Calètes. Après 293, la ville devient la capitale de la Seconde Lyonnaise. Au 4e siècle, la ville se replie dans une enceinte fortifiée On a pu retrouver, en plusieurs endroits, des vestiges du rempart sans qu'on puisse retrouver parfaitement le tracé de l'ensemble.
Le 3e siècle est également le moment de l'implantation forte du Christianisme à Rouen. La présence d'un évêque de Rouen, Avitianus, est attestée au Concile d'Arles de 314. Plus tard, Saint-Victrice construira l'église dédiée à Saint-Etienne.

Autres lieux

D'autres lieux de la Seine-Maritime comportent des vestiges importants mais non encore totalement exhumés, comme le sanctuaire de Fesques, près de Neuchâtel
http://www.arbre-celtique.com/encyclopedie/
sanctuaire-de-fesques-936.htm

Le site de Bois l'Abbé, proche d'Eu

Exploré à plusieurs reprises depuis le 18e siècle, le site de Bois L'Abbé près d'Eu constitue un ensemble cultuel remarquable. On y a découvert un très important dépôt votif avec plusieurs centaines de pièces de monnaie (gauloises et romaines).
Les bâtiments semblent dater du 1er siècle de notre ère ; ils comportent des portiques, un petit temple, un fanum (2e siècle), puis un temple plus important du 3e siècle qui a été construit à la place du petit temple. Les murs de la galerie du fanum étaient ornés de fresques.
On a également retrouvé les vestiges d'un théâtre datant sans doute du 2e siècle de notre ère et remanié au 3e siècle ; et les vestiges de thermes

http://www.ville-eu.fr/site-archeologique.php
http://www.eu-briga.fr/

MULLER Marion, Les Peintures murales de Bois-L'Abbé (article en ligne)
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/
pica_0752-5656_1990_num_1_1_1598

La capitale des Éburovices : Mediolanum Aulercorum

Les Eburovices sont mentionnés à deux reprises par César ( Bellum Galicum, III, 17 et VII, 75). Dans le premier extrait on apprend que les Éburovices rejoignirent Viridorix après avoir massacré leur sénat qui s'opposait à la guerre ; dans le second César indique que les Éburovices fournirent 3000 hommes à Vercingétorix.
Cependant la cité capitale des Éburovices a connu un premier développement important après la conquête, sous Auguste.Le 2e siècle semble avoir été prospère ; on a retrouvé des témoignages de l'activité textile de la ville. Au 3e siècle, on peut reconnaître une première vague de destructions, vant que la ville ne se dote d'un rempart au 4e siècle.

L'archéologie a permis de trouver des traces de dallages (route), un théâtre, des thermes, ainsi que l'ancien emplacement du forum et plusieurs habitations.Lors de travaux de terrassement on a également mis à jour un dépôt très important de monnaies agglomérées par l'oxydation ; une dizaine de blocs ont été dégagés (540 kg.) L'ensemble ferait près de 110 000 monnaies dont les trois quart ont pu être idéntifiées. Une grande partie date de Postume et Claude II ; la plus récente est de 276-277 de notre ère.

La villa de Parville

Le site de Parville fut occupé du Ier au 4e s. avant notre ère Situés à proximité de la ville antique d'Évreux (Mediolanum Aulercorum), les bâtiments semblent appartenir à une « ferme indigène » gauloise composée de plusieurs bâtiments.
On y retrouvé sur le chantier de très nombreuses monnaies gauloises et un dépôt monétaire antique de 100 monnaies en alliage cuivreux. La plupart de ces pièces seraient des imitations.

http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Decouvrir/Multimedias/
Dossiers_thematiques/Les_monnaies_d_imitation_en_Gaule_romaine/
Les_sites_archeologiques_et_les_depots_monetaires
/p-1285-Parville.htm

Le Vieil-Evreux, antique Gisacum

Le Vieil-Eveux est un noeud routier important entre les routes de Cravent-Condé-sur- Iton, Evreux-Ivry-la-Bataille et Caudebec-en-Caux-Elbeuf-Dreux. Les fouilles ont permis de mettre à jour toute une cité (près de 400 ha) comportant à la fois un sanctuaire ansi qu'un théâtre et des thermes. Grâce à des photos aériennes, on a pu déceler également de nombreux autres bâtiments (marché et maisons artisanales)

Le sanctuaire de Cracouville
On a pu dégager deux états du fanum, le premier datant du 1er s., le second du 2e siècle de notre ère. Autour de ce temple on a recueilli 166 pièces gauloises, de nombreuses fibules et des fragments de statuettes.

Le sanctuaire principal
Il comportait une enceinte de 270 m sur 240 m ; en son centre une construction faite de trois fana rectangulaires entourés de galeries de circulation. ; le fanum central est plus important que les deux autres. De très nombreux fragments d'architecture antique ont été collationnés ; quelques-uns comportent des inscriptions très mutilées.

Le théâtre et les thermes
Autour du temple se trouvent un théâtre dont le diamètre semble être de 92,8 m. Il pouvait accueillir 7500 spectateurs et des thermes (115 m sur 74 m) Cet établissement de bains comportait un double ensemble thermal (caldarium, tepidarium et frigidarium) accolés ; à chaque extrémité, il y avait un foyer qui assurer le chauffage d'une partie de l'ensemble. Un système conplexe d'égouts assurait l'écoulement des eaux usées. Un aqueduc assurait l'alimentation en eau de cet ensemble.

Présentation en cours de construction sur Wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gisacum

Le trésor de Berthouville

En 1830, on a trouvé à quelques distance de Berthouville (canton de Brionne dans l'Eure) une centaine d'objets en argent dans une cachette soigneusement aménagée. Le trésor est désormais au Cabinet des Médailles. Il s'agit du trésor du sanctuaire dédié à Mercure de Canetonum. La plupart des pièces d'orfèvrerie ont été dédiées par Quintus Domitius Tutus et elles semblent avoir été fabriquées au 1er siècle.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tr%C3%A9sor_de_Berthouville
nombreuses reproductions sur le site anglais consacré à Berthouville
http://en.wikipedia.org/wiki/Berthouville_Treasure

 
 

Quelques incriptions

Les Musées de Haute-Normandie présentent plusieurs monuments funéraires avec épitaphes.
- Épitaphe de Julia Paula au Musée des Antiquités de Rouen

L'inscription dédicatoire du théâtre du Bois l'Abbé à Eu (Seine-Maritime) - http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=12415370 (présentation d'un article)

 
     
 

La Basse-Normandie

La cité des Lexoviens, Noviomagus (Lisieux)

On sait par César que la région était habitée par les Lexovii
Remarquables peintures murales romaines au Musée de Lisieux.

http://www.cg14.fr/culture/patrimoine/archeologie/travaux/
index.asp?numero=21

La plaine de Caen, pays des Viducasses

Vieux-la-Romaine (Aregenua) est la capitale des Viducasses. La ville gallo-romaine est située à une quinzaine de kilomètres de Caen. Comme beaucoup de cités de Normandie, Vieux a été fondée au 1er siècle de notre ère et a connu son plein développement entre les 2e et 3e siècles. Lors des invasions, elle est supplantée par Bayeux, mieux défendue.

La ville
On a pu retrouver le tracé de certaines voies, un aqueduc, un théâtre, des thermes et une curie.
Sous l'actuelle église Notre-Dame subsistent des vestiges d'un temple dédié à Mars et à Vénus.

Domus de Bas-de-Vieux
Cette "maison à péristyle' s'étend sur près de 1500 m².
http://www.cg14.fr/culture/patrimoine/archeologie/sites/index.asp?numero=3
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vieux-la-Romaine
http://arelacaen.chez-alice.fr/

La villa de Touffréville

On a découvert à Touffréville (Calvados) une importante cilla gallo-romaine dont la première période d'occupation date de la période augustéenne. Il s'agit d'une grande villa (7 ha) composée de nombeux bâtiments, comportant des pièces chauffées, des sols de mosaïques ainsi que des peintures murales. On trouve également à proximité un fanum.
Le signe semble avoir connu un certain déclin à la fin du 2e siècle, mais on trouve des traces d'occupation jusqu'au 4e siècle.

http://www.cg14.fr/culture/patrimoine/archeologie/travaux/

Le marbre de Thorigny, découvert à Vieux.

Socle d'une statue en grès (et non en marbre) découverte à Vieux dans le département du Calvados. Les inscriptions présentent la carrière politique d'un haut personnage gallo-romain, Titus Sennius Sollemnis. L'érection de cette statue à Aregenua fut décidée par le conseil des Gaules en 238. Ce haut personnage était membre du Sénat local et il fut délégué par ses compatriotes à l’assemblée des trois Gaules qui célébrait tous les ans à Lyon le culte de Rome et d’Auguste. Le Viducasse était semble-til grand prêtre de ce culte à Lyon. Cette pierre, désormais au Musée de Saint-Lô, est un document essentiel pour comprendre l'importance des notables gaulois.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Marbre_de_Thorigny

Anatole de Bathélemy, Les Assemblées nationales dans les Gaules, avant et après la conquête romaine
http://www.mediterranee-antique.info/Gaule/Divers/A_Gaules.htm

La région d'Augustodurum (Bayeux), pays des Bajocasses

La cité d'Augustodurum a été fondée à l'époque gallo-romaine sur une ancienne cité des Bajocasses. Carrefour important entre Noviomagus (Lisieux) et Aulauna (Valognes)C'est le lieutenant de César, Titus Sabinus, qui a soumis le Bessin. La ville est citée par Ptolémée, sous le nom de Noemagus Biducassium.
Les vestiges sont assez rares : deux bâtiments thermaux, dont l'un est situé sous l'actuelle église Saint-Laurent. On a mis à jour une importante nécropole.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Augustodurum

Les thermes d'Alauna (Valognes)

Alauna était la capitale des Unelles.
La cité a conservé les ruines de thermes très importants ainsi que des vestiges du théâtre antique.
Plan et galerie d'images

http://fr.wikipedia.org/wiki/Thermes_gallo-romains_d%E2%80%99Alleaume

La cité des Abricantes, Ingena (Avranches)

Document sur les Invasions barbares
http://www.ville-avranches.fr/histoire/pdfs/4.pdf

 

 

Dans les Musées

Musée de Rouen
Tête de Jupiter
http://www.musees-haute-normandie.fr/collections/objet.php?lang=fr&obj=07030000180
Gobelet en verre
http://www.musees-haute-normandie.fr/collections/objet.php?lang=fr&obj=07330000865

Musée d'Évreux
Monnaie des Aulerques Eburovices
http://www.musees-haute-normandie.fr/collections/objet.php?lang=fr&obj=07030000919
Statue d'Apollon
http://www.musees-haute-normandie.fr/collections/objet.php?lang=fr&obj=07030000181

Musée de Caen
Document pédagogique de grande qualité.
http://www.musee-de-normandie.caen.fr/visites/pedago/Ressources/Dossiers/Gallo/gallo1.htm
Borne de l'Empereur Claude
http://www.cg14.fr/culture/patrimoine/archeologie/sites/index.asp

Musée de Lillebonne
Vase anthropomorphe
http://www.musees-haute-normandie.fr/zoom.php3?id=43

Musée d'Harfleur
Cruche à panse gallo-romainedu Ie siècle
http://www.musees-haute-normandie.fr/fiche.php3?lang=fr&id_article=37

Musées du Calvados
Borne miliaire de l'empereur Claude
http://www.cg14.fr/culture/patrimoine/archeologie/sites/
index.asp?numero=1&photo=18

Villa de Vieux
http://www.cg14.fr/culture/patrimoine/archeologie/sites/
index.asp?numero=3

Reconstitution de la Villa
http://www.cg14.fr/culture/patrimoine/archeologie/sites/
index.asp?numero=3&photo=16



 
 

Sites et documents

Aspects de l'architecture monumentale antique
http://www.haute-normandie.culture.gouv.fr/pages/rubrique_6/telechargement/antique.pdf

Site d'Eu
Remarquable ensemble de documents sur : http://www.eu-briga.fr/

Lillebonne, sur Wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lillebonne

Site de Vieux
http://fr.wikipedia.org/wiki/Aregenua
Le Musée de Vieux
http://www.cg14.fr/culture/patrimoine/archeologie/musee/

Le marbre de Thorigny
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marbre_de_Thorigny

Site de l'ARELACAEN
http://arelacaen.chez-alice.fr/
notamment site de VIEUX

Site de Gisacum
http://www.cg27.fr/cg27/departement_eure/decouvrir_visiter/gisacum
http://www.arbre-celtique.com/encyclopedie/thermes-du-vieil-evreux-jardin-archeologique-971.htm

Trésor de Berthouville
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tr%C3%A9sor_de_Berthouville
nombreuses reproductions sur le site anglais consacré à Berthouville
http://en.wikipedia.org/wiki/Berthouville_Treasure

Documents pédagogiques téléchargeables
(publications des Musées à l'attention des jeunes publics)

- Aspects de l'architecture monumentale antiqueArchéologie Haute-Normandie
http://www.haute-normandie.culture.gouv.fr/pages/rubrique_6/telechargement/antique.pdf

- Vivre en Normandie à l'époque gallo-romaine (Musée Départemental des Antiquités de Rouen)
http://www.musees-haute-normandie.fr/IMG/pdf/
Dossier_primaire_Gaule_romaine.pdf

- Une journée à Mediolanum Aulercorum (Evreux)
http://www.musees-haute-normandie.fr/IMG/pdf/Mediolanum.pdf

-La céramique sigillée au Musée d'Evreux
http://www.musees-haute-normandie.fr/IMG/pdf/ceramique_sigillee.pdf

 
     
 

Bibliographie sommaire

ROGERET Isabelle, Carte archéologique de la Gaule, La Seine-Maritime , Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1998
CLIQUET Dominique, Carte archéologique de la Gaule, L'Eure, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1993
Ouvrages essentiels.

Collectif, Rouen Gallo-romain ; fouilles et recherches archéologiques 1978-1982
Collectif, Trésors archéologiques de la Haute-Normandie - Cinq années de fouilles 1974-1979 . 1980. Les deux ouvrages "collectifs" décrivent avec la plus grande précision les fouilles et les découvertes. De nombreuses photos et plans permettent de saisir toute l'importance de ces fouilles de sauvetage Musée des Beaux Arts de Rouen.
Vaisselle antique de bronze, Collection Musée départemental de Rouen
Musée des Antiquités de la Seine-Maritime, 1995, catalogue raisonné de la vaisselle antique du musée des antiquités de la ville de Rouen.


BEAUJARD, La haute normandie à l'époque gallo-romaine, Etudes normandes 296 , 1976DENIAUX E. La Basse-Normandie gallo-romaine, CRDP Caen.
DE BOÜARD Michel, Histoire de la Normandie, Privat, 1970 DE BOÜARD Michel, Documents de l’Histoire de la Normandie, Privat, 1972
GAUTHIER N. La Haute-Normandie gallo-romaine, CRDP Rouen, 1993
LACHASTRE Jean, Les voies romaines autour d'Harfleur Caracotinum, Ecomusée d'Harfleur
LAJOIE Patrice, Religions et cultes à Lisieux dans l'Antiquité et le Haut Moyen Âge
MANGARD Michel, La tombe gallo-romaine chez les Calètes et les Véliocasses, CRDP de Rouen
MANGARD Michel, Le sanctuaire gallo-romain de "Bois l'Abbé" Eu (Seine Maritine), Revue du Nord, Hors Série, collection Art et Archéologie, 12, 2008, Université Charles-de-Gaulle Lille, Villeneuve d'Ascq, 2008,
REMY-WATTE Monique, Collections gallo-romaines du Musée Minicipal de Fécamp, 1987 (concerne essentiellement le site de Colleville)
REMY-WATTE Monique, Le camp du Canada de Fécamp , 1990
L’oppidum celtique de Fécamp depuis les fouilles menées par Sir Mortimer Wheeler jusqu’aux plus récentes études, suivi du catalogue raisonné des pièces provenant de cet important site fortifié. Introduction sur la civilisation des oppida.
SENNEQUIER Geneviève, Catalogue des collections protohistoriques et gallo-romaines du Musée Départemental des Antiquités de Rouen, Rouen, 1981
Rouen gallo-romain, "Connaître Rouen" 1970
VAROQUEAUX C. Les édifices gallo-romains de Normandie, CRDP de Rouen, 1979
VIPARD (P.).- Marmor Tavriniacum. Le marbre de Thorigny (Vieux, Calvados). La carrière d'un grand notable gaulois au début du troisième siècle ap. J.-C. (22.5 x 28), 168 p., 30 fig., De Boccard, 2008

Un siècle d'archéologie, L'abé Cochet et Le Havre, fouilles archéologiques d'Harfleur, Bibliothèque Municipale du Havre, 1975.
Lillebonne au temps des gallo-romains, Musée Municipal de Lillebonne, 2001
De la Gaule à la Normandie, 2000 ans d'Histoire, 30 ans d'archéologie, Catalogue de l'exposition du Musée Départemental des Antiquités de Rouen, 1990
La Normandie et les Normands à travers les textes grecs et latins, supplément au bulletin de l'Association des professeurs de langues anciennes de l'Académie de Caen, n°18, 1986. (contact : ARELACaen, Département de langues anciennes, université, 14 032 Caen cedex
Trésors d'orfèvrerie gallo-romains , Catalogue de l'exposition du même nom présentée en février-avril 1989 au Musée du Luxembourg et la même année à Lyon.
Revue Archéologia , Rouen Ville Gallo-romaine , n°180-181 , juillet-août 1983 p. 94-104