Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 J E U X  O L Y M P I Q U E S 
Dossier
Présentation - Origine et développement des jeux Organisation des jeux à OlympieLes diverses épreuves  - Entraînement et hygiène de l'athlète - Le site d'Olympie et l'Altis - Les autres grands jeux : Delphes, Némée et Corinthe - Textes anciens - Bibliographie et liens 
Activités
Jeux antiques et modernes - Les jeux dans l'Iliade - A propos d'une Fable de La Fontaine - "Je suis né à Olympie..."

sommaire du site
Nous écrire

Les courses de chevaux

   
Les courses de chevaux furent introduites près d'un siècle après la création des jeux : elles furent très diverses, même si l'épreuve reine demeura la course de quadriges.
   
  Homère, Iliade
La course de chars

Pourtant l'Iliade témoigne du goût que les guerriers pouvaient avoir pour les courses. Dans le combat, c'est un cocher qui conduit l'attelage tandis que le guerrier descend du char pour affronter l'ennemi.
Lors de la course présentée dans le chant 23 de l'Iliade, ce sont les héros eux-mêmes, Ménélas et Antiloque notamment qui s'affrontent.

 
 

Départ en char d'un aurige

© [Louvre.edu] Photo Erich Lessing

La course de chars a été inscrite au programme des jeux en 680 av. notre ère, lors des 25ème jeux. La course de chars devint rapidement la course "distinguée" d'Olympie.

L'Affaire Alcibiade
Plutarque

Thucydide
Isocrate

 
 

Cavalier

© [Louvre.edu] Photo Erich Lessing

La course de chevaux montés fut introduite aux 33èmes jeux olympiques, en 648. Quatre cents ans plus tard, en 256, on créa une course d'étalons de deux ans.

   
 

Départ en char d'un aurige

© [Louvre.edu] Photo Erich Lessing

C'est lors des jeux de 408 que l'on organisa des courses de biges.

On organisa par la suite divers concours qui ne restèrent pas longtemps au programme des jeux :
- une course de jument, nommée calpé, dans laquelle le cavalier devait quitter sa monture et courir au but en la tenant par la bride
- une course de poulains de deux ans
- une course de trige .

   
   

De 500 à 444, il y eut des courses de biges attelées à des mules. Elles furent interrompues pour des raisons religieuses.

   
 

Un quadrige

©Texteimage.com Photo Erich Lessing

Lors de la course, les quadriges devaient parcourir douze fois la piste de quatre stades. Quoique seuls les chevaux d'élite fussent admis au concours, plus de cent chars étaient souvent en compétition : la lutte s'étendait sur plusieurs heures et comportait des demi-finales et des finales.
Au début et à la fin de la piste se trouvaient des poteaux qu'il fallait contourner : c'était extrèmement difficile, car il fallait savoir retenir les chevaux de l'intérieur, et pousser en même temps ceux de l'extérieur qui avaient une plus longue distance à parcourir. On cherchait à frôler le poteau pour faire le moins de chemin possible. Mais les chutes étaient nombreuses, et l'art consistait aussi à savoir éviter les adversaires malheureux.

Homère
La course de chars

Sophocle
La course d'Oreste

 
 

Portrait d'un aurige

© [Louvre.edu] Photo Béatrice Oravec

 

L'une des statues des plus célèbres est celle de l'aurige,
présentée au Musée de Delphes : http://www.culture.gr/2/21/211/21110a/e211ja01.html

Vainqueur d'une course de char

© [Louvre.edu] Photo Erich Lessing

 
   
 

L'Aurige de Delphes est une statue en bronze qui a été trouvée à la fin du siècle dernier tout près du temple. Elle faisait partie d'un ensemble comportant un quadrige et deux chevaux tenus au mors par de jeunes enfants. On a longtemps déclaré qu'il s'agissait de célébrer la victoire de Polyzalos, en 476 ou 472 ; on pense désormais que cette statue est un monument de Deinoménès, le fils de Hiéron de Syracuse qui aurait accompli le voeu de son père, vainqueur olympique dans la course de chevaux montés et dans la course de chars, et mort juste après la course. Le monument daterait de 467-466.