Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 J E U X  O L Y M P I Q U E S 
Dossier
Présentation - Origine et développement des jeux Organisation des jeux à OlympieLes diverses épreuves  - Entraînement et hygiène de l'athlète - Le site d'Olympie et l'Altis - Les autres grands jeux : Delphes, Némée et Corinthe - Textes anciens - Bibliographie et liens 
Activités
Jeux antiques et modernes - Les jeux dans l'Iliade - A propos d'une Fable de La Fontaine - "Je suis né à Olympie..."

sommaire du site
Nous écrire

Pindare

         
 

L'Aurige de Delphes

Pindare est né à Cynoscéphales, dans la banlieue de Thèbes en 518 avant J.-C.

C’est entre les années 480 et 460 que se développe sa carrière : en 476, Hiéron de Syracuse s’adresse à lui pour célébrer la victoire qu’il vient de remporter à Olympie ; le poète célèbrera les grandes victoires des tyrans de Sicile aux différents Jeux panhelléniques.
La vieillesse de Pindare est attristée par la défaite de sa ville soumise à la domination athénienne à partir de 457 Il meurt à Argos aux environs de 446.

   
 



Chants en l'honneur des vainqueurs des Grands Jeux : Les Épinicies

Nous possédons encore 14 Olympiques , 12 Pythiques , 8 Isthmiques et 11 Néméennes ainsi que quelques fragments et quelques Péans.

Ces Odes triomphales étaient destinées à célébrer une victoire aux Jeux. Chez Pindare l'éloge du vainqueur est éclipsé par l'éloge de sa famille et de sa cité. La fête qui célébrait le vainqueur était une fête familiale et nationale: elle devient par le fait même une fête religieuse.

D'une manière générale le poète évoque le souvenir des ancêtres du vainqueur qui ont pu s'illustrer aux Jeux , il loue les qualités morales des vainqueurs . Mais le poème se développe par l'évocation de récits mythiques, en rapport avec les circonstances. Et ce récit éclipse parfois le simple éloge du vainqueur.

Un aspect majeur est l'introduction de sentences morales qui donnent une dignité religieuse à l'hymne. Toute évocation mythologique est source d'une leçon, comme l'admirable sentence :

" N'aspire pas, ô mon âme à la vie immortelle
Mais épuise le champ du possible..." (Pythiques 3,110)


On a souvent souligné le caractère "aristocratique" des Odes. La pensée de Pindare se fonde sur quelques convictions très fermes:

- La religion est l'explication de tout :"Pour moi, il n'est point de merveille qui me paraisse incroyable, quand elle est l'œuvre des dieux".

- Les dieux gagnent en dignité par rapport à Homère : ils ont la beauté, la force, l'immortalité, mais aussi la science de toutes choses. Trois dieux ont ses préférences, Zeus, le maître de tout, Apollon, le dieu de Delphes, inspirateur de la poésie, et Héraclès, symbole des vertus athlétiques.

- "Il y a la race des hommes, il y a la race des dieux. Certes, la même mère (la Terre) a donné souffle à eux comme à nous; mais ce qui nous sépare, c'est que la toute puissance leur a été attribuée, l'homme n'étant que néant." Le bonheur et la continuité du bonheur dans les familles viennent des dieux. L'homme doit être mesuré dans tous ses désirs, et garder la conscience de sa faiblesse.

- Pindare reste enfin fidèle au vieil idéal de l'"eunomia" = le bon ordre.

Les poèmes illustrent le genre du "lyrisme choral" : ils étaient faits pour être chantés, avec accompagnement de musique. Toute la complexité des poèmes de Pindare vient de cette origine : point de logique ordinaire dans ces poèmes où le chant vole d'un sujet à l'autre. Cependant l'ordonnance générale se dégage d'autant mieux que nous pouvons comprendre les allusions du poète. La langue du lyrisme choral est le dorien. Sa versification très complexe est souple et variée. Le mouvement de ses poèmes semble toujours empreint de majesté.

 

Olympiques, X, 28-75
La fondation des Jeux

texte grec - texte français - bilingue

Olympiques, IV
Pour Psaumis,
vainqueur à la course de chars

texte grec - texte français - bilingue

Olympiques, XII
Pour Ergotelès
vainqueur au dolique

texte grec - texte français - bilingue

 

Isthmiques, IV (extrait)
Les jeux isthmiques

texte grec - texte français - bilingue

 
 

Les textes présentés.

Le premier extrait rapporte la légende de la fondation des Jeux et c'est la raison pour laquelle nous l'avons choisi. On notera que ces quelques vers permettent de comprendre le caractère hautement religieux de la fondation et l'on pourra analyser ces rites et leur déroulement. On s'attardera sur l'allusion aux Parques par laquelle Pindare nous indique que ces Jeux s'inscrivent dans un destin général prescrit par l'ordre suprême.

Le second texte est celui de la 4ème Olympique. Les thèmes habituels y figurent et peuvent faire l'objet d'un commentaire :
. La fonction du poète "mandé par la divinité".
. Les sentences morales : les amis se réjouissent des victoires de ceux qu'ils aiment.
. L 'éloge personnel (toujours très discret) qui rejaillit sur la cité.
. Le passage à l'éloge général des qualités morales.
. L'illustration mythologique, qui rebondit sur une sentence morale.

Tous ces éléments sont comme un "résumé" des méthodes et des thèmes de Pindare. On montrera aisément la haute tenue morale de l'ensemble. La joie ne se tourne jamais en orgueil, ni la louange en complaisance. Le héros mérite plus par son amour de la paix et la pureté de son cœur que par la force de son attelage.

Le dernier texte est la 12ème Olympique. Sa composition est moins diverse que celle de la 4ème.Mais il présente une autre caractéristique de Pindare, son art à s'inspirer de l'actualité. Nous trouvons en effet ici l'écho des problèmes que la ville d'Himère vient de traverser. C'est l'occasion pour le poète de réfléchir sur l'instabilité des choses humaines.

On se souviendra donc que ces textes nous offrent ce qu'il y a de plus grand. Les athlètes que loue Pindare dans ses Hymnes sont des représentants de grandes familles qui elles-mêmes se sont illustrées dans des temps antérieurs. Souvent la noblesse de leur race les fait descendre directement des grands héros de la Grèce. Leur dignité les fait ressembler à la statue de "l'aurige de Delphes", dont la fierté légitime s'affirme dans la modestie et dont le port est grand sans raideur.

   
    Bibliographie

PINDARE, Oeuvres, texte établi et traduit par Aimé PUECH , Les Belles Lettres (tome I ,Olympiques) 1922 , rééd. 1970 . La notice générale offre une biographie de Pindare qui éclaire son oeuvre. L'introduction à chaque épinicie donne de précieux compléments sur le sens du texte.

Pindare, Oeuvres complètes, traduites du grec par J.-P. Savignac, Editions de la Différence, 1990.

A. Croiset, La poésie de Pindare et les lois du lyrisme grec .1880

 

Textes en ligne

sur le site Méditerranées

http://www.mediterranees.net/civilisation/
olympiques/pindare/sommaire.html


Traduction complète de l'oeuvre de Pindare sur le site http://remacle.org/bloodwolf/poetes/falc/
pindare/notice.htm