Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

  L E S  S E P T   M E R V E I L L E S  D U  M O N D E
Dossier
Présentation - La pyramide de Khéops - Les jardins suspendus de Babylone - Le temple d'Artémis à Éphèse - La statue de Zeus à Olympie - Le mausolée d'Halicarnasse - Le colosse de Rhodes Le phare d'Alexandrie
Activités
Pistes de travail

sommaire du site

Nous écrire


Le colosse de Rhodes

 

 

Iconographie antique et moderne

Autres représentations du colosse

Un colosse dominant le port
Ruines du colosse au VIIe siècle dans Septem orbis admiranda
Le graveur italien représente les ruines du colosse qui n'enjambait pas le port mais était situé dans les terres, en position dominante.
Gravure à l'eau forte, hauteur : 222 millimètres, largeur : 282 millimètres, école italienne, 1608.

Colosse en ruines dominant le port de Rhodes
© The Trustees of the British Museum

Essai de reconstitution archéologique
À la fin du XIXe siècle, l'ouvrage d'Augé de Lassus Voyage aux sept merveilles du monde est illustré par Sidney Barclay. Le colosse n'est pas représenté enjambant le port mais debout en bordure de jetée. Sa position, bras droit levé, tête auréolée de rayons, portant la chlamyde et tenant un bâton ou fouet dans la main droite ressemble davantage aux statuettes de bronze du musée du Louvre et du British Museum.

Colosse de Rhodes par Barclay, 1896
gravure sur bois de Sidney Barclay
image numérisée Google ( Wikipedia )

Au début du XXIe siècle, Jean-Claude Golvin propose dans l'Antiquité retrouvée, 2005 une nouvelle représentation. Le colosse se trouve non au bout de la jetée mais sur un socle en deçà des fortifications du port. La position est plus statique, la chlamyde repose sur le bras droit qui tient une lance. La main gauche, levée bien au-dessus de la tête, tient un flambeau. On reconnaît le dieu Hélios à sa tête auréolée de rayons.

Port de Rhodes, aquarelle de J.-C. Golvin   Colosse de Rhodes par Jean-Claude Golvin   Colosse de Rhodes : aquarelle de Jean-Claude Golvin
Aquarelle de Jean-Claude Golvin
copyright Éditions Errance

Peinture : Salvador Dali
En 1954, Salvador Dali peint Le Colosse de Rhodes. La position particulière de la main droite en visière est sans doute inspirée par la découverte d'un bas-relief fort abîmé du IIe siècle avant J.-C. à Rhodes quelques années auparavant. Ce bas-relief est présenté dans un article du sculpteur Herbert Maryon en 1956 dans The Journal of Hellenic Studies. Le sculpteur fonde aussi sa représentation du colosse sur ce fragment de bas-relief.
Nul doute que cette représentation d'Hélios la main levée comme pour se protéger du soleil avait de quoi séduire le surréaliste. La divinité est présentée en contre-plongée renforçant l'impression colossale, et celle de la petitesse des hommes négligemment assis sur le socle.

Le colosse de Rhodes, Salvador Dali, 1954
Salvador Dali, 1954
Kuntsmuseum Bern
© Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí

On peut mettre ce tableau en perspective avec Le Christ de Saint Jean de la Croix réalisé trois ans plus tôt. La représentation de la divinité en plongée avait suscité alors bien des critiques...

Statues colossales modernes en métal
Réaliser une statue colossale est un défi artistique et technique que des artistes du monde entier ont souvent voulu relever depuis la fin du XIXe siècle .