Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

  L E S  S E P T   M E R V E I L L E S  D U  M O N D E
Dossier
Présentation - La pyramide de Khéops - Les jardins suspendus de Babylone - Le temple d'Artémis à Éphèse - La statue de Zeus à Olympie - Le mausolée d'Halicarnasse - Le colosse de Rhodes Le phare d'Alexandrie
Activités
Pistes de travail

sommaire du site

Nous écrire


Le Mausolée d'Halicarnasse

   

Visions modernes
mausolée, nom commun

  Les Romains, puis le monde occidental, ont utilisé le mot Mausolée comme nom commun. Un mausolée est maintenant un tombeau monumental. Les exemples abondent :

   Les plus anciens, à Rome, sont les mausolées d'Auguste et celui d'Hadrien, aujourd'hui Château Saint-Ange.
 
Parmi les plus récents, on compte le mausolée de Lénine, à Moscou.
   Parmi les plus fidèles se trouvent le Sanctuaire du souvenir (Shrine of Remembrance) à Melbourne, en Australie et le Mémorial national du général Grant, à New York.


Mémorial du général Grant, New York
Mémorial National du général Grant, New York.
Source : Wikimedia.


Bodrum, station touristique

   Le nom de la ville moderne, Bodrum, viendrait du nom de son château, Saint Pierre, en latin Petreus ou Petronius, déformé progressivement. On trouve les orthographes Boudroun, Budrun, Bodrun et Bodrum.

   Sa seule ressemblance avec l'antique Halicarnasse est la richesse : La ville accueille chaque été un million de touristes.

   On y visite le théâtre romain et la porte de Myndos.

Ce qui reste du Mausolée

   Le site lui-même :

ruines du Mausolée, Bodrum, Turquie
Ruines du Mausolée,
Bodrum, Turquie.
Source : Wikimedia.

   Les pierres de remploi, dans les murs du château.


À qui appartient le Mausolée ?

   L'écrivain turc Cevat Sakir Kabaagacli (1890-1973), surnommé "le Pêcheur d'Halicarnasse" écrivit à la reine Elizabeth, lui disant sa tristesse de savoir les restes du Mausolée exilés au British Museum, dans le froid brouillard londonien, au lieu de rester dans leur environnement naturel. Exposées à Londres, ces pierres avaient été sculptées pour Bodrum, et leur beauté naturelle ne s'accordait qu'avec le bleu de la mer de Bodrum. Elles ne pouvaient rester loin de l'endroit auquel elles appartenaient véritablement.

   La reine envoya la lettre au directeur du musée. Quelques mois plus tard, le directeur envoya la réponse suivante : " Nous avons pris votre suggestion très au sérieux. Il est vrai que qu'on apprécie réellement leur valeur dans le bleu. Aussi nous avons peint en bleu la salle où elles sont exposées. Merci beaucoup pour votre intérêt."

   En 2006, un documentaire de 60 minutes "Ancient Halicarnassus Bodrum," est tourné sous la direction de l'avocat Remzi Kazmaz. Simultanément, une pétition internationale est lancée pour obtenir que la Turquie récupère le matériel exposé au British Museum.