Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

  L E S  S E P T   M E R V E I L L E S  D U  M O N D E
Dossier
Présentation - La pyramide de Khéops - Les jardins suspendus de Babylone - Le temple d'Artémis à Éphèse - La statue de Zeus à Olympie - Le mausolée d'Halicarnasse - Le colosse de Rhodes Le phare d'Alexandrie
Activités
Pistes de travail

sommaire du site

Nous écrire


La statue de Zeus à Olympie

   

Boisard

Phidias

Autour d'un bloc de marbre, à force de génie,
Phidias opéra si bien
Qu'il en fit un objet digne d'idolâtrie,
Le Jupiter Olympien.
Ce Dieu-là cependant ce n'était qu'une idole;
Mais aux yeux d'un peuple païen,
Pour être un Dieu vivant il ne lui manqua rien,
La fable ajoute ici : pas même la parole.
Au moment solennel, à ce moment si beau,
Où l'artiste saisi d'un sublime délire
Au front de la statue appliqua le ciseau,
Frappa le dernier coup et s'écria : "Respire..."
Par un prodige tout nouveau,
A ce mot créateur qui résonnait encore
Jupiter répondit : "Adore..."
"Non pas moi", reprit Phidias...
"En épuisant ma tête, en fatiguant mon bras,
Je t'ai donné de quoi surprendre,
Etonner le vulgaire... et ne peux m'y méprendre;
J'ai dégrossi le bloc, le marbre reste, hélas !
Pauvres créateurs que nous sommes !
En vain nous prétendons voler le feu du ciel.
Quand je verrai le monde au pied de ton autel,
Je me dirai toujours : Voilà le Fils des Hommes !"

 
Fables, livre VIII
 
image Gallica