Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

  L E S  S E P T   M E R V E I L L E S  D U  M O N D E
Dossier
Présentation - La pyramide de Khéops - Les jardins suspendus de Babylone - Le temple d'Artémis à Éphèse - La statue de Zeus à Olympie - Le mausolée d'Halicarnasse - Le colosse de Rhodes Le phare d'Alexandrie
Activités
Pistes de travail

sommaire du site

Nous écrire


La statue de Zeus à Olympie

   

Cédrène

Chroniqueur byzantin, probablement un religieux, qui a écrit vers la fin du XIème siècle après J.-C., à partir de sources aujourd'hui perdues, un Compendarium historiarum. L'auteur fait la liste des oeuvres qui se trouvaient au Lauséion, propriété impériale qui était une dépendance du palais de l'empereur Théodose à Constantinople, parmi elles, la statue du Zeus d'Olympie.
En 330, Constantinople est devenue capitale de l'empire, un édit de novembre 382 permet de laisser ouvert les temples païens qui contenaient des statues qui étaient admirées comme objet d'art plus que comme objet de culte, mais quelques dix ans plus tard, Théodose interdit le paganisme et les jeux païens dont les jeux olympiques et ordonne la fermeture des temples païens. Dès lors se pose le problème de la préservation d'un certain patrimoine artistique. La décision est prise de transporter la statue de Phidias à Constantinople et de l'exposer au Lauséion. Flavius Josèphe, puis Suétone ont raconté les velléités de Caligula pour faire déplacer la statue à Rome au 1er siècle, mais on sait que son projet n'avait pas pu aboutir pour des raisons techniques.
Cédrène n'explique pas comment, 3 siècles plus tard, cette oeuvre de plus de 13 mètres a été démontée, transportée puis reconstruite, il indique simplement que l'oeuvre de Phidias qu'il qualifie d'"éléphantine" étaient au Lauséion. La mention "éléphantine" peut signifier qu'au IVème siècle après J.-C., soit neuf siècles après sa création par Phidias, la statue avait été dépouillée de ses plaques d'or. Plutarque, dans la Vie de Périclès, expliquait que Périclès avait demandé à Phidias de réaliser pour la statue chryséléphantine d'Athéna un plaquage d'or démontable, la statue servant en quelque sorte de trésor pour la cité. Il est probable que Phidias avait appliqué la même technique pour son Zeus d'Olympie. Lucien mentionne dans le Jupiter tragique qu'au IIème siècle après J.-C., des vandales ne se privaient pas de couper des boucles d'or de la statue...