Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

  L E S  S E P T   M E R V E I L L E S  D U  M O N D E
Dossier
Présentation - La pyramide de Khéops - Les jardins suspendus de Babylone - Le temple d'Artémis à Éphèse - La statue de Zeus à Olympie - Le mausolée d'Halicarnasse -  Le colosse de Rhodes - Le phare d'Alexandrie 
Activités
Pistes de travail

sommaire du site

Nous écrire


Le temple d'Artémis à Éphèse

 
Deux temples pour une seule merveille

On parle souvent de la première merveille du monde comme si elle avait été unique. En réalité, sur le site de l'Artémision, deux temples d'Artémis se sont succédé. Le premier fut érigé au VIe et le second au IVe siècle av. J.-C.
C'est chez Pline l'Ancien (Histoire naturelle XXXVI, 21), Strabon (Géographie, XIV, 1), et Vitruve (De l'Architecture, III, VII et X) qu'on en trouve les descriptions les plus complètes, sans qu'on sache toujours s'il faut les attribuer au premier ou au second temple. En effet, ces trois auteurs n'ont connu que le temple du IVe siècle apr. J.-C., mais, comme ils se fondent en partie sur des sources antérieures, ils parlent parfois du premier édifice.
En réalité, pour les Anciens, il s'agissait toujours du même sanctuaire, restauré après sa destruction par le feu, et c'est pourquoi sans doute Pline l'Ancien, qui sait pourtant que le temple fut reconstruit, puisqu'il mentionne l'incendie de 356 av. J.-C., confond, à plusieurs reprises, le « temple de Crésus » et celui de l'époque hellénistique (Histoire naturelle, XXXVI, 21).
Il faut donc croiser et confronter les récits des écrivains antiques et les découvertes archéologiques pour de se faire une idée assez précise de chacun des deux états de la « merveille ».


Le temple "archaïque", dit "de Crésus" : première version de la "merveille"

Il est établi que c'est dans la deuxième moitié du VIe siècle av. J.-C., sous le règne de Crésus, que s'édifie la première « merveille ». On peut reconstituer, à partir des restes d'inscriptions trouvés sur des bases de colonnes, aujourd'hui conservés au British Museum de Londres, la formule « le roi Kroisos a fondé », ce qui confirme les dires d'Hérodote (Histoire, I, 192). La construction semble avoir débuté dès 570.



Fragments d'inscriptions conservés au British Museum. Les lettres identifiables permettent de deviner la dédicace du roi Crésus.

Outre les colonnes sculptées, on attribue à Crésus d'autres donations, dont celle de deux génisses d'or. Selon Hérodote, c'était une habitude du roi de Lydie, qui en fit tout autant pour d'autres temples grecs.

Les architectes

Qui a construit « le temple de Crésus » ?
Pline l'Ancien désigne comme maître d'œuvre principal le Crétois Chersiphron.
Vitruve nous indique que celui-ci était assisté de Métagénès
(De l'Architecture, X, 12.), qui était probablement son fils. C'est ce dernier qui aurait inventé les machines qui permirent le transport des matériaux (De l'Architecture, X, 2).
L'origine de ces deux hommes étonne car, au VIe siècle, la civilisation crétoise, bien éloignée du rayonnement du millénaire précédent, n'est plus guère réputée pour son architecture. Toutefois, cette tradition semble confirmer la persistance de l'influence de l'île de Minos sur la culture ionienne au VIe siècle.
On s'accorde à dire que le père et le fils furent secondés par Théodoros, fils de Roikos, un des bâtisseurs du temple de Samos. Instruit des aléas qu'avaient connus les édifices précédents, Théodoros eut l'idée de constituer un substrat de fondation en mêlant au sable du charbon de bois et des peaux d'animaux, les deux matériaux provenant probablement de la récupération des déchets de sacrifices. Cette astuce géniale permit d'assurer la stabilité du temple et fit l'admiration des Anciens pendant plusieurs siècles.
Ce Théodoros de Samos est d'ailleurs connu pour d'autres innovations. Il aurait inventé la technique de la cire perdue pour le moulage des bronzes, l'équerre, le niveau à bulle d'air et la clé. Il aurait aussi emprunté aux Égyptiens le principe de la division du travail (au sens propre, comme le montre
l'anecdote rapportée par Diodore de Sicile).
Mais s'agit-il bien toujours du même Théodoros ? Selon Diogène Laërce, il y aurait eu plus de vingt artistes portant ce nom. Pour Ch. Picard, on en aurait connu au moins deux sur le site de l'Artémision : le grand-père, architecte, originaire de Samos, et le petit-fils, « ciseleur » résidant à Éphèse.
Il est sûr en tout cas que, pendant ce siècle de construction, d'autres ingénieurs intervinrent et prolongèrent l'œuvre de leurs prédécesseurs.
D'après
Strabon, les plans de ces architectes successifs allèrent toujours dans le sens d'une extension de l'édifice.

Proportions, place et nombre des colonnes

« Ce fut dans le temple de Diane d'Éphèse, avant l'incendie, qu'on mit pour la première fois aux colonnes des tores et des chapiteaux, et on régla que les colonnes auraient en diamètre la huitième partie de leur hauteur ; que les tores auraient en hauteur moitié de ce même diamètre ; enfin, que l'extrémité supérieure du fût aurait en diamètre un septième de moins que l'extrémité inférieure. » (Pline l'Ancien, Histoire Naturelle, XXXVI, 66)

On voit que, pour Pline l'Ancien, le temple de Crésus a valeur d'édifice modèle parce qu'il apporte des innovations dans la proportion et l'ornementation des colonnes. Vitruve,
architecte de l'époque romaine, y voyait aussi un des tout premiers exemples de construction de type ionique (De l'Architecture, X, 12).

Les fouilles conduites par A. Bammer ont permis de reconstituer le plan et les proportions exactes de cet ensemble.

Comme son rival de Samos, le temple était un édifice diptère () à péristyle.
Les dimensions du stylobate () étaient de 103,26 m x 50,14 m.
Les colonnes, ioniques (), de 18 m de hauteur, étaient disposées ainsi :

  • 2 rangées de 8 colonnes en façade à l'ouest
  • 2 rangs de 4 colonnes in antis () dans le pronaos ()
  • 2 rangées de 20 colonnes sur chacun des deux côtés
  • 2 rangs de 9 colonnes à l'est.

Le total est donc de 106 colonnes (on ne compte qu'une fois les colonnes d'angle).

L'écartement entre les colonnes du milieu (la quatrième et la cinquième) de la façade, égal à celui des deux rangées des colonnes in antis, était légèrement supérieur à l'espacement entre les autres colonnes, de manière à marquer l'entrée de l'édifice, fermée par les portes monumentales.
Plan du temple Colonnes de la façade

L'édifice est très vaste. Il est composé, d'un pronaos (), d'un naos () et d'un adyton ().
Le naos, hypèthre (), entouré de 4 murs, constitue une vaste cour à ciel ouvert. Il abrite l'autel et la statue de la déesse.
Ses dimensions sont de 46,692 m x 21,15 m.
On a retrouvé des fragments de plaques ayant appartenu aux murs latéraux. Leur analyse a montré que la technique employée pour la taille et le polissage des plaques était la même que celle que l'on retrouve dans plusieurs édifices perses, à Pasargadès, Suse et Persépolis, sans que l'on puisse déterminer si cette coïncidence résulte d'une influence orientale ou, au contraire, de l'intervention d'artisans ioniens en Perse.

Matériaux et décorations

Le temple frappa aussi ses contemporains par l'emploi massif du marbre. Avant le VIe siècle, ce matériau était relativement peu utilisé dans l'architecture, d'une part parce que ses gisements étaient assez rares en Grèce et en Asie Mineure, d'autre part parce que le transport et le travail de blocs aussi lourds nécessitent des machines et des outils qui n'existaient pas avant cette époque.
Les temples de Samos et de Didymes ne comportaient d'ailleurs pas – ou peu – de marbre. Son emploi massif dans la construction des temples et des autels dès le VIe siècle à Éphèse est donc particulièrement remarquable.
Toutes les parties visibles de l'édifice furent construites ainsi : les colonnes, les architraves
(), la corniche (), la sima (), les murs intérieurs et même la partie apparente de la couverture.

Pour en savoir plus sur les techniques de construction et l'emploi des matériaux, cliquer ici.


Les « columnae caelatae » ()

Le temple archaïque est un des premiers temples du monde grec à présenter des éléments sculptés sur ses colonnes et sur la frise de la sima. L'expression « columnae caelatae », employée par Pline l'Ancien, signifie « colonnes ciselées », du latin caelum - i :« ciseau, burin ». On continue aujourd'hui encore à employer ces termes pour désigner les colonnes du temple d'Artémis.


Selon Pline, elles étaient au nombre de 36. Les fouilles archéologiques ont confirmé la présence de sculptures mais ne permettent pas de savoir quelles étaient les colonnes ornées ni auxquelles appartiennent les rares éléments que l'on a retrouvés. En effet, il ne s'agit que de fragments de marbre qui ont été réemployés par la suite dans les fondations ou les murs des monuments postérieurs. Leur place d'origine est donc difficile à déterminer.
La logique voudrait cependant que les colonnes les plus ouvragées aient été placées du côté de l'entrée. On peut penser que les 36 colonnes – s'il faut les compter dans le temple de Crésus et non dans le temple hellénistique – étaient les 16 colonnes de façade, les 8 colonnes du pronaos, et peut-être les 6 premières de la colonnade latérale extérieure.
Il n'est pas non plus aisé de déterminer si les sculptures retrouvées appartiennent au temple archaïque ou au temple suivant, dit « hellénistique ». La confusion est entretenue par les sources antiques. Pline attribue l'une d'elle à Scopas, dont il fait donc le contemporain de Crésus, alors que ce sculpteur a vécu au IVe siècle.
On peut en outre s'apercevoir que ces fragments appartenaient à des blocs de deux formes géométriques différentes : des cylindres et des parallélépipèdes. Si les premiers proviennent sans aucun doute des colonnes, on s'interroge sur la place des seconds. Certains considèrent ces éléments cubiques comme des socles, posés sur le stylobate ()
, sur lesquels reposait la colonne. D'autres, au contraire les placent au sommet du fût, comme support de l'architrave.

Que représentaient les sculptures ? On peut identifier clairement au moins une scène : Il s'agit d'une procession dans laquelle figurent des hommes et des animaux marchant vers le sacrifice. On dispose en particulier d'un bloc montrant un prêtre, vêtu d'une peau de lion, et de porteurs d'offrandes. Il peut s'agir, soit de la procession du Daïtis, soit de la Panégyrie, rapportée par Xénophon d'Éphèse dans les Éphésiaques. (lire à ce sujet la rubrique consacrée aux fêtes d'Éphèse)

La frise

On a retrouvé une centaine de fragments (dont ci-dessus une tête de Silène et une tête de lion), aujourd'hui répartis entre le musée d'Éphèse et le British Museum. La différence de taille entre les différents éléments que l'on a pu reconstituer conduit à penser qu'il y avait probablement deux frises, l'une à l'intérieur, d'environ 135 mètres, et l'autre à l'extérieur, sur la sima, sur une longueur totale de 300 mètres. Les sculptures représentaient des situations très diverses : des scènes mythologiques (gigantomachie, guerre de Troie, combat des Lapithes et des Centaures), des manifestations religieuses (processions, sacrifices) mais aussi des aspects de vie quotidienne (banquets) qui témoignent d'un certain art de vivre dans la société aristocratique de l'époque.
A intervalles réguliers, des têtes de lion encastrées dans la frise faisaient fonction de gargouilles
() pour permettre l'évacuation des eaux de pluie.

Destruction 

L'Artémision, ayant échappé aux destructions que les Perses firent subir à la plupart des sanctuaires ioniens après leur victoire sur Crésus, resta debout pendant plus de cent ans. On pense qu'il fit l'objet, au début du IVe siècle, d'une restauration et qu'il faut peut-être l'attribuer à Démétrios, un prêtre d'Artémis et à Paeonios d'Éphèse, que Vitruve mentionne comme architectes du deuxième temple. Mais c'est surtout l'attentat commis par Érostrate qui reste dans les mémoires.

Les circonstances

Cet incendie aurait eu lieu le 6 du mois d'Hécatombéon de la première année de la 106e olympiade, soit le 21 juillet -356, jour de la naissance d'Alexandre. La date précise est invérifiable mais la destruction de la première merveille est l'un des rares cas qui permette de faire coïncider la tradition littéraire et légendaire avec l'archéologie. En effet, les fouilles ont établi formellement que les fragments de sculptures des tambours de colonnes et de la frise de la sima, retrouvés épars en divers lieux où ils avaient été réemployés, portaient tous la trace d'un incendie.
Curieusement, même à l'époque moderne, la thèse de l'attentat individuel n'a jamais été réellement contestée. Il y aurait pourtant d'autres pistes à étudier, comme le suggère D. Hegyi qui émet l'hypothèse de représailles cariennes liées à la volonté des Éphésiens de s'affranchir de l'influence du roi Mausole. Nous ne disposons d'aucun élément précis à l'appui de cette thèse mais on ne peut exclure formellement les causes politiques dans le contexte troublé du IVe siècle.

Quoi qu'il en soit, la perte du premier temple fut une perte considérable, non seulement à cause de la destruction de l'édifice mais aussi parce qu'avec lui disparaissaient les trésors qu'il recelait. L'adyton () était en effet un véritable coffre-fort : objets de culte en métal précieux, offrandes des généreux donateurs. Le sanctuaire était aussi une banque où des financiers de tout le monde antique venaient mettre à l'abri de grosses sommes d'argent. C'était enfin un lieu de culture et une bibliothèque. On assure même que c'est au cours de cet incendie que brûla le manuscrit des œuvres d'Héraclite.
Dans la mémoire de l'humanité, l'incendie du temple préfigure celui de la Bibliothèque d'Alexandrie.

Le silence sur le nom de l'incendiaire

Celui qui avait incendié le temple cherchait à s'assurer une renommée. Pour le priver de cet avantage, son nom fut rayé de tous les actes de la cité et les Éphésiens interdirent de le prononcer et de l'écrire, sous peine de mort.
Dans un premier temps, le décret semble avoir été remarquablement respecté car on ne trouve pas de mention du pyromane chez les auteurs du IVe siècle. Mais si l'on en juge par la renommée posthume de celui qui fut peut-être le premier nihiliste de l'histoire, le tabou semble avoir donné au contraire à son acte une dimension romanesque, tragique, philosophique ou politique qui lui confère désormais une notoriété universelle.