Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 LE TEMPLE D'ARTÉMIS À ÉPHÈSE

sommaire du site

Appien : Massacre des latins d'Asie
(Mithridate, IV, 27)

 .

Eὐθὺς οὖν Ἀντωνίῳ μὲν ἡ περὶ ἅπαντα τέως ἐπιμέλεια ἀθρόα ἠμβλύνετο, Κλεοπάτρα δ' ὅ τι προστάξειεν, ἐγίγνετο, οὐ διακριδὸν ἔτι περὶ τῶν ὁσίων ἢ δικαίων, ἐπεὶ καὶ τὴν ἀδελφὴν αὐτῆς Ἀρσινόην, ἱκέτιν οὖσαν ἐν Μιλήτῳ τῆς Λευκοφρυηνῆς Ἀρτέμιδος, πέμψας ὁ Ἀντώνιος ἀνεῖλε, καὶ Σεραπίωνα, τὸν ἐν Κύπρῳ στρατηγὸν αὐτῆς, συμμαχήσαντα Κασσίῳ, Τυρίων ὄντα ἱκέτην, ἐκέλευσε τοὺς Τυρίους ἐκδοῦναι τῇ Κλεοπάτρᾳ, ἐκδοῦναι δὲ καὶ Ἀραδίους ἕτερον ἱκέτην, ὅν τινα, Πτολεμαίου τοῦ ἀδελφοῦ τῆς Κλεοπάτρας ἀφανοῦς ἐν τῇ πρὸς Καίσαρα κατὰ τὸν Νεῖλον ναυμαχίᾳ γενομένου, οἱ Ἀράδιοι εἶχον λέγοντα Πτολεμαῖον εἶναι. Καὶ τὸν ἐν Ἐφέσῳ δὲ τῆς Ἀρτέμιδος ἱερέα, ὃν Μεγάβυζον ἡγοῦνται, ὑποδεξάμενόν ποτε τὴν Ἀρσινόην ὡς βασιλίδα ἀχθῆναι μὲν ἐκέλευσεν, Ἐφεσίων δ' αὐτὴν Κλεοπάτραν ἱκετευσάντων μεθῆκεν.

(Mithridate, IV, 27)

   
Les Éphésiens arrachèrent les fugitifs qui s'étaient réfugiés dans le temple d'Artémis des statues même de la déesse et les tuèrent. Les habitants de Pergame tirèrent des flèches sur ceux qui s'étaient réfugiés dans le temple d'Esculape alors qu'ils s'accrochaient toujours à la statue du dieu. Les habitants d'Adramyttion poursuivirent dans la mer ceux qui cherchaient à s'échapper à la nage, les tuèrent et noyèrent leurs enfants. Les Cauniens qui étaient devenus sujets de Rhodes après la guerre contre Antiochus et qui venaient d'être libérés par les Romains, poursuivirent les Italiens qui s'étaient réfugiés près de la statue de Vesta du Sénat, les arrachèrent à l'autel, tuèrent les enfants sous les yeux de leurs mères et puis tuèrent les mères elles-mêmes et leurs maris en dernier lieu. Les habitants de Tralles, pour s'en laver les mains, louèrent un monstre sauvage appelé Theophilus, un Paphlagonien, pour effectuer ce travail. Il conduisit les victimes au temple de la Concorde, et c'est là qu'il les assassina, coupant en outre les mains de ceux qui embrassaient les statues des dieux. Tel fut le destin terrible qui arriva aux Romains et aux Italiens dans toute la province d'Asie, aux hommes, aux femmes, aux enfants, à leurs affranchis et à leurs esclaves, à tout ce qui était de sang italien, ce qui rendit évident que c'était plus la  haine des Romains que leur crainte de Mithridate qui poussait les Asiatiques à commettre ces atrocités. Mais ils furent doublement châtiés de leur crime – une première fois des mains de Mithridate lui-même, qui dans sa perfidie peu de temps après, se déchaîna contre eux, et une seconde fois des mains de Cornelius Sylla.

Traduction Philippe Remacle.

Texte intégral disponible sur le site de Philippe Remacle