Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 LE TEMPLE D'ARTÉMIS À ÉPHÈSE

sommaire du site

Callimaque : L'Amazone Hippo
(Callimaque, Hymne à Artémis,  237-250)

NB : Dans ce texte, nous tradusisons le terme φηγός par "chêne" et non par "hêtre". Nous suivons en cela le définition du dictionnaire Bailly. En outre, il est avéré que le hêtre était inconnu des Grecs de l'Antiquité.

Σοὶ καὶ Ἀμαζονίδες πολέμου ἐπιθυμήτειραι
ἔν κοτε παρραλίῃ Ἐφέσῳ βρέτας ἱδρύσαντο
φηγῷ ὑπὸ πρέμνῳ, τέλεσεν δέ τοι ἱερὸν Ἱππώ·
αὐταὶ δ΄, Οὖπι ἄνασσα, περὶ πρύλιν ὠρχήσαντο
πρῶτα μὲν ἐν σακέεσσιν ἐνόπλιον, αὖθι δὲ κύκλῳ
στησάμεναι χορὸν εὐρύν· ὑπήεισαν δὲ λίγειαι
λεπταλέον σύριγγες, ἵνα ῥήσσωσιν ὁμαρτῇ
(οὐ γάρ πω νέρεια δι΄ ὀστέα τετρήναντο,
ἔργον Ἀθηναίης ἐλάφῳ κακόν)· ἔδραμε δ΄ ἠχώ
Σάρδιας ἔς τε νομὸν Βερεκύνθιον. (...)

Kεῖνο δέ τοι μετέπειτα περὶ βρέτας εὐρὺ θέμειλον
δωμήθη, τοῦ δ΄ οὔτι θεώτερον ὄψεται ἠώς
 οὐδ΄ ἀφνειότερον· ῥέα κεν Πυθῶνα παρέλθοι.

(Callimaque, Hymne à Artémis,  237-250)

   

C'est à toi que jadis, aux rivages d'Éphèse, les Amazones érigèrent une statue sur le tronc d'un chêne. Là, reine Oupi, tandis qu'Hippo t'offrait un sacrifice, ces femmes, amies de la guerre, dansèrent d'abord, avec leurs boucliers, la danse des armes, puis se réunirent en choeur autour de ton autel. Leurs mouvements agiles faisaient résonner leurs carquois et retentir la terre sous leurs pieds. La flûte, cet ouvrage d'Athéna, si funeste aux faons, n'était pas encore inventée mais le son des chalumeaux leur marquait la cadence, et l'écho le répétait jusque dans Sardes et dans Bérécynthe.
Dans les âges suivants, on construisit autour de cette statue un vaste temple : le soleil n'en verra jamais de plus beau ni de plus riche ; il l'emporte sur le temple même de Pytho.
 

Traduction Laporte-Dutheil modifiée par MSM

Texte intégral disponible sur le site de Philippe Remacle