Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 LE TEMPLE D'ARTÉMIS À ÉPHÈSE

sommaire du site

Homère  : les oiseaux de l'embouchure du Caystre
(Homère, Iliade , chant II,  455 - 468)

 .

Ἠΰτε πῦρ ἀΐδηλον ἐπιφλέγει ἄσπετον ὕλην
οὔρεος ἐν κορυφῇς, ἕκαθεν δέ τε φαίνεται αὐγή,
ὣς τῶν ἐρχομένων ἀπὸ χαλκοῦ θεσπεσίοιο
αἴγλη παμφανόωσα δι᾽ αἰθέρος οὐρανὸν ἷκε.
Τῶν δ᾽ ὥς τ᾽ ὀρνίθων πετεηνῶν ἔθνεα πολλὰ

χηνῶν ἢ γεράνων ἢ κύκνων δουλιχοδείρων
Ἀσίω ἐν λειμῶνι Καϋστρίου ἀμφὶ ῥέεθρα
ἔνθα καὶ ἔνθα ποτῶνται ἀγαλλόμενα πτερύγεσσι
κλαγγηδὸν προκαθιζόντων, σμαραγεῖ δέ τε λειμών,
ὣς τῶν ἔθνεα πολλὰ νεῶν ἄπο καὶ κλισιάων
ἐς πεδίον προχέοντο Σκαμάνδριον· αὐτὰρ ὑπὸ χθὼν
σμερδαλέον κονάβιζε ποδῶν αὐτῶν τε καὶ ἵππων.
Ἔσταν δ᾽ ἐν λειμῶνι Σκαμανδρίῳ ἀνθεμόεντι
μυρίοι, ὅσσά τε φύλλα καὶ ἄνθεα γίγνεται ὥρῃ.

(Homère, Iliade , chant II,  455 - 468)

   

Ainsi qu'un feu destructeur embrase une forêt immense, sur les sommets d'une montagne, et de loin on voit sa lueur, ainsi, des guerriers en marche, le bronze merveilleux lançait son éclat resplendissant, à travers l'éther, jusqu'au ciel. Comme des oiseaux ailés, en tribus nombreuses, oies, grues ou cygnes au long cou, dans la prairie d'Asias, sur le cours du Caystre, volent çà et là, fiers de leurs ailes, se posent en criant et font retentir la prairie,
ainsi de nombreuses tribus, venant des vaisseaux et des baraques, se répandaient dans la plaine du Scamandre.
 
TRADUCTION : Eugène LASSERRE, Homère, Iliade. Paris, Classiques Garnier, 1955.

Texte intégral disponible sur le site Hodoi elektronikai de l'Université Catholique de Louvain