Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 LE TEMPLE D'ARTÉMIS À ÉPHÈSE

sommaire du site

Macrobe : les colonnes du premier temple
(Saturnales,  V, 22)

 .


Alexander Aetolus, poeta egregius, in libro qui inscribitur Musea refert quanto studio populus Ephesius dedicato templo Dianae curaverit praemiis propositis ut qui tunc erant poetae ingeniosissimi in deam carmina diversa conponerent. In his versibus Opis non comes Dianae sed Diana ipsa vocata est. Loquitur autem, uti dixi, de populo Ephesio:
"ἀλλ᾽ ὅγε πευθόμενος πάγχυ Γραικοῖσι μέλεσθαι
Τιμόθεον κιθάρης ἴδμονα καὶ μελέων,
υἱὸν Θερσάνδρου κλυτὸν ᾔνεσεν ἀνέρα σίγλων
χρυσείων ἱερὴν δὴ τότε χιλιάδα
ὑμνῆσαι ταχέων τ᾽ Ὦπιν βλήτειραν ὀϊστῶν,
ἥ τ᾽ ἐπὶ Κερχρείῳ τίμιον οὶκον ἔχει."

(Saturnales,  V, 22)

   
Alexandre Étolien, poète distingué, dans son ouvrage intitulé Les Muses, rapporte avec quel zèle le peuple d'Éphèse, après avoir consacré un temple à Diane, invita, en leur proposant des récompenses, les poètes les plus célèbres de l'époque, à composer différents ouvrages en vers, en l'honneur de la déesse. Dans ce passage, le nom d'Opis est donné, non pas à la compagne de Diane, mais à la déesse elle-même. Le poète, comme je l'ai dit, parle des Éphésiens.
« Ce peuple, sachant que Timothée fils de Thersandre, habile dans la musique et dans la poésie, excitait universellement l'admiration des Grecs, l'honora d'un don sacré de mille sicles d'or, afin qu'il célébrât Opis qui lance des flèches rapides, et qui a un temple célèbre à Cenchrée. »

Traduction française sous la direction de  M. Nisard, Firmin-Didot, 1875

Texte intégral disponible sur le site de Philippe Remacle