Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 LE TEMPLE D'ARTÉMIS À ÉPHÈSE

sommaire du site

Plutarque : le temple, asile des débiteurs aux abois
(Qu'il ne faut pas emprunter à usure, 828 d)

 .

Ἡ μὲν γὰρ Ἄρτεμις ἡ ἐν Ἐφέσῳ τοῖς χρεώσταις, ὅταν καταφύγωσιν εἰς τὸ ἱερὸν αὐτῆς, ἀσυλίανπαρέχει καὶ ἄδειαν ἀπὸ τῶν δανείων· τὸ δὲ τῆς εὐτελείας καὶ ἄσυλον καὶ ἄβατον πανταχοῦ τοῖςσώφροσιν ἀναπέπταται, πολλῆς σχολῆς εὐρυχωρίαν παρέχον ἱλαρὰν καὶ ἐπίτιμον.

(Qu'il ne faut pas emprunter à usure, 828 d)

   
Le temple de Diane à Éphèse est, pour les débiteurs qui s'y réfugient, un asile assuré contre les poursuites de leurs créanciers. Le sanctuaire de la frugalité est aussi un asile impénétrable toujours ouvert aux hommes vertueux, où ils trouvent un repos aussi doux qu'honorable.
 
Traduction française : abbé RICARD, Oeuvres morales de Plutarque. Paris, Lefevre, 1844

Texte intégral disponible sur le site Hodoi elektronikai de l'Université Catholique de Louvain