Vous êtes dans un espace d'archives.   Découvrez le nouveau site Musagora !

-

 LE TEMPLE D'ARTÉMIS À ÉPHÈSE

sommaire du site

Strabon : Xerxès et les sanctuaires de la côte ionienne 
(Strabon, Géographie,  14, 1, 5)

 Dans cet extrait, Strabon affirme que le sanctuaire d'Ephèse fut le seul à être épargné par Xerxès après sa victoire sur les Lydiens.

Μετὰ δὲ τὸ Ποσείδιον τὸ Μιλησίων ἑξῆς ἐστι τὸ μαντεῖον τοῦ Διδυμέως Ἀπόλλωνος τὸ ἐν Βραγχίδαις ἀναβάντι ὅσον ὀκτωκαίδεκα σταδίους· ἐνεπρήσθη δ΄ ὑπὸ Ξέρξου, καθάπερ καὶ τὰ ἄλλα ἱερὰ πλὴν τοῦ ἐν Ἐφέσῳ· οἱ δὲ Βραγχίδαι τοὺς θησαυροὺς τοῦ θεοῦ παραδόντες τῷ Πέρσῃ φεύγοντι συναπῆραν τοῦ μὴ τῖσαι δίκας τῆς ἱεροσυλίας καὶ τῆς προδοσίας. Ὕστερον δ΄ οἱ Μιλήσιοι μέγιστον νεὼν τῶν πάντων κατεσκεύα σαν, διέμεινε δὲ χωρὶς ὀροφῆς διὰ τὸ μέγεθος· κώμης γοῦν κατοικίαν ὁ τοῦ σηκοῦ περίβολος δέδεκται καὶ ἄλσος ἐντός τε καὶ ἐκτὸς πολυτελές· ἄλλοι δὲ σηκοὶ τὸ μαντεῖον καὶ τὰ ἱερὰ συνέχουσιν· ἐνταῦθα δὲ μυθεύε ται τὰ περὶ τὸν Βράγχον καὶ τὸν ἔρωτα τοῦ Ἀπόλλω νος· κεκόσμηται δ΄ ἀναθήμασι τῶν ἀρχαίων τεχνῶν πολυτελέστατα· ἐντεῦθεν δ΄ ἐπὶ τὴν πόλιν οὐ πολλὴ ὁδός ἐστιν οὐδὲ πλοῦς.

(Strabon, Géographie,  14, 1, 5)

   

Tout de suite après le cap Posidium, lequel dépend du territoire de Milet, si l'on remonte vers l'intérieur l'espace de 18 stades environ, on rencontre d'abord, dans, le canton dit des Branchides, le Manteum ou Oracle d'Apollon Didyméen. Ce sanctuaire partagea le sort des autres temples de l'Ionie, qui, à l'exception du temple d'Ephèse, furent tous brûlés par Xerxès. Quant aux Branchides, qui avaient livré les trésors du dieu au roi fugitif, ils prirent le parti de suivre Xerxès et de quitter le pays pour ne pas porter la peine de leur sacrilège et de leur trahison. A la place de ce premier sanctuaire, les Milésiens construisirent un temple qui surpassait par ses dimensions tous les temples connus, et qui, à cause de cela même, ne reçut jamais sa toiture. L'enceinte principale, capable d'enfermer tout un bourg, se trouve placée entre deux aisé ou bois magnifiques, l'un intérieur, l'autre extérieur, et a comme dépendances différents sanctuaires qui contiennent le Mantéum et tous les objets nécessaires au culte. C'est en ce lieu que la Fable place la scène des amours d'Apollon et de Branchus. On y a réuni à titre de pieuses offrandes les chefs-d'oeuvre les plus précieux de l'art antique. Du temple à la ville le chemin n'est rien, qu'on s'y rende par terre ou qu'on descende jusqu'à la côte pour regagner Milet par mer.

Traduction  Amédée Tardieu (Paris, ed° Hachette, 1867)

Texte intégral disponible sur le site mediterranee.net