Bien Lire  
.Liens Nouveautés du site, Plan du site, Contact
Page Actualités Actualités
Page Atelier
Page Médiathèque
Page Syndicat d'initiative
Page Échanges
Agenda

2008-2010 : un projet pour les actions éducatives familiales retenu par le Haut commissariat aux solidarités actives

L’ANLCI (Agence nationale de lutte contre l’illettrisme) est soutenue par le Haut commissariat aux Solidarités actives pour la mise en œuvre d'un vaste projet expérimental « actions éducatives familiales ». Ces expérimentations que l'agence va coordonner feront l'objet d'une évaluation des impacts sur les personnes. Il s'agit de vérifier les hypothèses selon lesquelles il y a des interactions entres des actions en direction des adultes parents ne maîtrisant pas les savoirs de base et la réussite éducative de leurs enfants. Nous sommes proches, dans l'esprit de ce projet, des programmes familiaux locaux.
Un certains nombre d'instances ont été constituées pour le suivi de ce projet, avec notamment un comité scientifique composé des personnalités comme Marie Duru-Bellat, sociologue et professeur de sciences de l’éducation, Jacqueline Costa-Lascoux, sociologue, directrice de recherche du Centre national de recherche scientifique, Bernard Terrisse, professeur à l’Université du Québec à Montréal
Responsable du Groupe de Recherche en Adaptation Scolaire et Sociale (GREASS), Département d'Éducation et Formation spécialisées.

Ce projet a pour ambition de proposer une nouvelle approche de la prévention de l’illettrisme. Il s’agit d’intégrer la prévention de l’illettrisme dans le processus d’éducation et de formation tout au long de la vie.
L’objectif est d’améliorer l’efficacité de certaines actions éducatives qu’elles soient de prévention ou de formation en prenant appui sur l’expérience et l’expertise acquises par les acteurs locaux et d’agir auprès des familles.

Des fragilités peuvent en effet apparaître, ou se développer dès lors qu’un enfant se trouve dans une phase de passage, voire de rupture : entrée à l’école, entrée au CP, changement de classe, etc. Si ses parents ne peuvent l’accompagner dans sa scolarité, les risques d’échec sont importants.
C’est pourquoi il faut accompagner ces phases en mobilisant simultanément les enfants élèves et les adultes parents en créant les conditions d’une familiarisation avec l’école pour les parents qui n’y sont pas à l’aise car eux-mêmes ne maîtrisent pas ce que leurs enfants découvrent.

« L’enfant », « l’adolescent », « l’adulte » vivent dans des espaces qui sont, qui pourraient ou qui devraient tous être interconnectés entre eux : la famille, l’école, l’environnement extérieur.
Certains espaces n’ont pas l’habitude, historiquement, culturellement, idéologiquement d’être interconnectés même si les acteurs de terrain constatent et parfois mesurent les effets et les bénéfices de ces actions qui se déroulent en parallèle.
Il faut connecter entre les actions de formation de base pour les adultes qui s’inscrivent dans des espaces aux périmètres précis et les actions de prévention et d’accompagnement éducatif en direction des enfants.

Ces programmes viseront à accompagner les parents pour leur permettre, en fonction de leurs besoins, de :
- renforcer la place de la lecture dans la vie familiale ;
- (re) nouer, eux-mêmes, une relation positive avec l’écrit ;
- avancer vers une relation plus constructive avec l’école ;
- bénéficier d'activités de soutien à la parentalité en lien avec l’accompagnement de leurs enfants au moment des premiers apprentissages ;
- s’engager, si nécessaire, dans une démarche de formation de base pour se perfectionner dans la maîtrise de la langue écrite, voire pour apprendre à lire et à écrire.
 
Éric Nédéléc, chargé de mission à l’ANLCI,
et responsable de ce projet.
 
Mise en ligne en juin 2008.

Retour
 

Haut de page
Copyright CNDP
Nouveautés du site Plan du site Contact Partenaires Mentions légales Crédits