L’Enfant à l’ordinateur : une pratique d’aide aux enfants en difficulté. Observations et réflexions
 


Garrel Hélène/Calin Daniel, L’Harmattan, 2000, 251 p.


L’ouvrage présente des observations et les analyses qu’elles ont induites à partir d’une pratique en rééducation scolaire.
L’ordinateur a joué un rôle primordial dans la rééducation des élèves, outil à leur disposition dans la salle où a eu lieu la prise en charge. Les élèves qui ont été observés présentent des troubles assez importants mais les analyses qui sont proposées de l’apport de l’outil informatique peuvent donner des pistes pour un travail avec des élèves en difficulté moindre.
Les études de cas sont regroupées selon trois grandes rubriques en fonction des apports spécifiques de l’outil.
La première concerne l’apport culturel. Les auteurs démontrent que l’ordinateur apporte l’équivalent du « contenu d’un cartable » avec une facilité d’emploi, une accessibilité plus grande : il fournit les outils scripteurs qui permettent à l’enfant d’écrire et de dessiner, de se corriger et de produire un texte toujours propre, qui peut être réécrit sans le coût du geste graphique. Il favorise par ailleurs l’apprentissage systématique de la mémoire méthodique et apporte une mémoire auxiliaire personnalisée. C’est aussi une culture ludique qui est renouvelée. La machine introduit de nouveaux compagnons de jeux (partenaires humains virtuels et partenaires numériques), elle permet à l’utilisateur de choisir la présentation du jeu, les variantes, les degrés de difficulté. L’utilisation de l’ordinateur ouvre une fenêtre sur le monde : les jeux proposés sont porteurs de notre culture, de nos savoirs, de nos façons de travailler, jouer, penser, créer. L’enfant a un accès dynamique aux vecteurs culturels (encyclopédies, atlas, etc.).
La deuxième rubrique concerne le dispositif rééducatif. Les exemples montrent comment la machine intervient comme cadre et permet une réorganisation de l’espace et de la relation rééducatifs.
La troisième rubrique est plus axée sur le lien entre l’ordinateur et le développement physique et psychique de l’enfant. Devant la machine, l’enfant est obligé de réguler ses mouvements ; par l’utilisation, il est face à une mise en scène de l’activité mentale qui facilite l’émergence de la pensée et en améliore le fonctionnement.
L’ouvrage se termine par l’examen de deux cas illustrant la façon dont l’informatique permet une aide technique à la production symbolique.

Centre Alain Savary (INRP)