Réussir ensemble avec les marionnettes
 


Tusseau Jean-Pierre, CRDP des Pays de la Loire, 2003, 139 p.

Couverture de Réussir ensemble avec les marionnettes

L’auteur rend compte de l’intérêt pédagogique et des pratiques mises en œuvre avec des élèves de 6e et de CM2.

Le chapitre I explique en quoi monter un spectacle de marionnettes redonne confiance aux élèves en échec en français et en mathématiques par l’appel à d’autres compétences, notamment artistiques et manuelles, fait sortir les plus timides de leur réserve grâce à la médiation des marionnettes, développe le sens de la solidarité. Toutes les disciplines sont impliquées : maîtrise du langage oral et de l’écrit (voir tableau p. 27), lecture, arts visuels, arts appliqués, musique, histoire, géographie, sciences expérimentales (documentation pour les scénarios, voir p. 33, p. 98, p. 104-105), mathématiques (calcul, activités géométriques, voir p. 33), contrôle du corps et de la voix… La mémoire est développée.
Le chapitre II montre comment le projet permet l’observation réfléchie de la langue française : types de phrases, niveaux de langue, groupes constituants de la phrase, caractéristiques du dialogue de théâtre. Les exemples développés renvoient aux quatre réalisations présentées en annexe.
Le chapitre III étudie le passage de l’élaboration à la réalisation du spectacle. La construction d’un personnage fait travailler le portrait, celle du scénario la construction du récit. Il est intéressant de faire une réécriture de textes lus et étudiés (voir p. 68-69). Sont présents des conseils de manipulation des marionnettes, une grille d’autoévaluation (p. 63) en relation avec les fiches techniques en annexe. La représentation développe la maîtrise de soi, exige un échange acteur/spectateur très enrichissant.

Comme l’expose l’auteur, cette pédagogie active est efficace si l’enseignant fait preuve de rigueur pour apprendre progressivement aux élèves l’autonomie et évalue toutes les compétences mises en œuvre lors de tous les passages à l’écrit. Plus l’interdisciplinarité est développée, plus on exploite la réécriture de textes littéraires, plus la démarche est fructueuse en collège.
Les représentations peuvent favoriser la liaison entre CM2 et 6e, on peut travailler en fonction de publics différents (enfants malades, personnes âgées, par exemple).

Certes, l’ouvrage concerne d’abord l’école primaire, mais l’expérience des ateliers a été faite en collège, et il semble que les difficultés de certains élèves de CM2 et d’autres de 6e sont très souvent les mêmes. Le choix du spectacle de marionnettes peut sembler plus adapté à de jeunes enfants, les collégiens pourraient se sentir traités en « bébés » ; mais l’auteur rend sensible à l’argument suivant : des spectacles de marionnettes sont aussi créés pour des adultes.

Brigitte Lacot (CRDP de Franche-Comté)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nous vous proposons une sélection de bonnes feuilles :
Tableau des compétences mises en oeuvre aux différentes étapes du projet  (format PDF web)
Donner du sens  (format PDF web)