Bien Lire  
.Liens Nouveautés du site, Plan du site, Contact
Page Actualités Atelier
Page Atelier
Page Médiathèque
Page Syndicat d'initiative
Page Échanges
Le Réseau des observatoires locaux de la lecture (Roll)
 


Auteurs : Alain Bentolila (directeur scientifique), Jean Mesnager (co-directeur scientifique), Bruno Germain (coordonnateur)
Niveau : école primaire

Le Roll se donne pour but de rendre plus efficace la pédagogie de la lecture au cycle 3 et au collège. Il regroupe 40 000 élèves dans une quarantaine de sites en France, en outre-mer et à l’étranger.
À la sortie de l’école primaire, 10 % des enfants sont promis à l’illettrisme, 20 % en état de fragilité. Le collège ne sait pas actuellement assumer une mission de mise à niveau des plus fragiles ; il expose pourtant tous les élèves à des textes complexes, longs, abondants, en français comme dans les autres disciplines.
Ainsi, d’une certaine manière, le cycle 3 de l’école primaire est une période critique, un moment crucial pour maîtriser des textes divers et acquérir les gestes mentaux liés à la compréhension.
I - Le Roll s’appuie sur une démarche rationnelle
Démarche rationnelle du Roll
Des évaluations périodiques légères sont mises en œuvre tout au long du cycle. Effectuée par un logiciel, l’analyse des résultats permet une plus grande lucidité et aide à la mise en place d’un perfectionnement différencié.

Conduit pour partie en groupes, le perfectionnement est l’essentiel du travail. Il propose une pédagogie plus efficace de la lecture, dans le cadre des programmes de 2002.





Évaluation
S’engager dans une démarche pertinente de perfectionnement demande d’abord d’évaluer clairement ce que sait faire chacun. Le Roll propose des évaluations diagnostiques régulières, une fois par trimestre, tout au long du cycle 3. Elles sont :
diversifiées : portant sur différents types de textes et de lectures ;
répétées, mais légères : plus fréquentes que les évaluations du ministère, elles ont lieu trois fois par an ; elles se doivent alors de ne pas être trop preneuses de temps (trois quarts d’heure pour une épreuve) ;
• fiables : elles sont le fruit de dix ans d’expérimentation et de mises au point.
Analyses
Les résultats des évaluations sont analysés et mis en forme à l’aide d’un logiciel d’école. Son emploi est particulièrement aisé. Voici deux exemples parmi dix des analyses réalisées par le logiciel.

Quelques exemples des analyses réalisées par le logiciel

Le logiciel, dont les conclusions sont éventuellement corrigées par le maître, joue pleinement son rôle d’aide à la décision. Une vision plus lucide et diversifiée de la classe permet ainsi d’élaborer des stratégies, d’opérer des regroupements, de définir des priorités.
Perfectionnement
Il est fondé sur un principe simple : alterner, voire articuler, des entraînements méthodiques réguliers et des pratiques culturelles soutenues. C’est aussi une caractéristique des programmes de 2002.
Les entraînements méthodiques
- L’atelier de questionnement de texte est le principal outil d’entraînement à la compréhension ; sous la conduite du maître, un petit groupe d’enfants, modérément hétérogène, s’interroge sur les sens précis d’un texte, à partir de ce que chacun a compris après la lecture. Cet exercice fait l’objet d’un protocole de déroulement très précis, qui donne du corps aux ateliers de lecture proposés par les programmes de 2002. Il permet d’acquérir chemin faisant les « gestes mentaux » de la compréhension.
- Des exercices d’entraînement sont proposés aux élèves, selon les besoins repérés. Ils visent à entraîner certaines compétences particulières (gestion des personnages, compréhension du sens local, construction de l’implicite, compréhension du plan d’une explication, etc.) Un recueil de modèles est proposé aux maîtres.
Les pratiques culturelles de lecture
- La mise en place de chantiers de lecture-écriture tient une place importante dans ce cadre : réaliser une étude sur la pêche en mer dans la commune, sur le fonctionnement de la poste, etc. Ces entreprises de quinze jours, un mois… ou de toute l’année sont particulièrement efficaces dans la construction des compétences.
- Le développement de la lecture personnelle et le recours à la littérature jeunesse. Les programmes leur accordent une place très importante. C’est aussi le cas du Roll qui stimule une pratique régulière et abondante de la lecture personnelle. Sans elle, pas d’effet durable des apprentissages méthodiques évoqués plus haut ; de plus, c’est le support privilégié de la connaissance du monde, elle-même nécessaire… à la compréhension des textes. L’ensemble s’inscrit dans un programme Roll consistant et précis d’animation autour du livre et de l’écrit.
II - Pour mettre en œuvre ce dispositif…
Le réseau met à la disposition des membres de nombreux documents et outils :
La bibliothèque du Roll
• Documents généraux
- Lecture et compréhension, questions d’évaluation, lisibilité des textes.
- Le fonctionnement d’un site local, le fonctionnement d’un Roll école, le plan de travail annuel.
• Évaluations
- Épreuves : trois fois trois tests par an. Évaluations complémentaires.
• Logiciels
- Logiciel école et guide, outils d’analyse des résultats. Logiciel d’évaluation de la lisibilité des textes.
• Perfectionnement (nombreux documents, parmi lesquels…)
- Les principes du perfectionnement, démarches pédagogiques…
- Comment mener les « Ateliers de questionnement de texte » ? Banque de textes associée.
- Guide de remédiation : modèles d’exercices de perfectionnement de la compréhension (cahier de quarante pages).
- Pratiques culturelles (dossier de soixante pages) : types d’animation, lecture suivie, stimulation de la lecture personnelle, chantiers de lecture-écriture.
Le site Internet
Outre les documents précédents, le site Internet du Réseau des observatoires locaux de la lecture met à disposition un espace d’échanges et de mutualisation des travaux et outils forgés localement. C’est aussi l’organe principal de régulation, de publication des résultats, etc.
III - Le Roll, un réseau de 500 écoles en France et outre-mer

Le réseau des Roll en France et outre-mer

- Au niveau de l’école, les maîtres collaborent dans le cycle sur des principes et des outils communs ; les choix de priorités, une politique locale de la lecture en sont facilités.
- Les animateurs de secteurs (par exemple les conseillers pédagogiques) organisent le site local, mettent en place rencontres et formations, se chargent de la diffusion des outils et les complètent avec la collaboration des enseignants.
- Des responsables régionaux et nationaux assurent l’animation générale, orchestrent le renouvellement des outils et démarches, gèrent le site Internet.
- L’organe de diffusion Lettroll fait régulièrement le point auprès des membres du Roll.
Un séminaire national est organisé chaque année : il fait le point sur la vie du Roll et se consacre à un sujet majeur (par exemple, en 2004 : les ateliers de lecture) ; une personnalité pédagogique ou un chercheur apporte sa contribution (par exemple : André Ouzoulias, Gérard Chauveau, Jean-François Rouet).
Le site Internet du Réseau des observatoires locaux de la lecture regroupe l’essentiel du Roll : épreuves, documents, gestion du réseau, forum des membres. Mais c’est surtout un lieu de mutualisation : les expériences et les outils forgés localement sont mis à la disposition de tous pour faciliter l’exercice du Roll.
IV - Le Roll a montré son efficacité
En 2002, lors des évaluations nationales de 6e, les performances des enfants venant du Roll se sont révélées supérieures à celles de groupes équivalents par leur composition socioculturelle1. La différence équivaut à la moitié de l’écart entre enfants de groupes sociaux favorisés et défavorisés (soit 5 % au niveau des performances nationales). Il existe aussi un Roll au collège. À Caen, une étude sur son efficacité, demandée par le rectorat, aboutit aux mêmes constatations2.
Placé sous l’égide d’ECHILL, dispositif de lutte contre l’illettrisme de l’université Paris-V, le dispositif Roll est dirigé par Alain Bentolila, Jean Mesnager et Bruno Germain.

Jean Mesnager, co-directeur scientifique du Roll

Mise en ligne en décembre 2005.



Acteur ou témoin, vous pouvez réagir

Retour à la liste

 
Haut de page
Copyright CNDP
Nouveautés du site Plan du site Contact Partenaires Mentions légales Crédits