Bien Lire  
.Liens Nouveautés du site, Plan du site, Contact
Page Actualités Atelier
Page Atelier
Page Médiathèque
Page Syndicat d'initiative
Page Échanges
« Lire et faire lire » : des retraités et des enfants
 


Auteur : Lire et faire lire
Établissement : Association loi 1901
Niveau : école primaire
Contact : information@lireetfairelire.org
Partenaires : Relais civique, Ligue française de l'enseignement et de l'éducation permanente, UNAF (Union nationale des associations familiales)
Date de l'action : depuis 1999

Présentation de Lire et faire lire
Qu’est-ce que Lire et faire lire ?
Lire et faire lire est un programme d'ouverture à la lecture et de solidarité intergénérationnelle. C’est aussi le nom de l’association loi 1901 créée en décembre 1999 qui organise ce programme (http://www.lireetfairelire.org/).
Comment est née cette initiative ?
Elle est née d'une action menée à Brest depuis 15 ans et à la suite du regroupement de trois associations fortement impliquées dans la vie sociale et civile :
- le Relais civique, association fondée en 1998 par Alexandre Jardin (http://www.relaiscivique.info/) ;
- la Ligue française de l'enseignement et de l'éducation permanente, mouvement d'éducation populaire créé en 1866, qui regroupe 1 800 000 adhérents à 30 200 associations affiliées, 102 fédérations départementales, notamment les FOL (fédérations des œuvres laïques) et 22 unions régionales (http://www.laligue.org/laligue/index.html) ;
- l'Union nationale des associations familiales (UNAF) qui regroupe 900 000 familles adhérant à 8 000 associations, 99 unions départementales d'associations familiales, 22 unions régionales (http://www.unaf.fr/).
En quoi consiste le programme ?
Des retraités bénévoles offrent, hors temps scolaire, une partie de leur temps libre aux enfants pour stimuler leur goût de la lecture et favoriser leur approche de la littérature.
Durant toute l'année scolaire, des séances de lecture sont organisées avec un petit groupe une ou plusieurs fois par semaine, en liaison avec les maîtres.
Ce programme fonctionne sur la base du volontariat de tous, retraités et enseignants, et des élèves.
Cette initiative est-elle reconnue par l’éducation nationale ?
Elle est officialisée par l’éducation nationale par deux circulaires en 2000 et 2001, dont l’une signée par la ministre elle-même (consulter les deux circulaires). L’opération Lire et faire lire est mentionnée parmi les activités de lecture permettant une solidarité entre générations, thème proposé par le ministère pour élaborer une proposition de loi dans le cadre de l’opération « Le Parlement des enfants » de l’année 2004.
Lire et faire lire est par ailleurs soutenue par plus de 120 écrivains. Pour consulter la liste des écrivains : http://www.lireetfairelire.org/lire/soutien.html.
À quels objectifs répond cette initiative pour le ministère ?
Lire et faire lire répond à deux objectifs complémentaires :
- un objectif d'échange intergénérationnel, destiné à favoriser l'échange et le dialogue entre des enfants et des retraités ;
- un objectif éducatif et culturel, complémentaire à ceux des enseignants.
« Ce programme s'inscrit dans les priorités relatives au développement de la lecture et de la maîtrise de la langue et bénéficie de la souplesse nécessaire pour s'articuler au projet développé naturellement par les enseignants dans leur classe. »
Qui sont les retraités bénévoles ?
Dans l’immense majorité, ce sont des femmes, dans l'ensemble, ils sont relativement jeunes (les deux tiers ont moins de 64 ans), anciens enseignants pour 20 % d’entre eux et majoritairement engagés dans des activités associatives : pour consulter le profil du lecteur Lire et faire lire
Qui organise ?
L'enseignant est bien entendu le pivot du dispositif sans que pèse sur lui aucune des charges de l'organisation du programme.
Le planning hebdomadaire des interventions est géré par une coordination locale labellisée par les coordinateurs départementaux du réseau Lire et faire lire : la Ligue française de l'enseignement et l'Union nationale des associations familiales.
À quoi chacun doit-il s’engager ?
Une double charte a été élaborée dans le cadre du programme, une pour l’école, une pour l’intervenant. Elles définissent le rôle et les engagements de chacun. Elles permettent de comprendre précisément comment est organisé le dispositif.
La charte de l'école
(http://www.lireetfairelire.org/lire/charte.html#ecole)

1. Statut de l’école
1.1 Le programme Lire et faire lire s’adresse aux enfants des classes de CP, CE1, CE2 de toutes les écoles.
1.2 Pour respecter la cohérence des cycles, l’intervention peut être étendue aux grandes sections de maternelles.

2. Durée et fréquence de l’action
2.1 L’école, après une période d’essai d’un mois, s’engage à bénéficier du dispositif pour l’année scolaire en cours.
2.2 La fréquence des interventions est définie par l’école en collaboration avec la coordination locale en tenant compte des disponibilités des intervenants.
2.3 En cas de difficultés non résolues et après avoir contacté la coordination locale, l’école peut suspendre le programme en cours d’année.

3. Rôle de l’école
3.1 C’est l’école qui décide de sa participation au programme Lire et faire lire en se manifestant auprès des coordinateurs départementaux (FOL/UDAF).
3.2 Elle s’engage à assurer les conditions de l’accueil matériel des intervenants : local, mise à disposition des livres, chaises, etc.
3.3 L’intervention des retraités est intégrée dans le projet d’école sous la responsabilité de l’équipe pédagogique.
3.4 L’équipe pédagogique constitue des groupes de 2 à 5 enfants pour chaque intervenant. Lire et faire lire attire l’attention des enseignants sur le fait que le programme a pour but de développer le plaisir de la lecture et le lien intergénérationnel. Il convient donc d’éviter de constituer des groupes composés uniquement d’enfants rencontrant des difficultés.
3.5 L’équipe pédagogique choisit les livres qui seront lus en concertation avec les intervenants. Elle s’engage à ne pas confier, dans le cadre de Lire et faire lire, d’autres tâches aux intervenants que celles énoncées dans la charte les concernant.
3.6 La direction de l’école est l’interlocuteur de Lire et faire lire au sein de son établissement.
3.7 Il est évident que le programme Lire et faire lire, se déroulant majoritairement sur le temps périscolaire, doit trouver sa cohérence avec les projets éducatifs locaux.

4. Relations avec la coordination locale
4.1 La coordination locale est à la disposition de l’école pour la renseigner et l’accompagner dans la mise en place du programme. Elle s’engage également à l’aider à résoudre toutes les difficultés rencontrées.
4.2 Dans le cas ou l’école rencontrerait des difficultés notables non résolues, elle pourra contacter les coordinateurs départementaux de Lire et faire lire (FOL/UDAF).

4.3 L’école est invitée à faire part à la coordination locale de ses remarques et suggestions susceptibles d’améliorer la qualité des interventions.
La charte de l'intervenant
(http://www.lireetfairelire.org/lire/charte.html#intervenant)

1. Statut de l’intervenant
1.1 Une des spécificités du programme Lire et faire lire étant le lien intergénérationnel, l’intervenant doit être retraité ou âgé d’au moins 50 ans. Il intervient bénévolement.
1.2 Une coordination locale se met systématiquement en place pour la mise en œuvre du programme. Si cette coordination est le fait d’une association locale, l’intervenant devra, dans la mesure du possible, y adhérer.
1.3 L’intervenant est automatiquement assuré, lors de son inscription au programme, pour ses interventions et ses déplacements, par l’association nationale Lire et faire lire.

2. Neutralité
2.1 L’intervenant, dans une démarche républicaine et laïque, n’est pas sélectionné sur ses opinions politiques, religieuses, morales. De même, il n’en fera pas état lors de ses interventions, n’exprimera aucun jugement sur ceux dont les valeurs diffèrent des siennes, n’effectuera aucune propagande.

3. Fréquence et lieu des actions
3.1 Il intervient au minimum une fois par semaine en priorité sur le temps périscolaire (une cantine ou une étude).
3.2 L’intervenant s’engage, après un essai d’un mois, jusqu’à la fin de l’année scolaire en cours (sauf imprévu).
3.3 La coordination locale s’efforcera d’éloigner le moins possible l’intervenant de son domicile.
3.4 Pour d’éventuelles actions avec des enfants relevant de l’éducation spécialisée, l’intervenant donnera son accord préalable et bénéficiera d’une information et d’un soutien supplémentaires.

4. Place dans l’école
4.1 L’intervenant apporte ses qualités humaines, culturelles, citoyennes.
4.2 Si tous espèrent que son action permettra indirectement des progrès, notamment scolaires, il reste vigilant à ne pas faire des leçons structurées comme un enseignant.
4.3 Il n’intervient pas dans le cadre du programme Lire et faire lire pour autre chose que les actions décrites dans la présente charte, même s’il le souhaite ou qu’on le lui demande. Il agirait alors sans autorisation, assurance, ni défense en cas de problème juridique.

5. L’activité avec les enfants
5.1 Il s’agit de lire des histoires aux enfants en petit groupe, et de les faire lire à voix haute, dans une démarche de plaisir, découverte, expression orale, communication. Lire et faire lire n’est pas un programme de soutien, ni d’accompagnement scolaire.
L’équipe pédagogique, en lien avec le projet d’école, constitue les groupes d’enfants. Chaque groupe est de taille restreinte (2 à 5 enfants).
5.2 Le choix des livres se fait en concertation entre les intervenants et l’équipe pédagogique.
5.3 Plusieurs études montrant que les progrès en lecture dépendent également de la fréquentation de l’écrit hors de l’école, l’intervenant profite de son action pour encourager les enfants à lire chez eux, fréquenter les bibliothèques…
5.4 Dans cet esprit, l’intervenant peut accompagner l’enseignant et sa classe lors d’une sortie comportant des objectifs et actions liés à la lecture.
5.5 L’intervenant ne reste jamais seul en présence d’un seul enfant. Cette règle élémentaire de protection des mineurs ne souffre aucune exception (et le protège également de toute suspicion).

6. Relations avec la coordination locale
6.1 L'intervenant communique au moins une fois par trimestre avec la coordination locale.
Il participe aux réunions de préparation, d'évaluation et de bilan.
6.2 En cas de doute ou de difficulté dans la mise en œuvre du programme
Évaluation
Le rapport d’activité 2002-2003 de l’association présente une évaluation quantitative et qualitative.
Nombre de départements, d’écoles, d’enfants et de lecteurs
Situation en juin 2002 :
- 87 départements (dont la Martinique et la Réunion)
- 3 000 écoles
- 4 600 lecteurs intervenants auprès des enfants de 8 160 classes.

Situation en juin 2003 :
- Les interventions se déroulent sur l’ensemble du territoire métropolitain (excepté en Lozère) et dans les DOM-TOM (Martinique, Guadeloupe et Réunion).
- Près de 4 000 écoles se sont portées candidates.
- Plus de 7 000 lecteurs interviennent auprès des enfants de 9 900 classes.
Répartition par niveaux de classe
Les interventions se font principalement en grande section, CP, CE1, CE2, mais aussi à d’autres niveaux de classe :
- petite section : 5,43 %
- moyenne section : 4,59 %
- grande section : 16,64 %
- CP : 21,97 %
- CE1 : 23,61 %
- CE2 : 13,80 %
- CM1 : 4,83 %
- CM2 : 7,54 %
- autres : 1,59 %.
Répartition territoriale
- Zone urbaine : 48 %
- Zone rurale : 24 %
- Zone semi-urbaine : 11 %
- 14 % des écoles sont situées en ZEP.
Dans 9 % des cas, Lire et faire lire est intégrée dans un CEL (contrat éducatif local), soit une augmentation de 4 % par rapport à l’année 2002.
Le programme se développe en Suisse, au Québec et à Monaco ; voir Lire et faire lire dans l’espace francophone.
D’autres publics
Le programme s’élargit à d’autres publics dans le cadre du plan de prévention et de lutte contre l’illettrisme du ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche ; voir Élargissement du programme à d’autres publics.
Évaluation nationale : regard des enfants et des enseignants sur le programme Lire et faire lire

Contexte et objectifs
L’évaluation nationale est le résultat d’une réflexion menée cette année en groupe de travail interdépartemental.
Au terme de trois années de fonctionnement, il est apparu nécessaire d’approfondir la connaissance de l’action des bénévoles de Lire et faire lire dans les écoles. En se positionnant dans la continuité d’un certain nombre d’études déjà menées dans les départements par les FOL et les unions départementales d’associations familiales, soucieuses depuis le départ d’apprécier le retour des acteurs du programme, en vue d’améliorer le dispositif, Lire et faire lire a souhaité plus précisément appréhender l’intervention des retraités par une appréciation croisée :
- de la part des enfants (par un questionnaire à questions fermées et des entretiens non directifs) ;
- de la part des enseignants (par un questionnaire à questions fermées et à questions ouvertes).
On n’a pas cherché à travers cette évaluation - et peut-être est-il préférable de lui attribuer le mot d’enquête - à savoir scientifiquement si Lire et faire lire est une pratique efficace ou non pour faire lire davantage les enfants, ou si les enfants qui participent à cette activité finissent par lire plus de livres que ceux qui n’y participent pas, ou encore si Lire et faire lire débouche sur une augmentation des prêts ou des inscrits en bibliothèque : cela nécessiterait de suivre les enfants pendant plusieurs années et de créer un groupe témoin qui n’aurait pas bénéficié de cette activité, mais serait par ailleurs dans un même contexte pédagogique...
Reste qu’en percevant ainsi le regard des enfants sur les intervenants et les séances de lecture, en sondant les motivations des enseignants et en récoltant leur avis, les réponses sont riches d’enseignement et permettent de mieux connaître comment se traduit l’« intrusion » de personnes extérieures au système éducatif au sein des écoles.

Des résultats positifs
Cette enquête a permis de confirmer, quantitativement et qualitativement, nombre de constats empiriques déjà observés ou de témoignages récoltés.
Plusieurs points forts sont à mettre en avant :
- Lire et faire lire est résolument perçue comme une activité positive où la notion de plaisir est clairement identifiée, que ce soit de la part des enfants ou des enseignants ;
- en dehors du plaisir évident des enfants, plusieurs enseignants signalent d’autres atouts liés à ce dispositif, notamment à la relation intergénérationnelle, à la configuration en petit groupe, à une autre approche du livre ; ils constatent même des améliorations sur le plan des acquisitions scolaires ;
- on peut ainsi dire que Lire et faire lire offre, à travers le plaisir, une motivation de substitution qui peut permettre aux enfants d’améliorer leur rapport avec le livre et les aider à se construire un projet intérieur de liseur, en complémentarité d’autres dispositifs, scolaires ou non ;
- enfin, il est particulièrement intéressant de constater que Lire et faire lire n’est pas vécu de la même façon en fonction du temps d’intervention, scolaire ou périscolaire, sur lequel se déroule l’activité.

Pour lire les résultats de l’enquête :
auprès des enfants
auprès des écoles

Acteur ou témoin, vous pouvez réagir

Retour à la liste

 
Haut de page
Copyright CNDP
Nouveautés du site Plan du site Contact Partenaires Mentions légales Crédits