Comprendre un récit d'expérience au cycle 2
 


Auteur : Direction de la programmation et du développement
Niveau : grande section - cours préparatoire

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Deux types de compétences peuvent être visées :
INTRODUCTION : DEUX TEMPS EN CLASSE POUR AIDER À COMPRENDRE UN RÉCIT
Comprendre un récit suppose de s'en construire une « représentation mentale ».
Pour que cette « opération mentale » soit possible, il faut que s'opère une saisie d'informations à un moment donné et dans un deuxième temps que l'enfant puisse récupérer ces informations en mémoire.

Dans la classe, il y a donc nécessité de procéder en deux temps :
- un temps de présentation du récit aux enfants pour que le prélèvement des données puisse exister ;
- puis un temps de récupération de ces informations saisies indirectement par l'enseignant au travers des réponses de l'enfant aux questions qu'il lui pose.

La récupération des unités d'information se fera en fonction d'un schéma hiérarchisé d'enchaînement d'états et de transitions, ordonnés par rapport à un but. Ce schéma sera progressivement intériorisé mentalement.
Les représentations mentales des récits sous la forme de chaînes événementielles finalisées s'accumulent en effet au cours des années par l'expérience de l'écoute de récits.
Elles permettent aux enfants de placer progressivement dans les catégories narratives (but, réaction, tentative, résultats, ...) les éléments des récits qu'on leur raconte.

La compréhension est possible quand les enfants peuvent assimiler les éléments qui constituent le récit qu'on leur fait entendre dans une structure de connaissance préalable.
COMPRENDRE UN RÉCIT D’EXPÉRIENCE
Des situations pédagogiques qui peuvent être proposées dès la petite section favorisent la compréhension du récit qui suppose une représentation mentale.

Les aides peuvent être fournies aux élèves lors de différents temps pour aider à construire cette représentation.
Les pistes qui suivent sont principalement inspirées des travaux du groupe PROG (http://progmaternelle.free.fr) de l'INRP.
Les aides avant la lecture de récits
Construire un univers de référence
- Créer, avant une lecture et avec les enfants, le monde de l'histoire (ou au moins quelques aspects).
- Démarrer une lecture, l'interrompre pour proposer aux enfants de « faire comme dans l'histoire » (jeu symbolique) avant la lecture définitive. On peut alors éclaircir certaines difficultés (connaissances lexicales...).
- Construire un horizon d'attente : présenter les personnages et l'univers avec des images, raconter avant de lire en montrant les illustrations, montrer les images avant de lire (sans parler), résumer avant de lire (sans le livre)...
Construire une progressivité de compréhension (dès la petite section)
- Le maître joue une scène à l'aide de marottes ou de marionnettes (scénario d'histoire simple emprunté à l'album). Texte très oralisé (ce sont les marionnettes qui parlent).
- Décor et marottes laissés à la disposition des enfants ; aide individualisée lors des jeux.
- Livre fabriqué avec seulement des images (scènes résumant l'histoire, mêmes personnages). Montrer le livre et laisser s'exprimer les enfants : le découpage des pages découpe autrement l'histoire que lorsqu'elle est jouée ; on est là en compréhension d'images séquentielles.
- Lorsque ce livre est bien connu des enfants, apporter un second livre (sans illustrations) et annoncer aux enfants qu'on va le leur lire (texte écrit à la troisième personne qui raconte la même histoire). Reconnaissance de l'histoire, activité de compréhension du langage écrit.
- Lecture d'un album racontant une histoire qui peut être restituée par un récit.
Les aides pendant la lecture de récits
- Conseils généraux pour le lecteur : la lecture doit se faire en continu, avec le moins de commentaires possible sur les images ou sur le vocabulaire.
- Utiliser un cache (en petite section) quand une page ou une double page d'album comporte deux images afin de pouvoir construire la permanence des personnages.
Les aides après la lecture de récits
Première discussion après une lecture
- Des questions ouvertes pour laisser s'exprimer les enfants mais pas de demande de reformulation. Le maître peut alors repérer ce qui fait obstacle à la compréhension et prévoir des pistes de travail.
- Montrer toutes les images pour aider les enfants à se récapituler l'histoire en langage intérieur.
- Pratique des relectures.
Construire des référents (affichages, recueils...)
Les couvertures des albums, les personnages, les lieux, les débuts, les fins... Ces référents communs pourront servir de supports aux rappels de récits, à des activités de production écrite.
Leur manipulation peut aider les enfants à mieux comprendre le récit (exemple : une frise avec l'apparition des différents personnages d'une histoire...).
Des ateliers pour approfondir la compréhension
Savoir retrouver les éléments de l'histoire
- Dessiner pour résoudre un problème de compréhension : inventaire oral des personnages de l'histoire. Le problème posé aux enfants peut être par exemple de dessiner le personnage au début et à la fin de l'histoire. La mise en commun ultérieure est riche de discussions et aide à la compréhension.
- Montrer les images pour résoudre un problème de compréhension : chaque enfant du groupe possède 3 à 6 illustrations (images illustrant les noyaux du récit, les buts et même les sentiments des personnages). Lecture de l'histoire : lorsqu'un enfant pense avoir l'illustration de ce que le maître est en train de lire, il la pose sur la table. Validation des essais, discussions, relectures si besoin est. Dans cette activité, c'est la réflexion qui est importante (avoir une représentation du sens du texte).
Savoir extraire le thème
- Mime de plusieurs activités connues dans la classe (goûter, sieste, motricité, etc.) : soit le maître dit le mot et l'enfant mime, soit l'inverse.
- Reconnaître une histoire lue par le maître. Chaque enfant a 4 couvertures photocopiées de livre ; il montre celle qui correspond à l'histoire racontée par le maître.
- Proposer 4 livres sur le même thème à un enfant et lui demander pourquoi on les a mis ensemble.
- Extraire un livre de la BCD en connaissant le titre et le thème de l'histoire : travail réalisé par un groupe d'enfants qui doivent argumenter leur choix.
- Le maître raconte une histoire simple à un petit groupe d'enfants et leur demande de donner un titre pertinent. Chaque enfant demande la parole pour faire une proposition ; le reste du groupe juge de sa pertinence.
Savoir identifier le personnage principal et sa problématique
- Après avoir lu plusieurs histoires simples avec un personnage principal (par exemple un loup), on demande, à un enfant d'aller chercher une marotte qui représente le personnage principal de toutes les histoires qu'on vient de lire.
- Dans un petit groupe d'enfants on distribue les cartes de plusieurs personnages de l'histoire, chaque fois qu'il est question d'un personnage dont l'enfant possède la carte, il la montre (sorte de loto).
- On extrait en grand groupe le nom du personnage principal d'une histoire et les enfants dessinent sa carte d'identité (ce qu'ils ont retenu et compris des caractéristiques du personnage et de sa problématique : ce qu'il a à résoudre dans l'histoire, ses intentions, sa manière de parvenir à ses fins ou non, etc.) ;
- Ensuite dans un petit groupe d'enfants chacun reçoit une carte d'identité du personnage en question, le groupe aura à faire des suggestions pour ajouter des précisions par des commentaires sur ce qui est déjà mentionné et ce qui peut encore être précisé. La carte d'identité du personnage s'étoffe au fur et à mesure.
- On peut faire le même travail pour tous les personnages secondaires.
- Une fois les cartes d'identité construites, des jeux de devinettes peuvent être menés : « J'ai un pelage gris, j'ai du mal à me rassasier avec un plat dont je raffole : le rôti de cochons frais, qui suis-je ? ». Il est alors possible de jouer avec la langue, de faire varier les registres de langue et d'enrichir les formulations.
Aider à tenir toute l'histoire dans sa tête
S'approprier la totalité d'une histoire avec ses enchaînements.
- Jouer l'histoire : les personnages, leurs sentiments... Les relectures seront une aide importante.
- Choisir le meilleur résumé : lire trois histoires courtes et demander aux enfants de trouver celle qui raconte l'album présenté.
- Trouver un titre : avant la lecture de l'album, on aura masqué le titre et annoncé aux enfants ce qu'on leur demandera ensuite. Trouver le titre qui va bien avec l'histoire.
- Lire avec « hum, hum » : les mots d'une histoire bien connue sont « cachés » par « hum, hum ». Retrouver l'histoire ou aller chercher le livre.
Être en réflexion sur le monde des histoires
- Retrouver une histoire parmi plusieurs ayant des points communs : exemple en petite section : proposer une annonce de récit bien connu présentant des points communs avec d'autres récits familiers (genre de personnages, lieux, buts poursuivis...). Aller chercher le livre dont il est question. Exemple en moyenne et grande section : trouver trois histoires où il y a un papa ours, une famille de loups... Après discussions, vérification dans un deuxième temps dans les livres.
- Jeux sur les changements de point de vue : deux textes sont rédigés selon deux points de vue et lus à deux groupes d'enfants distincts. Est-ce la même histoire ou pas ?
- Pratique des mises en réseaux d'albums. Ces activités permettent aux enfants de tisser des réseaux entre les différents récits qui leur sont lus (histoires répétitives, points de vue similaires de personnages identifiés, récits dans le récit...) et de s'approprier ainsi les caractéristiques du récit.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Nota bene 
Ces situations pédagogiques sont extraites d’Évaluation et aide aux apprentissages en grande section de maternelle et en cours préparatoire.
Cet outil est présent dans chaque école sous forme d’une brochure verte et d’un cédérom et également accessible sur le site banqoutils (http://www.banqoutils.education.gouv.fr).
L’objectif de ces outils est d’aider les enseignants à faire le point en début d’année scolaire sur des compétences et des difficultés de leurs élèves afin de concevoir la programmation des activités pour leur classe en prenant en compte les acquis et les besoins de chacun.
En prolongement des exercices d’évaluation des compétences sont proposées des situations pédagogiques pour aider aux apprentissages, telles celles qui précèdent.
En prolongement des exercices d’évaluation des compétences, vous pouvez accéder à l’outil d’évaluation proposé pour évaluer la compétence « comprendre un récit d’expérience » d’où sont extraites les situations présentées : http://www.banqoutils.education.gouv.fr/fic/EGCADA01.pdf


Mise en ligne en septembre 2003.

Acteur ou témoin, vous pouvez réagir

Retour à la liste