Fermer la fenêtre
 
Différenciation entre dessin, graphisme et écriture : intérêt et mise en application


  
Anne Brault-Cormontagne, enseignante, envoie un message à propos de cet article auquel Danièle Dumont répond en italique.

Le ductus, c’est très important.
Oui, la compréhension du concept de ductus est indispensable à la mise en place d’une bonne pédagogie de l’écriture.

1- Les mauvais raccords sont souvent dus au fait que l'enfant raccroche systématiquement la lettre suivante en bas, avec une « queue » qu'il rajoute.
Exemple : b-a qui devient bra, du fait de cette queue supplémentaire.
J'enseigne, parallèlement à l'acquisition du son [b] en lecture, l'écriture de la lettre b et comment elle se raccorde, notamment ses raccords particuliers :
- ba, bo, bi, bu (raccord en haut, à la queue du b qui se situe en haut, sans en rajouter une) ;
- be (en faisant baisser la queue du b entre la ligne 0 et l’interligne -1, afin que le e ne dépasse pas l'interligne 1 et ne devienne un l) ;
- br (raccord en haut en supprimant la queue du b, ainsi que celle du : raccord direct entre les deux bouclettes).

N.B. : J'ai remplacé les bouclettes par deux petites boules car l'enfant avait tendance à les agrandir et elles devenaient des e.

Mes fiches d'écriture comportent 5 lignes numérotées :
- ligne 0 ou ligne sur laquelle on écrit ;
- lignes 1, 2, 3, ou interlignes supérieures ;
L'espace entre la ligne 0 et la ligne 1 forme « le chemin des petites lettres » ;
- lignes -1, -2 ou interlignes inférieures.
 
Pour ma part, je pense que le lignage est inutile au début : avec un bon apprentissage de la gestion statique de l’espace graphique, l’enfant est à même de suivre une ligne horizontale virtuelle en calibrant correctement ses lettres, c'est-à-dire en leur donnant une dimension régulière et des proportions adaptées. Le lignage intervient en grande section en rayures Seyes traditionnelles.
Pour ma part, je préconise la suppression des boucles sur les r, les b, les s et les o sans pour autant pénaliser les enfants qui en font habituellement ou occasionnellement une petite.

2- L'écriture se fait par « jets » successifs (un jet est tout ce que l'on peut écrire sans lever le crayon).
Contrairement à ce que vous préconisez, j'écris (modèle au tableau) le m en 3 couleurs, car en 3 jets (1er pied + 2ème pied + 3ème pied avec queue).
Ici, il ne s'agit que d'écriture (comment écrire le son [m]) et non de lecture et je n'ai jamais eu un enfant qui m'ait assimilé un pied de m au son [m].

Avec tout mon intérêt.
Anne Brault-Cormontagne
École primaire Sanguinet (Landes)
 
Là, en revanche, comme vous le soulignez, je ne suis pas du tout d’accord avec vous et cela n’a rien à voir avec une confusion possible d’une partie de m avec le tout de la lettre m. C’est une question de compréhension du « ductus » de l’écriture (du latin « ducere » qui signifie « conduire »). L’écriture a des règles de conduite fondamentalement différentes de celle de la calligraphie (qui étymologiquement signifie « belle écriture »). On peut dire effectivement que, contrairement à l’écriture qui procède par déroulement logique car son objectif est la communication d’une pensée, la calligraphie procède par « jets » dont l’objectif est la reproduction de belles formes et, contrairement aux apparences, ne tient pas compte de ce qui peut être tracé d’un seul mouvement.
En toute objectivité et en souhaitant ne pas vous blesser, je dois dire que, pratiquant la rééducation graphique depuis près de 20 ans, j’ai constaté et je continue de constater les dégâts de cette méthode des trois couleurs (ou simplement des « jets » séparés). Bien des enfants pâtissent de cet apprentissage jusqu’au collège et au-delà.
Je vous invite à lire tous les articles du forum de discussion relatif au dossier « du dessin à l’écriture » du site d'Education enfantine (http://www.educationenfantine.com/forum/liste.asp?theme=18&forum=55et à consulter mon livre Le Geste d’écriture : méthode d’apprentissage cycle 1-cycle 2  ainsi que mes cahiers publiés chez Hatier et dont vous trouverez un descriptif sur mon site http://www.daniele-dumont.com. Vous pouvez aussi consulter mon article « Écriture manuscrite et lutte contre l'illettrisme » sur le site de la Maison des enseignants :http://lamaisondesenseignants.com/index.php?action=afficher&rub=31&id=434
Souhaitant en toute simplicité et cordialité contribuer à vous montrer que le tracé d’un m en trois ponts séparés (et les autres tracés de ce type) relève du « dessin des lettres » et non de l’écriture (cette pratique peut d’ailleurs s’insérer dans un travail de calligraphie dès lors qu’on explique aux enfants que ce n’est pas ainsi qu’on écrit mais qu’on peut procéder ainsi lorsqu’on veut dessiner de belles lettres – sur une affiche, sur un en-tête etc.), je suis très volontiers à votre disposition pour poursuivre un échange et vous assure de mes sentiments les meilleurs.

Danièle Dumont
Rééducatrice en écriture
Formatrice en pédagogie de l’écriture

Réagir à ces messages