Bien Lire  
.Liens Nouveautés du site, Plan du site, Contact
Version imprimable
Page Actualités Médiathèque
Page Atelier
Page Médiathèque
Page Syndicat d'initiative
Page échanges
Informations officielles
 
Réseaux « ambition réussite » : une action ciblée sur les élèves les plus en difficulté
Présentation des orientations.
Mise en place des réseaux « ambition réussite »
Le 8 février 2006, le ministre de l'éducation nationale, Gilles de Robien, a présenté la première étape de sa politique de relance de l’éducation prioritaire en rendant publique la liste des 249 collèges « ambition réussite » (fichier PDF - 550 Ko), qui obtiendront, avec les 1 600 écoles de leurs secteurs, des moyens supplémentaires à la rentrée 2006.
Cette nouvelle labellisation a un seul objectif : améliorer la performance scolaire et la réussite des élèves. Il s'agit de déterminer sérieusement où sont les élèves qui ont le plus besoin d'aide et de tout mettre en œuvre pour que cette aide soit efficace afin de donner vraiment plus à ceux qui en ont vraiment besoin. « Ce qui importe, c'est l'élève en difficultés et les conditions de sa réussite scolaire : plus il y a de difficultés, plus il doit y avoir d'aide. »
Cette labellisation s’accompagne de quinze mesures concernant les 249 réseaux « ambition réussite » (fichier PDF - 230 Ko) qui portent à la fois sur l’éducation prioritaire et les collèges « ambition réussite ».
Architecture du dispositif
La carte de l’éducation prioritaire distingue désormais trois niveaux :
- le niveau EP1. Il regroupe les écoles et collèges qui accueillent les élèves confrontés aux plus grandes difficultés scolaires et sociales. Ce sont ces 249 collèges labellisés et leur réseau d'écoles relevant de l'éducation prioritaire qui constitueront les « réseaux ambition réussite ».
Cinq critères, à la fois scolaires et sociaux, seront retenus pour déterminer la liste des établissements qui constitueront le niveau EP1 de l’éducation prioritaire :
• la part d'enfants issus de familles appartenant à des catégories socio-professionnelles défavorisées (66 %) ;
• la part d'élèves ayant des résultats faibles aux évaluations en 6e (20 points au-dessous de la moyenne) ;
• la part d'élèves ayant un retard scolaire de deux ans à l’entrée au collège ;
• la part des parents bénéficiaires du RMI ;
• la part des enfants ayant des parents non francophones.
- le niveau EP2 regroupera les établissements caractérisés par une plus grande mixité sociale que les EP1, et naturellement destinés à rester dans l'éducation prioritaire. Ils continueront de recevoir les mêmes aides qu'auparavant. Le niveau EP2 regroupera des établissements scolaires qui ont vocation à demeurer dans l'éducation prioritaire et conserveront donc tous les moyens accordés à ce titre.
- quant au niveau EP3, il concernera des collèges appelés à sortir progressivement du champ de l'éducation prioritaire, sur un délai de trois ans à partir de la décision du recteur, si les conditions sont remplies. Plusieurs rapports de l'Inspection générale, tels que le très récent rapport d'étape de 2005 sur « la contribution de l'éducation prioritaire à l'égalité des chances », ont souligné que certains établissements n'auraient plus leur place dans l'éducation prioritaire.
La mise en œuvre de ce dispositif tient compte du fait que la situation sociale de certains quartiers s'est modifiée depuis 20 ans : certains se sont améliorés, d'autres se sont dégradés. Certains établissements ne répondent tout simplement plus aux critères sociaux et n'ont plus besoin de moyens supplémentaires. D'autres, au contraire, ont vocation à entrer dans l'éducation prioritaire et ont besoin de moyens supplémentaires.
Deux objectifs assignés aux écoles et collèges « ambition réussite »
1. Apporter une aide supplémentaire, significative et personnalisée, aux élèves en difficultés
Cela suppose notamment un accompagnement renforcé dans le cadre des programmes personnalisés de réussite éducative, l'organisation de cours en classes réduites, la prise en charge d'élèves difficiles en petits groupes, un renforcement du suivi des élèves, en particulier de ceux qui ont connu des difficultés à l'école élémentaire, la mise en place d’études accompagnées pour les élèves de CE2, CM1, CM2 ainsi que pour toutes les classes de collège, quatre soirs par semaine, etc.
Pour accomplir ces missions, des moyens renforcés seront alloués dès la rentrée 2006 :
- 3 000 assistants pédagogiques pour assurer l’aide aux devoirs et le soutien scolaire ;
- 1 000 enseignants expérimentés supplémentaires du premier et du second degré seront affectés dans les 249 réseaux ;
- 200 dispositifs relais, créés en 2006 qui prennent en charge les élèves les plus perturbateurs avant de les remettre en classe dans leur cursus normal, bénéficieront en priorité à ces collèges labellisés.
- chaque collège disposera d’au moins une infirmière scolaire à plein temps.
Chaque établissement coordonnera ses actions en réseau avec les écoles primaires de sa zone.
18 collèges, qui n’étaient pas jusque-là classés en zone d’éducation prioritaire, vont faire leur entrée dans le dispositif, directement en EP1 : 15 en outre-mer et trois en métropole (les collèges Jean-Monnet à Pau, Albert-Calmette à Limoges et Jean-Moulin à Villefranche-sur-Saône).

2. Permettre aux réseaux « ambition réussite » d’être dynamiques et animés par un véritable esprit de progression
- Les réseaux de réussite s’inscrivent dans une dynamique de projet qui fait l’objet d’une contractualisation pour quatre à cinq ans avec l’inspecteur d’académie. Ce contrat portera sur le projet pédagogique et les objectifs à atteindre. Il devra être signé avant l’automne 2006.
- Une évaluation régulière des résultats sera menée par les corps d’inspection. Elle se fondera sur un « baromètre de la réussite scolaire » mesurant la maîtrise de la lecture, la progression dans l'acquisition du socle commun, l'amélioration des résultats aux évaluations nationales et au diplôme national du brevet, le respect du règlement de l'établissement. Chaque réseau sera ainsi évalué et piloté.
- Chaque collège sera reconnu par une spécialité de haut niveau d’ordre culturel, scientifique, linguistique, sportif ou environnemental.
- Enfin, les élèves des collèges « ambition réussite » ayant obtenu une mention très bien au diplôme national du brevet auront la possibilité de demander leur affectation dans un lycée de leur choix parmi les lycées de l’académie. Cette mesure sera applicable dès la rentrée 2006.

Relance de l’éducation prioritaire : les objectifs
« L'éducation prioritaire ainsi repensée sera souple, capable d'évoluer avec son temps, avec son environnement social. Avec cette nouvelle politique, il s'agit de déterminer sérieusement où sont les élèves qui ont le plus besoin d'aide et de tout mettre en œuvre pour que cette aide soit efficace. C'est une question de justice sociale et d'utilisation optimale des ressources de la Nation. »
La relance de l’éducation prioritaire, pilotée par un délégué national à l'éducation prioritaire, l’inspecteur général Pierre Polivka, repose sur 18 mesures qui s’appliqueront, dès la rentrée 2006, à l’ensemble des établissements de l’éducation prioritaire et auront pour objectifs :
- acquérir les savoirs fondamentaux dès l’école primaire ;
- créer un environnement de réussite ;
- réduire la fracture culturelle ;
- un projet d’orientation des élèves après la troisième ;
- stabiliser et aider les équipes pédagogiques ;
- piloter le dispositif de pilotage de l’éducation prioritaire et l’évaluer ;
- conforter le pilotage local.
Consulter l’ensemble de ces mesures. (fichier PDF - 150 Ko)

Pour en savoir plus
- Liste des établissements scolaires des réseaux « ambition réussite »
- Consulter le dossier de presse sur la relance de l’éducation prioritaire et le discours du ministre du 8 février 2006.
- Consulter les textes de référence :
. la circulaire n° 2000-008 du 8 février 2000 (BO n° 8 du 24 février 2000) relative aux pôles d'excellence dans les ZEP-REP ;
. la circulaire n° 2003-133 du 1er septembre 2003 (BO n° 33 du 11 septembre 2003) relative à l’éducation prioritaire : des objectifs et des méthodes pour lutter contre la fracture scolaire et élaborer les contrats de réussite scolaire
. la circulaire n° 2005-148 du 22 août 2005 (BO n° 36 du 6 octobre 2005) relative à la mise en œuvre de la charte pour l'égalité des chances dans l'accès aux formations d'excellence.
. la charte pour l'égalité des chances dans l'accès aux formations d'excellence du 17 janvier 2005 (fichier PDF - 86 ko) ;
- Le site de l'éducation prioritaire du ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche. Pour les enseignants et les coordonnateurs : documentation, textes officiels, sélection de sites, forums sur les pratiques pédagogiques et la politique des ZEP.
 
Mise en ligne en novembre 2006.

Retour à la page précédente
 

Haut de page
Copyright CNDP
Nouveautés du site Plan du site Contact Partenaires Mentions légales Crédits