Accueil

Concours National de la Résistance et de la Déportation

Résister dans les centres de mise à mort (1942-1944)

Lien vers les ressources sur le même thème

La préparation de la révolte du « Sonderkommando » de Birkenau

Témoignage de Zalmen Lewental

Des voix sous la cendre », Revue dʼhistoire de la Shoah, 2001

Zalmen Lowental est déporté à Auschwitz en décembre 1942 et est affecté au début 1943 au Sonderkommando du Krematorium III de Birkenau. Avant sa mort en novembre 1944, il rédige un manuscrit, enfoui dans un récipient métallique à proximité du Krematorium III. Retrouvé en très mauvais état, il présente de nombreuses lacunes (remplacées par [--] ou autres indications).

[…] Peu de temps après, on a appris qu'on s'apprêtait à amener ici [les] Juifs hongrois pour les brûler. Nous avons été effondrés [jusqu'au] dernier d'avoir à brûler un million de Juifs hongrois1. Nous en avions assez, nous en avions plus qu'assez depuis longtemps, devrons-nous encore

51.

tremper nos mains dans le sang des Juifs hongrois. Cela a amené tous les hommes du Kommando, sans distinction de classe ou de milieu, et même les plus réservés, à tempêter pour qu'on mette fin à ce jeu, qu'on en finisse avec ce travail, ainsi qu'avec notre vie si nécessaire. Nous avons recommencé à tempêter pour exiger de l'extérieur2 une solution rapide, mais malheureusement pas comme on se l'était imaginé. Entre-temps avait commencé la grande offensive à l'Est ; et on voyait de jour en jour les Russes se rapprocher de nous et d'autres3 ont été d'avis que tout ce travail était peut-être superflu, qu'il valait mieux attendre, patienter encore un peu [jusqu'à] ce que le front se rapproche en même temps, de ce fait, chez les SS le moral s'effondrerait, la désorganisation s'accroîtrait, ce qui pourrait augmenter très sérieusement les chances de réussite de notre action. C'est vrai ! De leur point de vue, ils avaient raison, d'autant qu'ils ne se voyaient absolument pas menacés par l'ajournement, [--] [les ? ] liquider, [il ? ] a [--] [temps]. Ils n'ont pas à se dépêcher pour cela, mais, nous,

52.

occupés à notre travail, nous voyions cependant la réalité, le temps s'écoulerait, il ne se passerait rien. En particulier, nous, les hommes du Sonderkommando, nous avions toujours affirmé que nous étions plus spécialement menacés que tous les autres détenus du camp, y compris même les Juifs du camp. Nous n'y croyions pas parce que les Allemands voudraient à tout prix effacer les traces de leurs méfaits jusqu'à ce jour et ils ne pouvaient le faire qu'en anéantissant tous les hommes de notre Kommando, sans même en épargner un. C'est pourquoi nous ne considérions pas comme une chance pour nous le rapprochement du front. Au contraire, nous y voyions la nécessité de lancer notre action un peu plus tôt, si nous voulions encore accomplir quelque chose de notre vivant. Nous voulions, sous la pression de tout notre Kommando, amener le camp à comprendre que c'était l'extrême limite, mais malheureusement on nous retardait de jour en jour. Entre-temps, nous avions démonté le peu de matériel que nous avions et fabriqué avec celui-ci ce que nous voulions et dont nous avions besoin. Nous faisions tous les efforts pour maintenir l'équilibre du Kommando, nous faisions tout avec beaucoup d'abnégation mais [--]

53.

[--] et cela a duré de longs mois. C'est pourquoi, nous avons réussi grâce aux efforts et au dévouement d'un certain nombre de jeunes filles juives qui travaillaient à [l'usine] de munitions4 [--] à nous procurer un peu de matériel5, qui devait nous être utile au [moment] [--] cacher et se [--] en plein cœur du [camp]. […]

 

Témoignage de Zalmen Lewental extrait de « Des voix sous la cendre », 

Revue dʼhistoire de la Shoah. Le monde juif, n° 171, janvier-avril 2001, pp. 107-108.

Revue publiée par le Centre de documentation juive contemporaine (CDJC)

Notes

1 Le nombre de Juifs hongrois massacrés à Birkenau a en fait atteint environ 400 000.

2 C'est-à-dire l'Organisation générale de la résistance d'Auschwitz.

3 C'est-à-dire le Mouvement clandestin du camp.

4 A lʼusine de lʼUnion-Werke.

5 C'est-à-dire des explosifs de lʼusine de lʼUnion-Werke