Accueil Prévention de l'illettrisme Définition

Prévention de l'illettrisme

illettrisme.064
Cette page n'est plus mise à jour,

à partir du 28 mai 2014 consultez le portail Contre l'illettrisme

De quoi parle-t-on ?

Définition de lʼillettrisme

  • Pour un adulte qui a été scolarisé :
    il sʼagit de réapprentissage, de renouer avec les formations de base. Cʼest la lutte contre lʼillettrisme. 
  • Pour un adulte qui nʼa jamais été scolarisé :
    il sʼagit dʼapprendre. Cʼest lʼalphabétisation. 
  • Pour un nouvel arrivant en France :
    il sʼagit dʼapprendre le français. Cʼest le Français Langue de scolarisation ou Français de scolarité  (FLSco).

Compétences de base

Lecture, écriture, calcul nécessaires pour faire face, de manière autonome à des situations simples de la vie courante : circuler, faire ses courses, prendre un médicament, utiliser un appareil, suivre la scolarité de son enfant, entrer dans la lecture dʼun livre, retirer de lʼargent dʼun distributeur automatique, lire un schéma, une consigne de travail ou de sécurité, un planning des horaires de travail, calculer des quantités, communiquer avec son entourage au travail (clients, collègues, etc.).

Lʼenquête « Information et vie quotidienne » (IVQ) 2004-2005 réalisée par lʼINSEE en partenariat avec lʼANLCI à lʼéchelle nationale indique que 3 100 000 personnes, soit 9% de la population âgée de 18 à 65 ans, ayant été scolarisées en France, sont en situation dʼillettrisme.

La même enquête réalisée en Île-de-France révèle quʼenviron 8% des Franciliens ayant été scolarisés en France, sont en situation dʼillettrisme (10% des hommes franciliens sont concernés, 6% des femmes franciliennes), soit 461 000 personnes.

Sur ces 461 000 personnes en situation dʼillettrisme : 12% ont entre 18 et 25 ans (trois points de plus quʼen métropole) ; la moitié a plus de 44 ans ; les hommes sont plus nombreux (59%), proportion similaire à la métropole ; 80% parlaient le français à la maison à lʼâge de 5 ans ; 30% avaient une mère lectrice régulière ; 58% ont une activité professionnelle, soit près de 270 000 Franciliens.

Parmi elles, 30% utilisent un ordinateur dans le cadre de leur emploi (contre 75% des travailleurs en général) ; 11% sont au chômage, soit près de 51 000 Franciliens ; 20% déclarent ne jamais utiliser de distributeur automatique de billets.

Les Journées dʼAppel de Préparation à la Défense (JAPD) sont également révélatrices de certaines difficultés touchant les garçons et filles de nationalité française : en effet, plus de 11 % des jeunes Franciliens âgés de 17 ans ont des difficultés de compréhension dʼun texte simple, dont 4,7% sont en situation dʼillettrisme (chiffres 2008 – MEN / DEPP)

Politique nationale de lutte contre lʼillettrisme

LʼAgence Nationale de Lutte contre lʼIllettrisme (ANLCI) est un groupement dʼintérêt public qui mobilise et travaille avec ceux qui agissent et peuvent agir au niveau institutionnel et sur le terrain pour prévenir et lutter contre lʼillettrisme. Elle a pour rôle de fédérer et optimiser les moyens mobilisés par lʼÉtat, les collectivités territoriales, les entreprises et la société civile dans la lutte contre lʼillettrisme, de promouvoir les actions dans ce cadre au niveau national et local grâce à son équipe nationale, ses chargés de mission régionaux, un réseau de centres ressources illettrisme et enfin, dʼaccompagner et outiller les acteurs impliqués dans cette lutte.

Agir sur tous les fronts

Prévenir lʼillettrisme dès lʼenfance, agir contre lʼillettrisme pour aider les jeunes à réussir leur insertion professionnelle, sécuriser les parcours professionnels des plus fragiles.

Un vaste réseau de partenaires qui travaillent ensemble pour que lʼillettrisme recule enfin.

Au niveau national : en associant toutes les institutions et partenaires au sein dʼune structure légère et souple, lʼANLCI ne se superpose pas aux administrations mais produit ce qui manque pour que la lutte contre lʼillettrisme puisse se développer à la hauteur des besoins : la structure de lʼANLCI rassemble dans son conseil dʼadministration, son comité consultatif et son conseil scientifique plus de 150 institutions.

Au niveau territorial : avec les plans régionaux de prévention et de lutte contre lʼillettrisme pour mettre en cohérence dans chaque région lʼaction de lʼÉtat, des collectivités territoriales, de la société civile et des acteurs de lʼéconomie.

« Les actions éducatives familiales »

Aujourdʼhui en France 3 100 000 adultes de 18 à 65 ans sont confrontés à lʼillettrisme, et parmi eux des parents qui ont beaucoup de mal à suivre la scolarité de leurs enfants. Pour favoriser la réussite scolaire des enfants de ces parents éloignés de lʼécrit et ne maîtrisant pas la base de la base (lire, écrire, compter), lʼANLCI a mis en œuvre lʼexpérimentation « Actions Educatives Familiales », impulsée par le Haut Commissariat aux solidarités actives.

Une Action Educative Familiale est menée avec et pour des familles, pour qui la non-maîtrise des savoirs et compétences de base : parler, écouter, lire, écrire, calculer, se repérer, rend difficile lʼaccompagnement de la scolarité de leurs enfants, les contacts avec lʼécole, lʼaccès à des équipements éducatifs, culturels, lʼexercice de la parentalité dans toutes ses dimensions.

Pour en savoir plus: www.anlci.gouv.fr