CRDP académie de Créteil - Centre ressources littérature de jeunesse

Télémaque

Rencontre avec Anne Herbauts

 

La Joie par les livresLes soirées illustrées de La Joie par les livres
Jeudi 06 octobre 2005

Anne Herbauts. Photo : site des éditions de l'an 2

 

 

Anne Herbauts

Photo du site des éditions de l'an 2
http://www.editionsdelan2.com

Compte rendu rédigé par Hélène Sagnet, CRDP de l'académie de Créteil, La Joie par les livres
Retrouvez-le au format PDF sur le site de la Joie par les livres :
Les soirées illustrées de La Joie par les livres

Véronique Soulé rencontre…

Véronique Soulé est animatrice de l'émission "Écoute, il y a un éléphant dans le jardin !" diffusée le mercredi matin de 10h00 à 12h00 sur Aligre FM.
Site de Radio Aligre

Ce qui s’est dit ce soir là…
La Joie par les livres et Véronique Soulé nous proposent de découvrir l’univers et la façon de travailler de Anne Herbauts.
Depuis la parution de son premier ouvrage en 1997, Boa, chez Casterman - déjà - en passant par les ouvrages de la collection Les albums Duculot - une collection qui lui semble désormais dédiée - trois bandes dessinées aux éditions de l’an 2 – la dernière étant en cours d’impression - ou les collaborations avec Esperluète, Anne Herbauts, illustratrice belge, ne travaillerait-elle qu’avec des éditeurs belges ?
Ce qui est certain c’est que dans les ouvrages d’Anne Herbauts tout fait sens : le rapport texte image, le support livre, l’oralisation de l’ouvrage... Lors de son travail, long et profond, de conception, tout cela doit se percuter fortement. Comment travaille-t-elle ?
Lorsqu’elle fait un livre elle pense à beaucoup de choses en même temps. Anne Herbauts se sent avant tout auteur-illustratrice, et estime ne pas bien réussir pour l’instant à faire l’un sans l’autre, besoin d’images pour écrire et besoin de texte pour illustrer : « Quand j’écris, j’écris des images et je mets en images des mots ». Sa bibliographie en témoigne, elle a illustré peu de textes d’auteur. Quoi qu’il en soit elle pense apprendre encore, et ne peux pas être catégorique sur ce principe de création, tout est question peut-être de réajustement.
La thématique de son travail est l’entre-deux. « Mon langage naît de la collision du texte et de l’image ». Son œuvre se situe d’ailleurs peut-être là, dans cet entre-deux. Dans ses livres, elle tente de parler de l’indéfinissable, du temps, de la tristesse… Toutes ces choses sur lesquelles il est difficile de mettre des mots. Chacun de ses livres tourne
autour de cela :« je refais le même livre ».

En ce moment Anne Herbauts travaille autour de la question du langage. Son dernier ouvrage, la bande dessinée L’idiot – en cours d’impression aux éditions de l’an 2 – met en scène un personnage qui bégaie.
La question du support est importante et présente dans le travail de l’illustratrice dès le départ. Cette question est d’autant plus évidente qu’elle expérimente de multiples supports – vidéo, cinéma d’animation… - et explore ainsi d’autres voies de création. Il faut donc, selon elle, toujours se demander pourquoi on dit quelque chose sur le support livre et pas sur un autre. L’image que l’on crée pour un livre vise à être reproduite - il ne s’agit pas de peinture ou de dessin – et mise en rapport avec d’autres. « Le livre c’est de la 3D, et la quatrième dimension c’est le temps » explique-t-elle. Il est vrai que dans ses ouvrages on ne peut tout voir et tout comprendre à la première lecture, et qu’il faudra revenir, et revenir encore pour découvrir de nouveaux détails et de nouvelles significations.

L’objet livre, en soi, est de plus en plus la thématique du travail de recherche d’Anne Herbauts. Les pages blanches sont fréquentes dans ses ouvrages, elles ramènent au livre lui-même. Tout comme les pages noires (cf Alice aux pays des merveilles). Ces pages, noires, blanches, n’ont de sens que dans un livre, dans le rapport instauré à l’objet livre ; elles ne signifieraient rien par exemple dans une exposition d’originaux de l’albums. « Pour moi l’espace offert par l’objet livre est un espace de jeu et d’expérimentation, de liberté aussi ».

Revenons sur l’expérience Alice au pays des merveilles :
Alice au pays des merveilles. CastermanAnne Herbauts nous explique que les éditions Casterman lui ont proposé d’illustrer un grand classique. Elle a choisi Alice, un ouvrage lu alors qu'elle était adolescente, et dont la matière lui paraissait malléable, pleine de jeux de mots, de remises en question. Le problème qui s’est vite posé fut celui de la langue, anglaise, qu’elle ne maîtrise pas. Or, pour illustrer, Anne Herbauts a besoin d’aller "chercher" dans le texte et la traduction lui semble être une perte, « un chemin déjà accompli ».
C’est avec sa sœur, résidant à Londres, qu’elle va s’attaquer à une nouvelle traduction du texte qui lui permettra de s’approprier toute cette matière. L’aventure n’est pas simple, Alice est un monument de la littérature, un intouchable. « Comme si la statue de Lewis Caroll se dressait devant nous et que nous donnions de petits coups de pioche jusqu’à ce qu'il ne reste plus qu’un amas de matière à partir duquel, là, nous pourrions commencer à travailler ».
Anne Herbauts part du constat suivant, Alice est un personnage qui a existé (cf. Alice Lidell pour laquelle Lewis Caroll a écrit l’ouvrage), une héroïne à la présence forte qui évolue dans un monde imaginaire – sans existence réelle donc. L’illustratrice va poser ses propres règles de lecture d’Alice au pays des merveilles, et elles vont inverser ces présupposés.
Ouvrir le livre Alice au pays des merveilles d’Anne Herbauts c’est accepter que : « le monde imaginaire est la réalité et donc, Alice n’existe pas ». D’ailleurs voyez-vous Alice sur la couverture de l’ouvrage ? Anne Herbauts précise qu’il fut néanmoins difficile de proposer cette lecture à l’équipe de Casterman, et cela ne nous étonne pas. Lewis Caroll a peu voyagé et pour nourrir le monde imaginaire d’Alice il a beaucoup fréquenté le musée d’Oxford. Anne Herbauts a suivi cette démarche et mené des recherches muséologiques aux musées d’Oxford et de Bruxelles afin d’enrichir son « vocabulaire dessiné ». Dans Alice, il s’agit en effet de pouvoir distinguer le lièvre du lapin, tout de même…
Anne Herbauts nous offre sa lecture de l’image de couverture de l’ouvrage… Elle représente les jurés du procès – lequel se déroule à la fin de l’histoire – appelés par le lapin blanc, et en quelque sorte invités à entrer dans l’histoire. Le livre constitue ainsi, on le comprend bien, une boucle. Preuve en est ce personnage au dos qui lui, en retard, vient du livre.
Les pages suivantes ont été conçues par Anne Herbauts comme une invitation à entrer "dans" le livre, "dans" l’histoire. La première illustration, telle un tableau, n’est pas à bords perdus mais possède un cadre.
Ainsi, explique l’illustratrice, nous n’entrons pas "dans" l’image mais "sur" l’image – sur ce qu’est une image. Les illustrations suivantes sont à bords perdus : nous sommes entrés dans l’histoire. Rappelons ici qu’Alice n’est pas, n’existe pas pour Anne Herbauts. Alice naît de l’étonnement de voir le lapin blanc. Ah est une lettrine. Alice n’est qu’un « A » en ce début d’histoire, elle en a la forme. Rappelons également que la page est le monde imaginaire. Ainsi, lorsque Alice se retrouve coincée dans la maison du lapin blanc, après avoir absorbé une substance qui l’a faite grandir, c’est au bord de l’espace page qu’elle se cogne – pas besoin de représenter la maison du lapin.
Voici donc le procédé qu’Anne Herbauts a conçu pour nous faire entrer dans l’histoire, comment en sortirons-nous ? L’illustratrice a pensé à tout. Lors du procès final, la reine hystérique balance un encrier. L’encre empli la page et nous dit, nous rappelle, qu’en fin de compte… ce n’est qu’une feuille de papier. Nous ne sommes plus dans le monde imaginaire.
Une dernière illustration, formellement semblable à la première, c’est-à-dire telle une peinture et avec un cadre, nous permet de sortir du livre. Cette illustration fait référence au tableau La mort d’Orphée et conclut sur ce qui est peut-être l’un des thèmes centraux du livre, la mort d’Alice, nous précise Anne Herbauts.

L'arbre merveilleux. Casterman

Anne Herbauts nous dévoile comment l'histoire de L'arbre merveilleux permet une mise en abyme du livre lui-même :
Le personnage principal est une sorcière faiseuse d’histoires. Elle possède un fil magique, un fil à histoire. Au début du récit ce fil magique est dérobé, puis jeté. En jetant ainsi « le fil de l’histoire » les protagonistes opèrent une projection vers l’avant. La sorcière quant à elle, n’a plus qu’à rembobiner l’histoire pour retrouver les coupables. Au terme du récit, les personnages fautifs voudraient quitter le livre, s’échapper, mais ils ne le peuvent pas puisque dans ce cas, il n’y aurait plus d’histoire.

 


Dans La maison bleue, le personnage du livre tente de rendre sa maison toujours plus belle, mais quoi qu’il fasse, les oiseaux qui se situent au-dessus de lui trouvent toujours à redire. Comment leur clouer le bec ? C’est grâce au livre que cela sera rendu possible. Le héros peint sa maison dans le ciel, et il n’y a que dans un livre qu’on peut faire cela.

Lundi. Casterman
Pour Lundi, Casterman a donné à Anne Herbauts une très grande liberté de conception. Mais l’illustratrice a beaucoup réfléchi avant de se lancer dans ce projet. Elle craignait le piège que constituait une trop grande liberté formelle qui aurait pu conduire à la réalisation d’un livre purement graphique, dont l’histoire aurait été secondaire. La demande d’Anne Herbauts à son éditeur fut d’une part, de pouvoir utiliser toujours le même papier, blanc, et d’en faire diminuer le grammage au fil des pages et d’autre part, de rendre le livre tactile par l’embossage du papier.
Ces contraintes techniques ont eu des conséquences sur le récit. Un papier fin est un papier transparent. Anne Herbauts a pris en compte cet élément et en a fait un principe narratif à part entière. Les pages en transparence permettent une projection, voir ce qui est passé et ce qui est à venir… La couverture, découpée en son centre selon la forme d’une maison, principe formel, fait également sens : dès lors qu’on tourne la page, la maison disparaît.
Le thème de l’ouvrage est la perte et la mort. Ceci prend réellement corps. « Dans cet ouvrage la perte du personnage est signifiée par la perte de la matière même du livre, le papier » explique Anne Herbauts. Au fur et à mesure du récit, la neige recouvre Lundi jusqu’à ce qu’il disparaisse, et pourtant Lundi est toujours là "sur" les pages suivantes, il suffit de toucher la neige sur le papier – technique de l’embossage – pour le sentir. À la dernière page apparaît un nouveau Lundi, il est un peu différent – à comparer avec le Lundi du début du récit – puis la première phrase de l’ouvrage est à nouveau écrite, le papier reprend également le grammage initial. Temps qui passe, livre en boucle. Justification totale, signifiance extrême des procédés techniques utilisés : embossage, grammage, découpe.

La petite soeur de Kafka. Esperluète éditionÀ propos de La petite soeur de Kafka, Anne Herbauts nous explique que ce texte lui a été proposé par André François. Elle est peu coutumière de ce type de collaboration et avoue avoir eu beaucoup de mal à concevoir les illustrations de ce texte qu’elle trouve très beau. Elle a beaucoup échangé avec l’auteur. Elle a relu Kafka et pensé ne pas y arriver. Elle se demandait qu’apporter au texte. L’idée du sur-encrage, de ce "trop" qu’on gommerait au fur et à mesure, est venue. Et pourtant les choses ne fonctionnaient pas. Cela lui résistait. Et un jour, déblocage technique, c’était parti. Anne Herbauts a conçu son illustration comme des pauses dans ce texte qu’elle ne voulait en rien déstructurer. Elle nous confie que lorsqu’elle a reçu ce livre par la poste, il sentait très fort l’encre du fait du sur-encrage, et elle en était très contente. Encore une signifiance de l’objet livre et de ses matières premières.

 

Le cinéma d’animation et la question du support de création :
Anne Herbauts a reçu une bourse pour un travail d’expérimentation sur la narration. Depuis longtemps elle souhaitait s’essayer au cinéma d’animation en volume. Elle a donc écrit une histoire "pour" ce support spécifique. En deux ans, elle a réalisé un film de 8 minutes et 12 secondes, Et Jean s’est perdu dans ses pensées. Elle évoque avec humour ce travail si particulier qui crée un étrange rapport au temps et impose de se questionner sur la notion de temps qui passe. Le film raconte la rencontre entre Jean, un ours, un certain Monsieur Cuillère à thé en train d’infuser ses pensées et un corbeau bavard et bruyant, percepteur de pensées.

La lettre. CastermanSon éditeur, Casterman, lui a proposé de faire un livre en rapport avec ce film d’animation : La lettre. Anne Herbauts n’avait pas pensé à la complémentarité d’un support livre lors de la création du film. Elle ne voulait pas faire ce qu’elle qualifie de « livre emballage ». Le livre n’a donc rien à voir avec le DVD. C’est un ouvrage très graphique dans lequel on retrouve des photographies d’objets présents dans le film. Ces objets furent le point de départ de la création du livre.

 

Véronique Soulé nous rappelle la relation particulière qu’Anne Herbauts entretien avec son éditeur et l’interroge sur le rôle de ce dernier dans son travail de création. L’illustratrice explique qu’Arnaud Delacroix, son éditeur, était un des
membres du jury de l’académie des Beaux-Arts de Bruxelles où elle a étudié. C’est la raison pour laquelle il a repéré son travail et lui a proposé de collaborer aux albums Duculot.
Au début de leur collaboration, l’ouvrage Que fait la lune la nuit (1998) a très bien fonctionné, ce qui lui a fait craindre qu’on lui redemande le même type d’ouvrage. L’ouvrage suivant fut Pataf a des ennuis (1999), qui n'avait rien à voir avec le précédent : un livre petit format, réalisé à l’ordinateur, et qui n’a pas du tout "marché". Pourtant l'éditeur a continué à lui laisser une très grande liberté. Pour chacun de ses livres qui fonctionnent, c’est un peu de liberté de gagnée pour la suite.
Anne Herbauts apprécie l’implication de son éditeur. Celui-ci est très attentif à l’écriture et il l’aide à alléger un texte qu’elle trouve parfois trop bavard. Il ne touche pas à l’image. De fait, elle continue à travailler avec lui, même s’il n’est plus aujourd'hui chargé des albums, mais de la BD.
La relation avec une maison d’édition est complexe. Les interlocuteurs à convaincre sont multiples. Le suivi de la fabrication d’un livre peut être épuisant et le résultat est parfois décevant, comme ce fut le cas pour Silencio, dont le papier a bu la vivacité des couleurs.

La bande dessinée
Anne Herbauts nous avoue qu’elle tente d’éviter de parler de Bande Dessinée. En effet autant elle structure très fortement son propos dans les albums jeunesse autant tout est différent pour la BD : « Il y a quelque chose de plus personnel, et les choses se font plus instinctivement ». Les possibilités de narration offertes par ce support lui semblent infinies : « On peut s’y perdre ». Anne Herbauts nous explique qu’en BD l’action se situe dans l’inter case et que de fait ce qui se passe n’est pas dessiné.
« La BD a à voir avec la ponctuation. Les blancs de la BD sont comme des silences, ils offrent des respirations » ajoute-t-elle. La BD se situe donc dans un temps très différent de l’album jeunesse.

Quelques exemples de Bandes dessinées :
La BD Vague propose une expérience. Par la répétition de la couleur bleue, l’auteur crée une mémoire, comme autant de restes de phrases.

Par-delà les nuages. L'an 2 Par-delà les nuages lui a été inspiré par l’architecture des pylônes électriques en montagne ainsi que par les striures visibles à la surface des roches. Dans cette histoire où le monde est en pente, le rêve des hommes est d’évoluer sur une surface plane. La seule solution semble être d’aller voir par-delà les nuages comment est le monde…

Autoportrait est un album de douze planches pour dire qu’elle n’arrive pas à faire son autoportrait.

Une autre forme d’expérimentation à laquelle Anne Herbauts pensait depuis longtemps se concrétise dans le projet L’idiot. Il s’agit d’une bande dessinée et d’un film expérimental, deux supports distincts formant une œuvre, et conçus comme telle.

L’album jeunesse et le jeune public
Anne Herbauts conçoit le livre comme un tout et ne se pose nullement la question de l’âge de son lecteur. C’est le métier de l’éditeur, ensuite. L’album jeunesse est pour elle une forme de narration particulière qui n'est pas spécifiquement destinée à un jeune public, plutôt peut-être à des adultes qui veulent rester jeunes, ironise-t-elle. Chacun en fait abordera l’ouvrage avec le langage qui lui est propre. Au-delà de la question du lectorat, l’album est un espace de liberté et d’expérimentation. Anne Herbauts ajoute sur la question de la narration : « Je pense être très "mauvaise" pour raconter des histoires. Le terme "raconter" ne me convient pas ».

La technique
Anne Herbauts utilise de nombreuses techniques. Chaque technique constitue un médium, un vocabulaire spécifique : « Je prends tous ces médiums et je tente de parler avec cela ». Lorsqu’on dessine, il y a toujours un morceau du personnage qui est juste, explique-t-elle : « Dès qu’on recommence le personnage, la main connaît le chemin et cela se sent dans le trait ».
Elle tente donc de trouver un équilibre entre un dessin "mal fait", amenant une fragilité, une émotion juste et un dessin "bien fait", moins sincère et moins juste.
Anne Herbauts évoque des ouvrages réalisés avec des techniques différentes : Pataf, qu’elle aime beaucoup, fait à l’ordinateur et dont la technique infographique est bien visible ; Silencio pour lequel elle a cherché à parvenir à un « bruit visuel » avec une technique de collage, de remplissage : « Le blanc est dans l’image, le blanc est dans l’écriture, le silence est dans les phrases ».
La réalisation technique des ouvrages est rapide pour Anne Herbauts, de quinze jours à un mois, parce qu’elle est impatiente de voir le résultat.
Elle ne fait pas de crayonnés et réalise directement les illustrations. Mais la conception préalable d’un livre peut-être très longue, jusqu’à deux ans : « Avant de passer à l’écriture il faut que cela décante ».

Amanda Chocolat. MilanL’illustration de livres de Poche
Anne Herbauts a illustré Amanda Chocolat de Bernard Friot – Milan, collection Cadet, 2004. Elle a accepté ce travail parce qu’elle aime l’univers de Bernard Friot et le concept de cette collection qui propose trois fins différentes à une histoire. Elle a tenté de suivre et de rendre ce concept dans son illustration, mais c’était trop compliqué sur un si petit format. Elle a alors décidé de s’amuser, et de trouver de nouveaux procédés graphiques un peu provocants. Elle a bien tenté de faire tenir du chocolat sur sa page d’illustration mais en vain…


Pour en savoir plus...   
Le site de Anne Herbauts
Voir des pages de L’idiot

Compte rendu rédigé par Hélène Sagnet
Le 14 octobre 2005

Voir aussi...

Les soirées illustrées de La Joie par les livres
Retrouvez d'autres comptes rendus des soirées illustrées sur le site de La Joie par les livres.

L'espace et le temps occupent une place primordiale dans le travail de Anne Herbauts. Une fiche pédagogique du comité de lecture Télémaque est consacrée au traitement de l'espace et du temps dans la littérature de jeunesse et en particulier à la façon dont il est matérialisé dans l'œuvre de cette artiste.
La fiche pédagogique sur l'espace et le temps

D'autres rencontres avec des auteurs ou des illustrateurs

© Académie de Créteil/CRDP/Télémaque - 20/12/05 - contact
RENCONTRES Accueil Télémaque Accueil CRDP accueil du site académique