CRDP académie de Créteil - Centre ressources littérature de jeunesse

Télémaque

Autour des contes...

consulter la bibliographie

Autour des contes...  

Introduction

Autour des contes. IllustrationLes contes véhiculent une culture populaire venue de la tradition orale et possèdent un aspect intemporel, souvent sans localisation précise. Leurs origines rejoignent celles des mythes et des légendes aux motifs universels. C'est pourquoi on les retrouve, avec des variantes et des transformations, dans de nombreux pays (en Inde, en Arabie mais aussi en Chine, en Afrique...).
Avec des grands, on pourra ainsi souligner le fait qu'il n'existe pas une seule origine d'un conte, mais souvent, plusieurs versions comportant des éléments qui diffèrent.
Les contes populaires français ont été collectés et fixés à l'écrit par des auteurs tels que Perrault (17ème siècle), puis les frères Grimm, mais avaient déjà à l'époque, subi des transformations, des évolutions de bouche à oreille. On peut donc dire que tous sont déjà des "variantes".
Hans Christian Andersen (19ème siècle), quant à lui, a écrit cent-soixante-quatre contes, imprégnés de romantisme et associant le merveilleux à l'ironie. Empruntant des idées aux contes populaires qui lui fournissent un point de départ, ses contes mettent en scène des rois, des reines réels ou légendaires, des animaux, des plantes, des créatures imaginaires (sirènes et fées) et des objets magiques. Il ne cherche pas à être moralisateur.

On peut signaler que les contes modernes (ceux de Pépito Matéo par exemple) bousculent la structure traditionnelle ("il était une fois", récit au passé, morale sous-jacente...). Mais nous avons choisi pour ce travail de nous limiter à quelques contes traditionnels de référence.

Cette fiche n'a pas pour objectif de présenter un travail de recherche sur le conte, ni un travail sur sa structure, mais de fournir quelques pistes à partir des interprétations illustrées de certains contes, et leurs réécritures ou utilisations variées dans la littérature de jeunesse.

Les pistes proposées permettront de montrer aux élèves qu'une adaptation ou une transposition n'est pas nécessairement réductrice, mais au contraire, participe souvent d'un choix créateur.
Cette perspective permet également d'aborder la notion d'intertextualité si présente dans l'univers du conte. Ainsi, nous avons choisi de développer :
Les interprétations des contes par différents illustrateurs
Les réécritures par des auteurs et illustrateurs contemporains :
- les transpositions
- les parodies et les détournements
- les références, allusions et citations
Ces deux grandes catégories ordonnant la bibliographie associée à la fiche.

Ce travail n'est pas exhaustif, mais les pistes de réflexion proposées sont transférables à d'autres titres et les procédés utilisés par les auteurs pourront être réinvestis en production écrite.

Pistes d'activités

Activités transversales aux deux catégories   

Le Petit Chaperon Rouge. Grasset jeunesse- Lecture (ou écoute) des textes "source". C'est parce que les enfants connaissent le conte de référence qu'ils peuvent comprendre et apprécier les interprétations, les réécritures ou les allusions.
- Débat argumentatif : exposer ses préférences au niveau des différentes versions d'un même conte, et argumenter ses choix.
- Débat interprétatif : rechercher les livres qui suscitent le débat interprétatif (Mina je t'aime, Le petit chaperon vert, Le petit chaperon rouge de Sarah Moon...).
- En primaire, les analyses et les comparaisons pourront être centrées sur les personnages, les objets, le lieu, l'époque, les épisodes principaux. À partir du collège, les élèves pourront aborder un travail sur la structure du récit.
- Pour toutes les versions d'un conte, élaborer des fiches sur les personnages (caractère, attitude, comportement, habillement...), les comparer, les classer, les retrouver dans les contes de référence.
- Constituer un imagier des différents personnages de contes, ou un imagier des objets, des lieux... à partir des différentes variantes. Utiliser cet imagier pour inventer de nouveaux contes, des salades de contes.
  

Interprétations par l'illustration   

Les contes étant issus de la tradition orale, on peut constater que, à partir d'un même texte, ce sont les illustrations qui donnent une tonalité et une interprétation différente au récit. Après une comparaison des versions existantes, chacun aura le droit de s'inventer sa propre interprétation d'un personnage ou d'une situation.
- Trier les ouvrages en deux grandes catégories : sans texte, avec texte.
- Montrer en quoi les illustrations, que l'ouvrage comporte du texte ou non, orientent la compréhension selon la perception de l'auteur. Plus les détails de l'illustration sont précis et plus la réception est orientée. C'est en comparant des versions différentes et variées que l'enfant pourra se créer son propre réseau de références et ses projections personnelles.

À partir des interprétations sans texte   

  - Faire reconstruire le sens par l'image et comparer avec le texte source. Si des différences apparaissent, retrouver dans les images à quel Le Petit Chaperon Rouge. L'école des loisirsmoment apparaît la divergence et pourquoi.
- Pour Le Petit Chaperon rouge de Rascal :
- Écrire l'histoire à partir de tous les éléments codés.
- Inversement, réfléchir à un codage pour faire le récit d'un autre conte.
- La version de Rascal se termine sur une page rouge (le sang de la petite fille, de la grand-mère ?). Inventer d'autres pages codées pour une autre fin.
- Le même type de travail peut être mis en place à partir des albums codés de Warja Lavater.

- Au collège, mettre en place des activités d'écriture sur les albums sans texte. Par exemple, à partir de l'album de Rascal, Le petit chaperon rouge, travailler l'interprétation (image des ciseaux, lien avec la symbolique du chemin des aiguilles et des épingles... ). Faire des recherches du point de vue de l'aspect symbolique.

À partir des autres versions   

  Certains récits, par exemple Boucle d'Or et les trois ours, ne contiennent pas dans le texte de descriptions précises des personnages, ou d'indications particulières sur l'époque, ce qui permet des interprétations variées (personnages, décors, environnement, costumes...) sur un même texte.
- Relever les éléments qui montrent que dans la version de Boucle d'Or et les trois ours de Steven Guarnaccia, si le texte reste inchangé, tout l'environnement est moderne : la petite maison est une construction vitrée, le mobilier semble dater des années soixante, les objets sont des créations de designers, les ours sont habillés de façon moderne, la mère est maquillée...

Boucle d'Or et les trois ours . Le Seuil jeunesse- Comparer des variantes de contes qui reprennent les mêmes motifs et les mêmes fonctions au niveau de l'illustration, au niveau du texte. Par exemple Le petit Poucet et Hansel et Gretel mettent en scène des enfants abandonnés par leurs parents dans la forêt, La Barbe-Bleue et L'oiseau d'Ourdi traitent tous deux du thème de la chambre interdite.

- S'intéresser à l'atmosphère (peur, humour, époque...). Repérer les techniques d'illustration qui expriment cette atmosphère, à travers le choix des couleurs, les traits des personnages, les décors utilisés (comparer les petits chaperons rouges de Jean Claverie, de Suzanne Janssen...).
Pour illustrer La Barbe-Bleue, Eric Battut choisit de donner un aspect sombre et lugubre où le bleu, le blanc et le noir dominent avec parfois des tâches de rouge, couleur de sang.

- Dans Hänsel et Gretel illustré par Anthony Browne, repérer les indices de l'image qui montrent que la marâtre se transforme en sorcière (chapeaux pointus dissimulés dans les rideaux, dans le reflet de l'armoire...).

La Belle et la Bête. Illustration- Dans l'interprétation d'Eric Battut de La Belle et la Bête, l'image semble théâtralisée, entre danse classique et théâtre de marionnettes (masque, ossature de la Bête...).
- repérer les dominantes de couleurs et les effets qu'elles engendrent ;
- repérer les éléments qui font penser au théâtre ;
- comparer avec les autres versions proposées dans la bibliographie (Nicole Claveloux, Etienne Delessert, Marcelino Truong... ).

- En fonction des interprétations de La Belle et la Bête, la représentation de la bête est plus ou moins effrayante et repoussante.
- analyser les éléments de l'illustration qui font ressortir la monstruosité de la bête, sa personnalité, ses sentiments ;
- comparer l'épisode de la métamorphose dans les différentes versions ;
- rechercher d'autres métamorphoses dues au miracle de l'amour (Riquet à la houppe).

- Les trois adaptations de Peau d'Âne proposées dans la bibliographie sont très différentes, autant au niveau du texte qu'au niveau des illustrations. Les élèves pourront comparer :
- l'épaisseur des formats ;
- la place, la taille des illustrations et leur rapport avec le texte ;
- les décors et l'époque représentés (Venise au XVIIIème siècle pour Eric Battut, un cadre oriental pour Anne Romby, redingotes du XIXème siècle pour Sibylle Delacroix...)
- le texte (typographie, texte rimé ou non...) ;
- la longueur du texte des différentes scènes, les raccourcis utilisés ;
- le choix des illustrations de couverture ;
- l'incipit, la scène de clôture ;
- le temps (les temps) utilisé(s) pour le récit ;
- l'utilisation de dialogues ;
- les interventions de l'auteur.

- Georges Lemoine, dans sa version de 1999 de La petite fille aux allumettes chez Nathan, transpose l'histoire dans Sarajevo en guerre. Analyser le sens donné par cette interprétation, repérer en quoi ces illustrations s'harmonisent parfaitement avec le texte, rechercher dans d'autres contes interprétés par des illustrateurs, des liens avec l'actualité.

Le Chat Botté. Illustration- À partir des différentes versions du Chat Botté :
- comparer les représentations physiques du chat et rédiger une fiche descriptive pour chaque version (taille, couleur du pelage, couleur des yeux, costume, style des bottes, posture, mâle ou femelle...). Effectuer le même travail pour les représentations du meunier. Comparer les rapports de taille entre le meunier et le chat dans les différentes versions.
- établir un parallèle avec le texte et dresser le portrait moral du chat en relevant les traits psychologiques et les qualificatifs employés dans les différentes versions (malin, sournois, fidèle, rusé, menteur, cynique, cruel...).
- proposer aux élèves plusieurs illustrations du Chat Botté représentant la même situation (la fausse noyade dans la rivière, le chat interpellant les paysans...). Les comparer et remarquer que les interprétations variées des illustrateurs provoquent une perception différente du Chat : malicieux, inquiet, menaçant, effrayant, orgueilleux...
- comparer les représentations du chat à la fin des différentes versions : dans certains livres, il redevient félin, dans d'autres, il reste botté et anthropomorphisé.

À partir des différentes versions de Pinocchio :
- comparer les traits physiques du personnage qui sont mis en relief, en particulier les différentes représentations du nez de Pinocchio. Analyser les impressions produites ;

- imaginer pour chaque version, d'après les illustrations, dans quel pays se situe le récit. Comparer avec les indications données par le texte ;
- repérer et lister les différents lieux représentés, ceux où le personnage séjourne longtemps ;
- recenser les diverses métamorphoses de Pinocchio. Relever pour chaque version, celles qui sont représentées par l'illustrateur ;
- écrire et illustrer un autre épisode des aventures de Pinocchio, dans lequel il rencontrerait deux ou trois héros d'autres contes.

Pinocchio. Hachette jeunesse- Mettre en rapport des versions masculines et féminines de certains contes initiatiques (Le petit Chaperon Rouge). Dans les interprétations masculines de ce conte, le loup est souvent debout, séducteur. Les femmes proposent des versions plus angoissantes de la dévoration et de l'allégorie du viol. Les illustrations de Sarah Moon, de Suzanne Janssen, d'Isabelle Vandenabeele sont particulièrement propices aux débats interprétatifs.

- Rechercher s'il existe un décalage texte/image et ce qu'il apporte au conte (complément de sens, ouverture sur un débat, mystère...).
- Comparer les différentes interprétations d'un même personnage, principal ou secondaire, dans les différentes versions de quelques contes (Le petit Chaperon rouge, Barbe-Bleue, Le Chat Botté, Boucle d'Or...).
Montrer en quoi la version personnelle que chaque illustrateur donne des personnages présente des variantes psychologiques, physiques. Par exemple, dans la version de Paul Galdone, Les trois ours, Boucle d'Or est représentée comme une petite fille effrontée, qui fait bêtise sur bêtise. D'autres illustrateurs lui donnent un air de petite fille modèle. Voir en quoi ces interprétations influent sur la perception du lecteur et la représentation qu'il a du personnage.
Le Chat Botté. Épigones- Analyser et comparer l'illustration de présentation et l'illustration de clôture : un même personnage peut subir une évolution au fil des différentes illustrations...
- Comparer dans les différentes versions d'un même conte les épisodes que les illustrateurs ont choisi de représenter. Comparer les différentes illustrations d'une scène, d'un moment clé.
- Dégager les thèmes récurrents ou divergents chez les illustrateurs pour l'ensemble de l'illustration d'un conte.

- Travailler sur le découpage du récit propre à un illustrateur. Ce découpage résulte nécessairement d'un choix qui peut faire penser à l'écriture d'un scénario dans lequel tous les éléments ne sont pas exposés. À partir d'un conte, demander aux élèves de choisir les épisodes qu'ils souhaitent mettre en image en justifiant les raisons de leur choix.
- Relever des extraits de descriptions des personnages dans les différentes versions et demander aux élèves de les illustrer. Comparer les résultats.
- Dans le cadre d'une liaison CM2/6ème, les élèves de primaire pourront réaliser des cartes d'identité des personnages alors que les élèves de Hänsel et Gretel. Castermancollège retrouveront les versions correspondantes des contes évoqués.

- Au collège, les élèves pourront travailler sur les comparaisons entre les illustrations modernes et les illustrations des premières versions des différents contes. L'enseignant s'appuiera éventuellement sur l'exposition virtuelle de la BNF consacrée aux contes et qui fait une large place à l'illustration des contes (cf. "enjeux et visions de l'illustration", les principaux contes traités dans cette partie étant Les contes de Perrault, La Belle et la Bête et Les contes de Grimm).
- repérer et analyser ce que l'illustration moderne conserve ou renouvelle de la tradition.
Ce travail pourrait s'effectuer en liaison avec les cours d'arts plastiques et de français au collège (6e/5e).

- Comparer les versions de Perrault et des frères Grimm (langue, rythme, morale, rêve, féérie, variantes sur la fin des récits...).

Les réécritures diverses   

Parodies et détournements, pastiches et transpositions...
Travailler sur des réécritures dès les petites classes va aider les enfants à entrer dans les contes, à les comprendre, et leur permettre au collège, de travailler sur la notion difficile de la structure du conte.

Quelques définitions :
Un conte peut en cacher un autre.  Gallimard jeunesseParodie, détournement :
La parodie est une reprise ironique ou dérisoire d'une œuvre, ou d'un genre, qui en caricature les règles, les personnages, les situations ou les stéréotypes. De même que le détournement, la parodie utilise l'inversion, la réduction ou l'amplification, l'anachronisme, les jeux de mots... Elle est très proche du burlesque. Le terme apparaît en France au début du XVIIe siècle.

Pastiche :
C'est un texte qui imite un auteur déterminé en utilisant la même structure littéraire, en reprenant des éléments de contenu et en exagérant les traits spécifiques à son style.

Dans la bibliographie, nous proposons plutôt des transpositions dans l'espace ou le temps que des pastiches.
Le rire ou le sourire du lecteur est presque toujours l'objectif d'une parodie ou d'un pastiche.

Effectuer des tris :
- en fonction de l'histoire d'origine ;
- en fonction du type de réécriture.

Les détournements, les parodies 

Mademoiselle Sauve-qui-peut. L'école des loisirs- Repérer les différentes formes de détournement.
- Dresser une typologie des détournements. Quelques types de détournements :
- introduction d'un ou plusieurs autres personnages (par exemple, dans Le petit chaperon vert, on a un double du petit chaperon rouge. À quoi sert ce double ?) ;
- changement dans le déroulement de l'histoire (Mademoiselle Sauve-qui-peut) ;
- inversion des rôles (Les trois petits loups et le grand méchant cochon) ;
- travail sur le personnage type : rechercher des représentations différentes d'un personnage type (Mademoiselle Sauve-qui-peut, Mina, je t'aime... ? ) ;
- mise à distance du récit par les personnages eux-mêmes (Les trois cochons) ;
- introduction de noms ou de prénoms, alors que dans les contes traditionnels, les personnages n'ont souvent pas de prénoms ;
- changement de point de vue : l'histoire est racontée du point de vue d'un autre personnage (La vérité sur l'affaire des trois petits cochons) ;
- introduction d'événements nouveaux ou d'une dimension supplémentaire (Dans Songes de la Belle au Bois dormant, le texte de Charles Perrault est reproduit dans sa version originale et intégrale, mais au cœur du livre, dans des pages scellées, Frédéric Clément explore les cent ans de sommeil de la Belle).

- Repérer pour chaque titre en quoi consiste le détournement.
- Remarquer que la parodie ne suit pas la structure du conte (Chapeau rond rouge). La parodie détourne, voire inverse les éléments du conte (contenu, morale, structure...).
- À l'aide d'un tableau, relever les éléments du conte traditionnel, les éléments du détournement (personnages, lieux, comportements...). Comparer.

- Dans Mademoiselle Sauve-qui-peut, on assiste à une inversion du personnage type : la victime devient l'agresseur.
- imaginer d'autres relations victime-agresseur à transposer ;
- rechercher d'autres illustrateurs qui proposent des personnages proches de la caricature.

Petit lapin rouge. L'école des loisirs- Dans Petit lapin rouge, l'histoire commence comme un détournement. Lorsque le petit lapin rouge rencontre le petit Chaperon rouge, on se rend compte qu'il s'agit d'une histoire différente qui fait référence au conte connu :
- chercher les éléments qui font tout d'abord penser à un détournement ;
- repérer à quel moment le détournement devient allusion ;
- inventer une autre histoire dans laquelle deux personnages de contes se rencontrent.

- De même, Le Petit chaperon vert, propose un conte dans le conte : au début, le lecteur pense être dans une parodie, jusqu'à la rencontre avec la vraie histoire du petit chaperon rouge. Pour le petit chaperon vert, le petit chaperon rouge n'est qu'une menteuse, une vantarde qu'il déteste.
- trouver à partir de quelle page la parodie se transforme en référence.

- Le livre CD, Le Petit Chaperon de ta couleur propose trois niveaux de lecture : le texte de Grimm, l'image farfelue et débridée, et le document sonore qui accompagne les illustrations, en complet décalage avec le texte écrit.
- repérer les éléments de la parodie (le loup noir est remplacé par un énorme porc tout rose, les personnages prennent le contre-pied de l'histoire et chahutent la trame traditionnelle...).

Rouge Rouge Petit Chaperon Rouge. Le Rouergue- Rouge Rouge Petit Chaperon Rouge est un album en trois couleurs, rouge, noir et blanc qui met en scène une petite fille déterminée, rendue heureuse à la seule vue de la couleur rouge. La grand-mère, acariâtre, se plaint sans cesse et les visites à lui rendre sont une corvée pour la petite fille. Le dénouement féroce ne manque pas d'humour et sera intéressant à comparer avec les fins des autres versions parodiques. Sa rencontre avec le loup lui apportera la délivrance.
- repérer le moment où les illustrations deviennent rouges (au moment de la rencontre avec le loup) ;
- comparer les références à la couleur rouge avec celles de l'album Mina, je t'aime ;
- comparer les personnalités des personnages (petite fille, grand-mère, loup).

- Dans Ma peau d'âne, détournement de Peau d'Âne, les lectures symboliques des illustrations (en particulier les jeux sur les tailles des personnages représentés) peuvent être propices aux débats interprétatifs. L'auteur donne la parole à un objet témoin : un chandelier qui commente des aventures empruntées à différentes variantes du conte.
- sur le même principe, on pourra proposer aux élèves de donner la parole à un objet anthropomorphisé emprunté à un autre conte.

Contes à l'envers. L'école des loisirsAu niveau du collège, on peut étudier avec les élèves le mécanisme, le procédé de la parodie.
- À partir d'un conte "source", dresser l'archétype d'un personnage (psychologie, traits physiques, son univers de références, ce qui lui arrive...). Dans une seconde phase d'analyse, étudier les avatars de cet archétype. Les exemples de personnages à étudier sont nombreux : le Petit Chaperon rouge, les grenouilles qui se transforment en prince, les fées...
- Introduire dans un extrait de roman étudié en classe, un personnage de conte qui vient bousculer l'histoire.
- À partir du roman policier La bête et la belle :
- comparer à l'aide d'un tableau le conte "source" et le roman : les registres de langues, les époques représentées, les ingrédients du conte, ceux du polar...
- réécrire sur le mode de la parodie le début d'un conte célèbre en transposant le début de l'histoire dans un cadre réaliste, à notre époque.

- L'étude de la parodie peut aussi permettre d'analyser l'humour et son fonctionnement : recours à l'anachronisme (cf. transpositions dans le temps et l'espace), recours aux calembours, à l'inversion des rôles...

Contes de la rue Broca. GrassetCertains ouvrages se présentent comme des recueils de textes parodiques (Les Contes à l'envers, Un conte peut en cacher une autre, Contes de la rue Broca), qui autorisent en eux-mêmes un travail d'intertextualité :
- Les Contes à l'envers proposent Le petit chaperon bleu marine (parodie du Petit Chaperon Rouge), La belle histoire de Blanche-Neige (Blanche-Neige) et la Belle au doigt bruyant (La Belle au bois dormant). Les deux autres contes ne parodient pas de contes en particulier mais copient des structures et des personnages traditionnels.
- Un conte peut en cacher un autre regroupe les parodies de six contes traditionnels « détournés avec férocité » : Cendrillon, Jacques et le haricot magique, Blanche-Neige et les sept nains, Boucle d'Or, le Petit Chaperon Rouge, Les Trois Petits Cochons.
- Les Contes de la rue Broca contiennent tous les éléments des contes traditionnels mais l'auteur les confronte aux signes de la modernité et du quotidien d'aujourd'hui (téléphone, voitures, boîtes de conserve...).

Transpositions dans une autre forme littéraire   

  Little Lit. Le Seuil jeunesseÀ la fin du collège, la parodie et le pastiche en tant que transpositions dans une autre forme littéraire pourraient servir à introduire la notion de genres. Un conte peut ainsi devenir une pièce de théâtre, un roman, une bande dessinée, un poème (En attendant le petit poucet, L'enfant océan, Little Lit, La petite fille aux allumettes n'est pas morte).
Dans cette perspective plusieurs axes de réflexion sont possibles :
- Que garde-t-on du conte « source » ?
- Suivant le genre adopté, montrer la manière dont le conte connaît des développements annexes (dans le roman) ou au contraire des ellipses (dans le théâtre)
- Quelles originalités le genre adopté apporte-t-il au conte « source » ?
- Le merveilleux, élément récurrent dans le conte, n'en souffre-t-il pas ?

- À partir du livre-objet La petite fille aux allumettes n'est pas morte (boîte d'allumettes contenant un poème inspiré par le conte), trouver des façons originales de présenter d'autres contes (la botte de l'Ogre, le panier du Petit Chaperon Rouge, la citrouille de Cendrillon...).
- mettre en réseau cette recherche avec Le magasin zin zin et ses collections. Travailler sur la symbolique de l'objet conte.

La transposition théâtrale de Peau d'Âne (Peau d'âne ou la véritable histoire de Peau d'âne racontée par le maître de musique du palais), prétend restituer la vérité historique de l'histoire, tout en conservant un côté merveilleux.
- mettre en évidence l'importance des dialogues et la place donnée à la parole et à la mise en espace ;
- mettre en place, à partir de cette version, un atelier de pratique théâtrale.

L'enfant Océan. Pocket  juniorDans l'adaptation en roman du Petit Poucet de Jean-Claude Mourlevat, L'enfant Océan, rechercher toutes les références (le nom de la ferme, de la famille...), trouver qui est l'ogre. Engager un débat interprétatif sur la fin, énigmatique.
- Le "relookage" des contes de Grimm par Rotraut Susanne Berger est atypique : les dessins n'ont rien de moderne mais la forme (BD) et les libertés prises avec les textes sont très innovantes. Les princesses portent des blue-jeans, les méchants fument des cigarettes...
- rechercher les éléments manquants, les éléments ajoutés. Analyser ce qu'apporte au conte la forme de la bande dessinée, en particulier au niveau des dialogues.

Belle des eaux. Théâtrales jeunesseDans Belle des eaux, le spectateur (ou le lecteur) se rend compte très vite que l'histoire racontée est celle du conte La Belle et la Bête, transposé dans une forme théâtrale et un environnement différent. Parenté revendiquée par l'auteur, qui précise, dans la postface : « Belle des eaux s'inspire, avec une grande fidélité, du conte tel que Madame Leprince de Beaumont l'a fixé en 1756. » Afin de vérifier cette "fidélité", on fera comparer le début du conte aux scènes 2 et 3 de la pièce de théâtre.
Cependant, la forme théâtrale, avec le recours systématique aux dialogues, permet des effets particuliers qu'on mettra en évidence. Par exemple, la réplique favorite de la Bête : « Je suis une bête », dont le sens implicite varie selon la nature des échanges. Ou la répétition systématique de « Voulez-vous être ma femme ? » qui ponctue chaque scène dans le château de la Bête, rythmant les refus successifs de Belle, alors même qu'évoluent ses sentiments vis-à-vis de son hôte monstrueux.
Ou encore, on fera découvrir aux élèves que les indications scéniques (les didascalies) contribuent largement à la monstruosité de la Bête (« Bruit de respiration mouillée »), ce qui pourra donner l'occasion de leur faire écrire de courts textes narratifs reprenant ces indications (cf. Document d'accompagnement de la liste de littérature 2004).

Transpositions dans le temps ou l'espace   

 Mina je t'aime. L'école des loisirs - Rechercher les éléments sur lesquels porte la transposition.
- Repérer dans l'image et le texte ce qui permet de définir l'époque, le lieu (Le petit chaperon rouge de Jean Claverie, Le petit chaperon rouge à Manhattan de Martin Gaite ...)
- Repérer de quelles façons l'espace et le temps sont symbolisés dans les différentes versions.
- Définir en quoi la transposition dans le temps et l'espace induit l'interprétation que l'on fait du récit.

- Dans Mina, je t'aime, chercher les éléments de l'illustration qui montrent que la jeune fille est déjà familière du loup et qu'elle sait très bien que ce n'est pas sa grand-mère qui est dans le lit (tableau accroché dans la chambre, loup dessiné sur la planche à découper, loup sculpté, statue de loup dans la rue, loups sur l'abat-jour ...) ;
- rechercher dans le texte la phrase qui permet de comprendre que Carmina a amené sciemment les trois garçons dans "la gueule du loup". Le livre autorise également un travail sur le vocabulaire autour de la couleur rouge : rechercher toutes les allusions à la couleur rouge (Carmina, joues carminées, sang, cheveux roux, le nom de famille Wolf...) ;
- comparer le contenu du panier de la jeune fille aux paniers des autres versions du Petit Chaperon Rouge. Mettre en relation ce contenu avec la personnalité de la grand-mère ;
- on peut comparer cette version avec celle de Béatrice Poncelet Je, le loup et moi...qui met en valeur également le passage de l'enfance à l'adolescence, l'attirance pour le sexe masculin, les références à la couleur... Cet ouvrage propose en outre un rapport texte-image particulièrement intéressant. Ces deux versions sont assez subtiles pour être analysées au niveau du collège.

Le Petit Chaperon Rouge. Albin Michel- Dans le Petit Chaperon Rouge de Jean Claverie, repérer les éléments du récit qui marquent le changement de lieu, le changement d'époque (le récit se passe en ville, la petite fille traverse une décharge de voitures, la mère est vendeuse de pizzas...) ;
- à partir des illustrations, retracer la vie de Mère-grand (ses goûts, ses habitudes.)
- relever en quoi cette version montre que la place de la femme a changé dans la société : le personnage du bûcheron est remplacé par celui de la mère, la grand-mère utilise l'audiovisuel et les nouvelles technologies...) ;
- montrer comment, à partir d'une même structure littéraire, l'auteur a réalisé des transpositions au niveau du temps, des métiers, des objets...

- L'album Les trois petits cochons d'Arnaud Floc'h alterne sans cesse entre modernité et tradition (cohabitation de charrettes et camions, lampe à pétrole et électricité ... ) ce qui donne une certaine intemporalité au propos et renforce son universalité.
- relever les anachronismes ;
- comparer le message sur la conquête de l'autonomie avec celui d'autres versions plus enfantines.

Le petit Poucet. Didier jeunesse- Pépito Matéo, avec Le petit Cépou nous offre dans une forme de théâtre gestuel, un Petit Poucet des banlieues, qui, dans sa forêt de béton, jouera de ses peurs et les dépassera ;
- faire repérer que l'histoire s'arrête avant la rencontre avec l'Ogre (l'auteur y fait seulement allusion) ;
- rechercher les rapprochements, les différences, comparer les noms des personnages avec ceux des autres versions ;
- montrer que la fin est très ouverte et proposer d'écrire la suite, imaginer l'avenir du Petit Cépou ;
- comparer cette version avec le roman de Jean-Claude Mourlevat, L'enfant Océan, qui propose également une version moderne du Petit Poucet.

- Dans la version du Petit Poucet de Jean-Pierre Kerloc'h, l'auteur met en valeur (voire exagère) certains éléments qui l'intéressent plus particulièrement.
- repérer les éléments mis en valeur ;
- repérer les changements de couleurs dans la typographie et voir ce qu'ils soulignent ;
- comparer le registre de langue particulier avec celui d'autres versions du Petit Poucet.

Références, allusions, salades de contes...   

 
De nombreux ouvrages de notre corpus font référence à des contes célèbres, ou à des motifs culturels développés dans ces contes, de façon plus ou moins explicite. Pour pouvoir profiter pleinement de ces textes, il est bien sûr indispensable de connaître les textes antérieurs auxquels ils font allusion.

- Rechercher dans la BCD des récits qui proposent des références aux contes.
- Retrouver dans ces livres les personnages connus et les contes "source".
- Rechercher les éléments similaires.

Drôle de conte. Thierry MagnierQuelques exemples :
- Dans Drôle de conte, Blanche Neige, le Petit Chaperon Rouge, le Petit Poucet, l'Ogre, le Loup... ont vieilli, et Louis, le héros, les trouve prisonniers de la forêt des contes. Louis trouve un crayon et décide de dessiner une autre fin à l'histoire.
- repérer la "légère transformation" de Louis ;
- inventer sur le même principe, une histoire avec d'autres personnages ;
- utiliser le crayon de Louis pour dessiner une fin à l'histoire.

- À partir de l'album La terrible bande à Charly P, retrouver, à partir des noms des personnages (Chapouge, Chabotté, Tipoucet, BBD, Cendrille, Charly P...), retrouver les personnages de référence, les titres des contes ;
- inventer d'autres personnages à mettre dans l'orchestre, sur le même principe ;
- rassembler différents personnages de contes autour d'un autre thème (banquet, match, pièce de théâtre...) ;
- à la manière de Charly P, intervenir sur l'histoire en la réécrivant.

Le loup sentimental. L'école des loisirs- Dans l'album sans texte de Mitsumasa Anno, Ce jour-là, c'est dans les petits détails de l'image que l'élève s'amusera à retrouver toutes les références aux personnages de contes qui y sont éparpillées.
- les lister avec les élèves. Pour vous aider : Le joueur de flûte (p.11), Pinocchio (p.15), Le chat botté (p.35), Le navet géant (p.19), Don Quichotte (p.19), Le petit chaperon rouge (p.20), Alice au pays des merveilles (pp.10-15), La chèvre de Monsieur Seguin (p.10), La belle au bois dormant (p.13), La gardienne d'oies (p. 8), Cendrillon (p.7), Le petit ramoneur (p. 17)...
- les comparer avec leur univers de référence.

- À partir des albums de Geoffroy de Pennart (par exemple Le loup sentimental), inventer une histoire dans laquelle différents personnages de contes vont se croiser, se rencontrer, faire évoluer leurs caractéristiques ou leur personnalité...

- Certaines références ne sont pas explicites, mais avec des élèves de cycle 3 ou de collège, on peut rechercher des similitudes (Éva au pays des fleurs peut évoquer un parallèle avec La petite fille aux allumettes : solitude, vente dans la rue, mort...).

Lilas. L'école des loisirs- Rechercher des auteurs qui font souvent référence aux contes dans leurs histoires, soit dans le texte, soit dans l'illustration :
Yvan Pommaux , dans John Chatterton, Le grand sommeil, Lilas, cite Le petit chaperon rouge, La belle au bois dormant, Blanche-Neige, mais également Chandler, Howard Hawks... et Giacometti, Ben, Rodin, Cristo... Il sera intéressant de repérer ces évocations avec les enfants, en fonction de leur âge.

Anthony Browne fait souvent référence aux contes : dans Un conte de Petit Ours, au fond entre les arbres, on aperçoit ici et là, la maison en bonbons de Hänsel et Gretel, Le Petit Chaperon rouge, les trois petits cochons, le soulier de verre de Cendrillon, le Chat botté, la pomme empoisonnée de Blanche-Neige.

Blaise et le château d'Anne Hiversaire. L'école des loisirsClaude Ponti parsème également ses albums de références aux contes traditionnels :
- dans Adèle s'en mêle, on peut suivre les péripéties du loup qui voulait suivre le Petit Chaperon rouge et réécrire son histoire ;
- dans La fenêtre, on trouve une illustration du Petit Poucet ;
- dans Le Nakakoué, on trouve une inversion du conte La princesse Grenouille ;
- Parci et Parla rencontrent le Petit Chaperon Rouge devenu aveugle et l'aident à rentrer dans son histoire ;
- dans Okilélé, la rencontre avec la sorcière déguisée en vieille femme près d'un puits (forme récurrente dans les contes) donne l'occasion à l'auteur d'énumérer une série d'épreuves insurmontables. Dans ce même album, on peut trouver de nombreux points communs entre Okilélé à Riquet à la houppe.
- L'Écoute-aux-portes, Blaise et le château d'Anne Hiversaire réunissent chacun sur une double page de nombreux personnages célèbres de la littérature enfantine, qu'il sera intéressant de faire rechercher aux enfants.

Pour aller plus loin   

Une interprétation multimédia du Petit Chaperon Rouge
Proposé sur le site de l'inspection académique de la Mayenne (académie de Nantes), ce scénario pédagogique construit autour d'une animation, s'adresse à des élèves de cycle 1. Voir l'animation

 

Exposition de la BNF « Il était une fois... les contes de fées » 
La BNF a organisé en 200,1 en collaboration avec La Joie par les Livres cette exposition qui offrait de nombreuses informations sur l'histoire des contes et l'évolution du genre, depuis ses précurseurs aux adaptations actuelles.

Exposition du CPLJ « Dans la gueule du loup »
Cette exposition réalisée pour le Salon 2004 s’appuie sur les diverses variantes du Petit Chaperon rouge, depuis la fable nivernaise, sans doute à Textes et Documents pour la classe. Illustrationl’origine du conte, jusqu’aux interprétations les plus modernes, en passant par le texte de Charles Perrault ou celui des frères Grimm.

Un travail réalisé sur le conte La Belle et la Bête décrit sur le site du Carep
La Belle et la Bête : Raconter - Écouter - Écrire
Le descriptif d'un projet réalisé par des élèves de 6ème / CM2 / Grande section de maternelle, à Saint-Denis (93).

Le petit chaperon rouge dans tous ses états
Présentation d'une exposition d'ouvrages du monde entier à partir des versions de Perrault et des frères Grimm.

Deux numéros de la revue Textes et Documents pour la classe sont consacrés aux contes :
- n°788 (janvier 2000)  : Pastiche et parodie De l'art du détournement
- n°832 (mars 2002) : Les contes

Fiche élaborée dans le cadre du Comité de lecture Télémaque, rédigée et mise en ligne par Chantal Bouguennec le 10/12/2004

consulter la bibliographie

© Académie de Créteil/CRDP/Télémaque - 10/12/04 contact
FICHES PÉDAGOGIQUES Accueil Télémaque Accueil CRDP accueil du site académique