Aller au menu Aller au contenu
Retour à la page d'accueil du site Réseau Canopé – Direction territoriale académies de Besançon et de Dijon Retour à la page d'accueil du site Réseau Canopé – Direction territoriale académies de Besançon et de Dijon Lien vers le site du ministère de l'Éducation nationale (nouvelle fenêtre) Retour à la page d'accueil du site Réseau Canopé – Direction territoriale académies de Besançon et de Dijon

Calligraphie

Du bison rupestre à la gestuelle contemporaine

En relation avec le thème d’un projet Arts visuels intitulé "Grand/Petit", Marie Papillon a créé pour l’Artothèque, une calligraphie originale dont elle nous parle.

« Alors que les hommes naissent et meurent depuis un million d’années, ils n’écrivent que depuis six mille ans. » Étiemble

"Dans notre culture, le noir est la couleur négative par excellence, couleur du néant, de l’inconnu, du silence et de la peur, couleur « qui ferme la porte aux rêves et à l’espoir ». En alchimie, le noir est aussi la matière première, le magma qui donne lieu à la naissance des choses (bas du tableau à droite).

Environ 3000 ans avant J.C, du noir sort le carré, présence rassurante et stable, objective, symbole du concret, de la Terre et de ses points cardinaux, également symbole du champ clos (petit carré en bas du tableau).

Véritable puissance de connaissances (la roue, le cercle avec toute sa symbolique) et enchevêtrement des savoirs (le labyrinthe), « grandir » est un jaillissement (feuille placée en vertical).

Jaillissement de l’Homme au cœur de la construction « carré-cercle de la Renaissance » : on entreprend alors une sorte de voyage spirituel, psychique, à travers soi, à travers les écueils de la vie, les succès et les échecs pour se construire, réduire les égarements, se trouver, trouver son propre sens, sa propre image, sa réalité.

Le jaillissement se produit dans le blanc, où tout peut s’inscrire, puisque c’est le lieu de tous les possibles, « vertige de la page blanche » : le cœur du labyrinthe est toujours blanc, vierge…

Du cunéiforme à l’écriture ougaritique, dont l’alphabet est composé de 30 signes, la tête de bœuf, que l’on trouve déjà en Égypte, représente le « a » ; lorsqu’elle se retourne, cornes tournées vers le bas, elle prend place dans les alphabets grec, phénicien et étrusque, aleph devient alpha.

Le A, capitale romaine réservée aux empereurs romains, est le fondement de notre culture graphique, il y a plus de 2400 ans.

Puis, l’écriture évolue : « grandir » s’écrit en Rustica comme sur les murs de Pompéi, en Onciale du IVe au VIIe siècle pour les écritures sacrées (parchemins et moines copistes), en Caroline vers 830 avec Charlemagne, en Gothique au XIVe siècle avec ses multiples facettes, en Chancelière de la Renaissance, Ronde et Anglaise vers 1840 avec la Révolution industrielle, jusqu’à la gestuelle contemporaine, qui va vers l’illisible, telle la signature, sa signature, que l’on appose quand on est grand, adulte, responsable.

Le rouge, quant à lui, est symbole de vie, de sang, de force, d’action, de chaleur, de passion, d’amour, de sexualité, couleur du carré terre et feu. C’est par excellence la société humaine." Marie Papillon

« L’homme est tout entier dans l’alphabet, l’alphabet est une source. »
Victor Hugo

Voir l’œuvre calligraphiée de Marie Papillon

Imprimer cette page

Atelier Canopé 71 – Mâcon - 2, rue Jean Bouvet - 71000 Mâcon
Tél. : 03 85 21 02 30 - Fax. : 03 85 38 20 74 - Courriel : contact.atelier71@reseau-canope.fr

©  Réseau Canopé | Réalisé sous SPIP
Mentions légales

Interface privée