Aller au menu Aller au contenu
Retour à la page d'accueil du site Réseau Canopé – Direction territoriale académies de Besançon et de Dijon Retour à la page d'accueil du site Réseau Canopé – Direction territoriale académies de Besançon et de Dijon Lien vers le site du ministère de l'Éducation nationale (nouvelle fenêtre) Retour à la page d'accueil du site Réseau Canopé – Direction territoriale académies de Besançon et de Dijon

Eau-forte et aquatinte

Deux procédés de gravure

L’eau-forte est un procédé indirect : la gravure de la plaque est obtenue en creusant le métal à l’aide d’un mordant (acide nitrique, perchlorure de fer). Un vernis, suivant les nécessités de la composition, se passe au pinceau, à froid, liquide, ou à chaud, au tampon avec une forme de moule, ou en pâte au rouleau : il protège la plaque dans les parties qui ne doivent pas être creusées par l’acide. La pointe qui n’entame pas le métal court librement sur le vernis.
L’eau-forte permet de jouer sur la force, la qualité des acides, leur dilution, le temps de trempage.

L’aquatinte permet des effets de surface s’apparentant au lavis. Le graveur répand sur sa plaque une couche de poudre de résine, le choix de la grosseur du grain ou de l’intensité de son dépôt étant important. Elle est fixée par un chauffage qui la fait fondre et adhérer au métal. L’acide attaque le métal dans les interstices des grains là où une valeur est nécessaire, les autres parties de la plaque étant bouchées au vernis au pinceau.

Imprimer cette page

Atelier Canopé 71 – Mâcon - 2, rue Jean Bouvet - 71000 Mâcon
Tél. : 03 85 21 02 30 - Fax. : 03 85 38 20 74 - Courriel : contact.atelier71@reseau-canope.fr

©  Réseau Canopé | Réalisé sous SPIP
Mentions légales

Interface privée