Aller au menu Aller au contenu
Retour à la page d'accueil du site du Réseau Canopé – Direction territoriale académies de Besançon et de Dijon Retour à la page d'accueil du site Arts et Culture
Haut de page
Accueil >  Appel à projets et dispositifs EAC  >  PREAC  >  Théâtre

Pièce (dé)montée : Les Mouches

Après La Pierre en 2010 et Soleil Couchant en 2011, le CRDP de l’académie de Dijon publie une Pièce (dé)montée consacrée à la pièce Les Mouches. Texte de Jean-Paul Sartre. Mise en scène d’Éric Ferrand.

 

Les Mouches

Texte de Jean-Paul Sartre

Mise en scène d’Éric Ferrand



_ © Paul Cox

Édito

Le théâtre de Jean-Paul Sartre n’a pas bonne presse. Qualifié de théâtre à thèse, de théâtre bourgeois ou de théâtre philosophique, il est rarement considéré comme du théâtre tout court.

Sartre affirme pourtant avoir voulu écrire du théâtre bien avant de s’intéresser à la philosophie.

« Le théâtre est la forme la plus appropriée aujourd’hui pour montrer l’homme en acte [c’est-à-dire l’homme tout simplement] », écrit-il dans un de ses nombreux articles consacrés à l’analyse de l’esthétique théâtrale.

Le théâtre en effet – du moins celui que connaît Sartre dans cette première partie du XXe siècle – fait exister des personnages dans le cadre d’une action (drama). C’est donc tout naturellement qu’il peut mettre en jeu des situations permettant aux personnages, conformément à la philosophie existentialiste, de se construire et de se définir par le libre choix d’actions assumées.

Que pour s’engager sur ces chemins de la liberté, Sartre ait recours au mythe des Atrides, voilà en revanche qui peut paraître paradoxal : Sartre reprend en réalité dans Les Mouches l’invariant mythique des tragédies antiques pour mieux le dynamiter de l’intérieur.

Dans la réécriture qu’il opère, la « tragédie de la fatalité » se mue en « tragédie de la liberté ».

Et c’est surtout cette réécriture transgressive de la tragédie qui intéresse le metteur en scène Éric Ferrand : après avoir mis en scène en 2009 dans Œdipe tyran l’histoire d’Œdipe, celui qui ne peut échapper à son destin, Éric Ferrand, en montant Les Mouches, veut raconter l’histoire d’Oreste, celui qui entend passer maître de son destin et devenir un homme en assumant un acte librement choisi.

Quel sens, quelle portée cette liberté ont-ils en 2011 ? De quelles libertés disposons-nous aujourd’hui ? s’interroge Éric Ferrand dans une mise en scène où le plateau en liberté, construit à vue et progressivement par les acteurs, devient lui-même en quelque sorte une forme-sens existentialiste.

De réécriture en réécriture (et la réalisation scénique en est une) les élèves pourront ainsi mesurer les potentialités interprétatives liées à l’invariant mythique.

Consulter le dossier pédagogique sur le site du CRDP de Paris



Un dossier rédigé

par Carole Vidal-Rosset

Sommaire

Imprimer cette page

 
Haut de page

Réseau Canopé – Direction territoriale académies de Besançon et de Dijon - 3, avenue Alain Savary - CS 21390 - 21013 Dijon Cedex
Tél. : 03 80 73 85 00 - Fax : 03 80 73 85 18 - Courriel : crdp@ac-dijon.fr

Creative Commons License Réseau Canopé – Direction territoriale académies de Besançon et de Dijon

Interface privée