Aller au menu Aller au contenu
Retour à la page d'accueil du site du Réseau Canopé – Direction territoriale académies de Besançon et de Dijon Retour à la page d'accueil du site Arts et Culture
Haut de page
Accueil >  Appel à projets et dispositifs EAC  >  PREAC  >  Théâtre

Nouvelle parution – Pièce (dé)montée : Sous l’armure

Après La Pierre en 2010, Soleil Couchant en 2011, Les Mouches en 2012, Jean la Chance en 2013, Sirènes et Tartuffe ou l’imposteur en 2014, Canopé académie de Dijon publie une Pièce (dé)montée consacrée à la pièce Sous l’armure.
Texte de Catherine Anne – Mise en scène de Christian Duchange.

Création au Théâtre Dijon Bourgogne, du 8 au 11 février 2016
En savoir plus

 

Sous l’armure

Texte de Catherine Anne

Mise en scène de Christian Duchange

Affiche du Théâtre Dijon Bourgogne
© Graphisme DATAGIF

Édito

L’habit ne fait pas le moine, dit le proverbe. Et si les choses étaient moins simples ? Et si les vêtements que nous portons créaient les rôles que nous jouons ? Et si ce « jeu », loin justement de n’être qu’un jeu, déterminait sérieusement nos existences ? Et si de nos habits (ceux qu’« on » nous met d’abord sur le dos, enfants) dépendait le tissu même de nos vies ? Avoir « l’étoffe » d’un héros, alors, supposerait que l’on nous en fournisse le costume ?
Ces questions, troublantes, Sous l’armure ne les pose pas explicitement, mais le récit tout entier les soulève. Qu’y a-t-il donc, au fond, « sous » nos armures ?
Un château, une guerre, un royaume à défendre – la décision paternelle est prise : au garçon on fera porter l’armure, et à la fille le voile.
Mais cette décision est-elle la bonne ? Cette décision est-elle juste ? Faut-il la respecter ? Ou bien désobéir – pour se respecter ? Délicates questions, dont on ne peut faire l’économie pourtant sans risquer de voir nos propres vies nous échapper : ce que les deux héros de cette histoire vont précisément refuser.
« Échangeons nos habits » ! Une « simple » décision, et voici écartés les destins tracés d’avance par la famille, l’époque, les pensées dominantes. Tout le royaume alors vacille, tout un monde s’effondre. Car trahir les attentes, c’est saper aussi les représentations sur lesquelles elles se fondent – et qui touchent au cœur même de ce que c’est « qu’être une femme » (pense-t-on, croit-on, veut-on) et de ce que c’est « qu’être un homme » (pense-t-on, croit-on, veut-on).
Suivons donc ces héros courageux dans leur juste combat !
Consulter le dossier pédagogique sur le site du Canopé de l’académie de Paris



Un dossier réalisé
par Cécile Duborgel

Sommaire

Imprimer cette page

 
Haut de page

Réseau Canopé – Direction territoriale académies de Besançon et de Dijon - 3, avenue Alain Savary - CS 21390 - 21013 Dijon Cedex
Tél. : 03 80 73 85 00 - Fax : 03 80 73 85 18 - Courriel : crdp@ac-dijon.fr

Creative Commons License Réseau Canopé – Direction territoriale académies de Besançon et de Dijon

Interface privée