Atelier Canopé de Privas Atelier Canopé de Valence Atelier Canopé d’Annecy Atelier Canopé de Grenoble Atelier Canopé de Chambéry
Accueil » Arts et culture » La culture partagée » Conférence Jean-Jacques Millet, paléoanthropologue, 21 novembre 2012, (...)

Conférence Jean-Jacques Millet, paléoanthropologue, 21 novembre 2012, 14h30-17h00

Conférence Jean-Jacques Millet, paléoanthropologue, 21 novembre 2012, 14h30-17h00

Conférence Jean-Jacques Millet, paléoanthropologue, 21 novembre 2012, 14h30-17h00

Entre humanité et animalité, nous cherchons depuis toujours à tracer des frontières pour définir l’humain. Nous avons du mal à objectiver les connaissances scientifiques qui suivant les disciplines tardent même parfois à être intégré. La théorie de l’évolution confirmée jour après jour depuis plus de 150 ans, permet de dessiner un arbre de la vie dans lequel siègent toutes les espèces actuelles et bien entendu, toutes les espèces fossiles. Un arbre dans lequel les primates ne sont pas les seuls. Pourtant, si nous partons d’eux seulement, avec ces 234 espèces environs, les primates dont l’homme portent des caractéristiques qui brouillent les cartes, rendent floue la frontière de l’animalité et la définition de l’homme. Du fait de l’évolution biologique nous partageons des caractéristiques morphologiques indéniablement, des comportements également souvent avec des différences seulement de degré . Une espèce ne se définit pas par sa forme, son ADN, la couleur de son pelage, mais également par ses adaptations, son écologie. Nous pourrions nous poser la question de l’origine de l’outil. Mais alors, pourquoi dater seulement les outils en pierre ? A partir de quand pouvons nous parler de culture ? Nous pourrions nous poser la question de l’origine du langage. Là, ce serait peut-être découvrir pourquoi le Gibbon chante, l’homme parle ou fredonne mais pas le chimpanzé. Et pourtant tous, en société, ils ne peuvent s’empêcher de faire de la politique, ou même de rire. Le rire, l’empathie, la conscience, l’outil, la culture, la mort font partie de nos origines et caractérisent pourtant l’écologie humaine. L’opposition que nous faisons entre animal et homme, n’est qu’une facette de notre interrogation face à ce qu’est l’évolution humaine.