Chambon

Arbres d'Europe: de la forêt au bois - École de Chambon-sur-Cisse (41)

Arbres d'Europe : de la forêt au bois est un partenariat ERASMUS+ incluant une mobilité enseignant et regroupant quatre écoles primaires de trois pays différents: Allemagne, Suède et France. Démarré en 2015, il vient de s'achever en cette fin d'année scolaire.

Pascal Chopard, professeur et directeur de l'école de Chambon-sur-Cisse a accepté de nous parler de ce projet tourné vers l'écologie, l'ouverture et la coopération européenne.

 

Pouvez-vous vous présenter ?

Professeur des école, 52 ans, encore passionné par son métier, directeur d'une petite école en Rpi près de Blois depuis 12 ans.

J'ai déjà participé à 2 partenariats Comenius en 2005-2008 (partenaire ; thème: vie quotidienne des élèves), puis 2009-2011 (coordinateur ; "Regards artistiques sur notre Europe"). L'école a aussi reçu plusieurs assistants linguistiques via Comenius. Je partage une forte sensibilité écologique-développement durable, avec le partenaire briançonnais qui n'est autre que mon frère... qui m'a fait découvrir les partenariats européens !

 

Quand et comment est né ce projet ?

Notre ambition est de former des jeunes Européens ouverts sur le monde qui les entoure et conscients des enjeux d'un développement durable sur notre continent. Nous avons bâti un projet visant à développer leurs connaissances sur la forêt, les arbres et le bois en tant que matériau, dans le but de leur faire prendre conscience de l'importance de préserver cette ressource naturelle et de la valoriser. 

Ce projet autour de l'arbre et du bois est né en 2012 ; candidature Comenius refusée en 2013 ; projet réécrit en 2014 avec partenaire allemand et à nouveau refusé (à cause d'un budget déséquilibré entre partenaires).

Puis il a été présenté avec nos partenaires suédois, allemand et français et retenu enfin !

 

Pourquoi ce thème du bois et de la forêt ?

Mon école est située en bordure de la forêt domaniale de Blois, et les 3 écoles partenaires sont également implantées à proximité de forêts et travaillaient déjà plus ou moins sur ce thème, chacune de son côté. C'est un thème qui s'inscrit complètement dans la démarche de développement durable qui nous tient à cœur, et qui permet une approche pluridisciplinaire propre à l'enseignement primaire.

Pourquoi avoir opté pour ERASMUS+ et que vous a apporté ce programme européen ?

L'objectif principal etait de partager avec d'autres écoliers européens la découverte et l'étude des arbres, de la forêt et du bois de notre environnement, en communiquant notamment par des moyens numériques, dans le but de les sensibiliser au développement  durable.

Les programmes Erasmus+ permettent aux équipes enseignates partenaires de se rencontrer, faire connaissance et vraiment coopérer. Ils donnent les moyens financiers de travailler ensemble et de mener des activités que les crédits courants de nos écoles ne permettent souvent pas.

Nous avons participé à 4 réunions transnationales, qui ont été des moments forts de découvertes humaines, culturelles et professionnelles pour les enseignants impliqués.

 

Comment avez-vous utilisé etwinning dans ce projet ? pouvez-vous décrire quelques activités que l’on trouve sur le Twinspace ?

Le forum d'Etwinning a d'abord permis de rechercher des partenaires lors de la construction du projet.

Mais c'est l'outil de partage en ligne Twinspace qui a été essentiel pour la mise en oeuvre de ce projet qui cible les 600 élèves de 5 à 11 ans et 33 enseignants des 4 écoles primaires impliquées. Chaque école partenaire a étudié la place de la forêt, de l'arbre et du bois dans son environnement, ainsi que leur importance dans la culture de son pays. Ensuite elle a produit des comptes-rendus (sous forme de textes, de dessins, de photos ou de vidéos) de ces études qu'elle a mis en ligne (voir lien ci-dessous).

Enfin, par la comparaison du travail mené dans chaque école, les enfants ont découvert l'environnement et la culture de leurs partenaires en mesurant les ressemblances comme les différences. Chaque école a produit ses documents dans sa langue et en anglais, cela a permis de travailler sur les langues étrangères en situation de communication.

Quel bilan faites-vous du projet ? 

Notre dernière réunion transnationale a dressé un bilan très positif de notre projet qui a eu des impacts mesurables sur les élèves, les enseignants, les familles et le public local.

Chez les élèves on observe un changement d'attitude envers les arbres et la nature en général, l'acquisitions de connaissances scientifiques, le développement de compétences artistiques et manuelles, une meilleure aisance dans l'utilisation des outils numériques et une prise de conscience d'appartenir à une communauté européenne qui partage les mêmes préoccupations et peut travailler ensemble.

Pour les enseignants et équipes d'écoles : des changements d'attitudes aussi, un enrichissement culturel, une ouverture sur les pratiques professionnelles d'autres pays, un perfectionnement de l'usage des langues et des liens créés avec des artistes ou artisans locaux.

Les familles des élèves ont beaucoup apporté leur aide à la réalisation des activités programmées. Elle se sont intéressées au projet en consultant, notamment, le Twinspace dédié.

Et enfin le projet a été également profitable au public local qui a pu bénéficier  d'informations et d'une ouverture vers l'Europe via les expositions dans les écoles, les articles dans la presse locale et le Twinspace.

 

Pour consulter le Twinspace du projet:

Ouvre un lien externe dans une nouvelle fenêtrehttps://twinspace.etwinning.net/10502

Submit