SES JEUNES ANNÉES
Le cercle familial
Des aptitudes littéraires
Entrée dans la vie professionnelle
   
ENTRÉE EN POLITIQUE
Premiers engagements polititiques
Un élu local dynamique
Une brillante carrière
   
UN MINISTRE NOVATEUR ET ÉDUCATEUR
Le grand ministère
Vers la réforme
Transformer l'école
Démocratiser, moderniser
Les Beaux Arts
La lecture, les auteurs
   
PRISONNIER POLITIQUE
ET VICTIME

Jean Zay face aux ennemis de la République
L'affaire Massilia
En prison
En prison, renouement avec l'écriture
L'assassinat
Jugements et postérité

 


 

Premiers engagements politiques

 
     
   


Les JLR d'Orléans en 1928

 

 

Dès le lycée, Jean Zay se passionne pour la politique. En 1928, au retour de son service militaire et à la veille d'une campagne électorale difficile pour les radicaux du Loiret, le jeune homme, adhérent du Parti Radical depuis 1925, ressuscite la section d'Orléans des Jeunesses Laïques et Républicaines. Cette organisation, très à gauche, jeune et ouverte, dont les membres sont socialistes et radicaux, restera pour lui une base militante de prédilection.

Encouragé par le député-maire d'Orléans Théophile Chollet, Jean Zay crée donc la section d'Orléans des JLR, avec des amis essentiellement radicaux : André Gimonnet, Jean Pujol, Jean Hémon. Le jeune président multiplie les interventions, les conférences, et les créations de sections dans le Loiret.

Elu en 1930 vice-président de la Fédération Nationale des JLR, il intervient dans d'autres départements. Pendant l'été 1930, il est délégué des JLR et de la Ligue des Droits de l'Homme, en Allemagne. Au retour, il donne à Orléans une conférence : "Aurons-nous la guerre ?". Union des Gauches et pacifisme sont les deux thèmes de prédilection des JLR.