"IMAGES DE CHARLEVILLE VERS 1900 À TRAVERS QUELQUES CARTES POSTALES ANCIENNES"



  Origines de
  la carte postale illustrée



  Chronologie
  de Charleville



  Tableau "population
  de Charleville"



  Quatre plans
  de l'agglomération



  Brève bibliographie


  Liste des diapositives
  et commentaire



  Quelques suggestions
  pédagogiques



  Textes et documents
   relatifs à l'époque 1900



accueil



Chronologie succinte de l'histoire de Charleville,

parce que le monde actuel date à la fois d'hier, d'avant hier et de jadis.
De la fondation de la ville à son rattachement à la France : 1606 - 1709
De 1709 à la fin de la Révolution et de l'Empire
Charleville sous la Restauration Monarchique : 1815 - 1852
Charleville sous le Second Empire
Charleville sous la République : 1870 - 1966

Fresque du temps relative à quelques monuments ou événements de Charleville (fichier PDF : 9,80 ko)
 

De la fondation de la ville à son rattachement à la France : 1606 - 1709

1606 Charles de Gonzague, duc de Rethel et de Nevers, neveu de Henri IV, décide à la fin des guerres de la Ligue, d'élever "dans sa principauté souveraine d'Arches", une ville, proche de Mézières, qui porterait son nom (Mézières est sise en territoire français, mais la principauté "souveraine" d'Arches, s'étend hors du royaume à l'intérieur de la boucle que fait la Meuse, entre Warcq et le Mont Olympe). Rappelons que la première mention d'Arches remonte à 859 ; elle est alors possession de Charles le Chauve. En 1293, cette terre est achetée par les Comtes de Rethel.
1610-1640 Constructions de la place et de la ville du XVIIème siècle dont les limites correspondent aux actuelles rues de Clèves, de l'Arquebuse, de Bourbon, de Longueville et de Gonzague. L'architecte en fut Clément Métezeau.
1616 Les jésuites s'installent à Charleville où ils fondent un collège, entre la rue Condé et la rue du Moulin où ils occupent trois pavillons.
1616-1620 Construction, place Saint-François (actuelle place Winston Churchill) d'un couvent de Carmélites.
1620 Achèvement de l'église des Capucins, à l'emplacement de la prison actuelle.
1622 Construction du Couvent du Sépulcre, place du Sépulcre, actuelle place de l'Agriculture.
1623 Construction du grand prieuré de la Milice Chrétienne (à l'emplacement de l'actuel Hôpital Corvisart), qui servait d'hôpital et dont la chapelle demeura jusqu'au XIXème siècle église paroissiale.
1624 Construction d'un pont qui, partant du milieu de la place actuelle de l'Agriculture, reliait Charleville au Mont Olympe, acquis par Charles de Gonzague en 1611 (auparavant ce mont était propriété des princes de Conti, de Château-Regnault et s'appelait Mont Castelet).
1626 Construction d'un moulin banal, notre actuel Vieux Moulin.
1627 Construction de la chapelle du Collège des Jésuites, place Saint-Ignace (place Condé actuellement).
1630 Edification de la première fontaine de la place Ducale.
1612-1635 Construction d'une citadelle au Mont Olympe dont les fortifications furent renforcées en 1639, sur ordre de Richelieu et Louis XIII.
1637 Charles de Gonzague meurt à Mantoue. Son petit-fils âgé de 7 ans lui succède.
1667 Ouverture de la Manufacture d'Armes de Charleville qui entraînait la disparition des maisons bourgeoises de la rue de Flandre. En 1688, cette manufacture devient royale.
1679-1680 Un grand viaduc destiné à relier Charleville au Pont d'Arches et à Mézières est élevé par-dessus les prairies basses, facilement inondées, qui bordent la Meuse. C'est alors qu'on aménagea une chaussée pour relier les deux villes : voici l'amorce de notre Cours Briand.
1687-1688 Louis XIV fait détruire les fortifications de Charleville et la forteresse du Mont Olympe.
1687-1697 La voie qui relie les deux villes est améliorée et plantée d'une double rangée d'arbres. Elle prend alors le nom d'"Allées".
1689 On démolit le pont en pierre qui reliait Charleville au Mont Olympe : devenu inutile, son entretien était trop coûteux. La traversée du fleuve se fit dès lors par un bac au niveau du Petit-Bois (situé dans l'espace délimité par les actuelles avenues Forest et du Petit-Bois).
1706 Édification d'une nouvelle fontaine, la deuxième, place Ducale.
1709 Après la mort à Padoue de Ferdinand Charles de Gonzague, dernier descendant du fondateur de la ville, la principauté d'Arches et Charleville, échoit aux princes de Condé d'une part et au prince de Salm, décrétés co-héritiers. Sans perdre pour autant ses privilèges, Charleville est désormais rattachée à la France.



 

De 1709 à la fin de la Révolution et de l'Empire

1735-1737 Construction de deux casernes de part et d'autre de la porte de Flandre, appelées ensuite, casernes Hardy et Dunesne, (noms de deux généraux révolutionnaires des Ardennes). Une seule subsiste aujourd'hui.
1742 Construction d'un Hôtel-Dieu, appelé Hôpital Saint-Louis, qui remplace l'Hospice de la Milice Chrétienne. Situé au même emplacement, cet hôpital fut doté par le prince de Condé d'une magnifique pharmacie (retirée en 1978 de l'hôpital Corvisart, parce qu'elle était devenue trop petite, elle ornera un jour une salle du musée de Charleville).
1750 Agrandissement du port de Charleville (qui s'étend du quai Rimbaud à la place du Moulinet actuels). Installation de la Poste.
1754
le 23 juillet
Incendie du moulin, dont il ne reste que la carcasse de pierre.
1758 La ville pose des plaques en marbre noir, indiquant l'appellation des rues. (rue Noël), on peut en voir une, au dessus de la plaque actuelle, sur la maison d'angle avec la place Condé où on lit encore "rue de la Magdeleine".
1759 Incendie de l'Hôtel de Ville, qui occupait alors un pavillon, sis en angle, à gauche de l'édifice actuel.
1760 Création de la Route Royale de Mézières aux Flandres, l'actuelle avenue de Gaulle et RN51. Pour relier Charleville à cette route, une chaussée, partant de la Porte de Flandre fut aménagée : c'est notre avenue Charles Boutet.
1773 Le Petit-Bois, planté sous Charles de Gonzague dès 1626, est acheté par les magistrats de Charleville, au prince de Condé.
1784 Les maisons de Charleville sont numérotées. Très importante crue de la Meuse qui monta à 1,10 mètre au-dessus du quai Rimbaud actuel. (une plaque en forme de losange, scellée au perron d'une maison du quai, nous le rappelle encore aujourd'hui).
1785 Construction d'un deuxième cimetière à Charleville, hors les murs, au niveau des actuelles rues Waroquier et Alexandre, au-delà de l'avenue Forest vers la voie ferrée. Le cimetière primitif, situé à l'emplacement de la cour actuelle de l'hôpital Corvisart, était devenu trop petit.
1789 Construction d'un théâtre, par Jean Auguste Vallée, au-delà de la Porte de France. C'est l'actuel immeuble occupé par le magasin "Burton of London". Il subsist