"IMAGES DE MÉZIÈRES VERS 1900 À TRAVERS QUELQUES CARTES POSTALES ANCIENNES"

  Origines de
  la carte postale illustrée
  Chronologie
  de Mézières
  Tableau "population
  de Mézières"
  Quatre plans
  de l'agglomération
  Brève bibliographie
  Liste des diapositives
  et commentaire
  Quelques suggestions
  pédagogiques
  Textes et documents
  relatifs à l'époque 1900


accueil
Une chronologie succincte de l'histoire de Mézières, pour mieux dater sites et monuments.

      Bien que d'origine beaucoup plus ancienne que Charleville, Mézières présente aujourd'hui peu de vestiges -hormis sa basilique, quelques tours, deux portes, et quelques immeubles anciens- de son lointain passé, traces isolées, dans des ensembles datant surtout de l'Entre-deux-guerres. En 1900, par contre, Mézières offrait encore un ensemble cohérent des siècles antérieurs.

a) Des origines aux guerres de Religion (1560) : Mézières cité médiévale
b) Les guerres de la Ligue et la construction de la Citadelle (1560-1606)
c) Mézières place forte, du XVIIème siècle à la Convention de déclassement de 1884
            XVIIème siècle
            XVIIIème siècle
            IXème siècle
d) Évolution de Mézières de 1890 à nos jours


a) des origines aux guerres de Religion (1560) : Mézières cité médiévale

859 : Des textes mentionnent un lieu nommé «Arches» alors possession de Charles le Chauve. En 1295, Louis de Flandre achète Arches, qui passe ainsi aux mains des Comtes de Rethel.

899 : Le Comte Erlebalde construit un château «sur une élévation entre deux bras rapprochés de la Meuse» (actuelle place du Château). C'est le point de départ de la ville de Mézières.

920 : L'archevêque de Reims, Hervé, chasse Erlebalde de son château. Le nom de Maceriae apparaît pour la première fois.

vers 1010 : La population de la ville s'accroît par l'arrivée de réfugiés fuyant la région de Grandpré. Hors de la ville, à l'emplacement du faubourg de Pierre, on établit une léproserie.

1176 : Fondation de la collégiale Saint-Pierre, chapitre de douze chanoines.

1214 : Après Bouvines, nouvel accroissement de la population de la ville : les populations riveraines de la Meuse, menacées par Othon IV se réfugient à Mézières.

1233 : Hugues III, Comte de Rethel, accorde une charte de franchises aux habitants de Mézières, qui déjà est une importante bourgade, entourée de remparts depuis 1205. A la fin du XIIIème siècle, les fortifications sont reportées du canal du Moulin (près de la Préfecture) à l'actuel canal de navigation (derrière les Archives). En 1273, des textes attestent l'existence d'une porte ouverte en face du plateau de Berthaucourt : c'est la porte de l'Image, actuelle porte de Bourgogne. Mais l'ancienne porte se maintient sur le canal du Moulin : c'est la porte Ardennaise qui fut détruite au XVIème siècle. A l'emplacement du quartier actuel de la citadelle, la quartier «d'Entre-deux-Portes», ainsi formé, se développe.

1308 : Un gros incendie détruit le château et l'église paroissiale.

1323 : Les papes d'Avignon accordent des Indulgences à l'Hôtel-Dieu de Mézières (le texte est aux Archives).

1342 : Un couvent de Cordeliers se fonde a Berthaucourt ; il dura jusqu'à la construction de la Citadelle en 1590.

1405 : Le roi Charles VI exempte Mézières du paiement des Aides, à la suite de la demande faite par Philippe de Bourgogne, comte de Rethel.

1407 : Extension des fortifications du côté de Saint-Julien.

1409 : Restauration du palais des Tournelles par Philippe de Bourgogne. Ce palais était situé à l'emplacement de la Préfecture.

1468 : Arrivée des réfugiés liégeois dont la ville était brûlée par Charles le Téméraire, duc de Bourgogne.

1499 : Le 25 avril, pose de la première pierre de la Basilique actuelle, qui, progressivement, s'élève à l'emplacement de l'église antérieure, devenue trop petite.

1509 : Construction de la Tour Milard, alors appelée tour de la Bobresse.

1521 : Siège de Mézières par les troupes de Charles-Quint ; la ville est défendue par Bayard. Le 30 septembre, après trois semaines de siège, les impériaux se retirent ; cette victoire coûte cher à la ville. Pour l'aider à relever ses ruines, François 1er, lors d'une visite à Mézières, lui accorde l'exemption de la taille pour une durée de dix ans.

1544 : Construction de la Tour du Roy, qui renforce encore la défense de la ville, ville frontière toujours menacée, d'intérêt stratégique pour le royaume de France, «une des clés du royaume» comme l'écrivait Henri III.
sommaire


b) les guerres de la Ligue et la construction de la Citadelle (1560-1606)

1562 : Mézières, quoique peu touchée par les guerres de la Ligue, doit lever un impôt sur les protestants. Les troupes protestantes de Sedan et Donchery sont menaçantes et le duc de Guise vient en aide à Mézières, contre elles.

1565 : Louis de Gonzague et Henriette de Clèves sa femme devenus les nouveaux Comtes de Rethel, font reconstruire le palais des Tournelles.

Mai 1567 : Louis de Gonzague oblige la ville à paver les rues qui ne l'étaient pas encore, aux frais des habitants, chacun devant chez lui.

1570 : Charles IX, deuxième fils d'Henri II, épouse Elisabeth d'Autriche, en l'église de Mézières inachevée.

1581 : Le Comté de Rethel est érigé en Duché ; Mézières en fait toujours partie.

1585 : Les ligueurs du duc de Guise s'emparent de Mézières, contrainte alors d'adhérer à la Ligue, malgré son désir de neutralité. En 1588, les curés reçoivent l'ordre de refuser les sacrements aux non-ligueurs et en 1589, le 29 mars les habitants doivent signer le serment d'Union à la Ligue : «vivre et mourir en la religion catholique, apostolique et romaine, d'employer leur vie et leurs biens à la conservation d'icelle sans y rien épargner jusqu'à la dernière goutte de leur sang». 663 macériens signèrent, mais 87 refusèrent.

1590 : Après l'assassinat d'Henri III, les guerres de la Ligue prennent une tournure plus acharnée. Mézières doit se défendre contre les assauts des protestants de Donchery et Sedan, donc renforcer son système défensif. Le Comte de Saint-Paul, maréchal de la Ligue entreprend la construction d'une citadelle dans le quartier d'Entre-deux-Portes, dont les habitants chassés doivent se réfugier à Saint-Julien où la ville leur cède des terrains. Précisons que cette citadelle, qui a laissé son nom à un vaste quartier neuf aujourd'hui, se présentait comme un bastion érigé non seulement contre les attaques venues de l'Est, du Sedanais, mais aussi contre la ville elle-même, qui refusait cette forteresse : «pour le devoir et la fidélité que nous devons à cette ville... jamais nous ne prêterons notre consentement à cette citadelle...». Il est vrai que la ville perdrait un riche quartier commerçant au profil d'un ouvrage militaire considérable, qui rejetait vers l'Ouest son centre de gravité.

1592 : Mézières est attaquée par Turenne et les troupes royales. Elle résiste. Mais les Guise, inquiets de la puissance du Comte de Saint-Paul, le font assassiner en 1594.

1595 : Henri IV doit racheter la ville de Mézières pour 70 000 écus ! Il signe alors un traité avec la ville, amnistie les ligueurs et reconduit ses privilèges. Les habitants se soumettent à Louis de Gonzague restés aux côtés du roi... mais la ville ne semble pas sûre.

1599 : Charles de Gonzague et sa femme Catherine de Lorraine, qui ont succédé au duché de Rethel à Louis de Gonzague, font leur entrée à Mézières. Charles est à la fois Duc de Rethel, ce qui lui assure la possession de Mézières, et Prince d'Arches.

1606 : Henri IV vient visiter Mézières et promet vaguement aux habitants d'abattre la Citadelle, mais ne le fait pas. Il autorise seulement le percement d'une porte vers le faubourg de Berthaucourt : c'est la Porte Neuve, aujourd'hui transformée en bibliothèque enfantine.

    La même année Charles de Gonzague décide de fonder Charleville, dans sa principauté souveraine d'Arches. Cette année 1606 est donc capitale pour Mézières, qui perd son rang commercial, pour n'être qu'une place militaire, et qui voit naître à sa porte, Charleville, sa future rivale.
sommaire


c) Mézières place forte, du XVIIème siècle à la Convention de déclassement de 1884


XVIIème SIECLE


1615 : Achèvement de Notre-Dame de Mézières, après 115 ans de travaux.

1617 : Pendant la Fronde, Charles de Gonzague, alors révolté contre le roi, marche sur Mézières qui se rend trois jours après.

1633-1634 : Importante épidémie de peste qui aurait tué 10 000 personnes. Installation des religieuses annonciales pour enseigner aux jeunes filles.

1620-1655 : Pendant la guerre de Trente Ans : extension des fortifications de la Citadelle vers le Theux et Berthaucourt.

1663 : Charles Antoine de la Porte et Hortense Mancini, sa femme, achètent à Charles II de Gonzague le duché de Rethel, dont dépend Mézières, et font leur entrée dans cette ville (Arches et Charleville seuls ont été exclus de la vente).

1674 : Vauban est chargé d'achever les fortifications de Mézières, du côté de Saint-Julien.

1679-1680 : Construction du viaduc de la Prée au Pont, qui relie Mézières à Charleville.

1682 : Incendie de la flèche de l'Eglise Notre-Dame.

1688 : Démolition, sur l'ordre de Louis XIV, des fortifications de Charleville, où l'on reconstruit des murailles droites. Les matériaux issus de ces démolitions vont renforcer les défenses de Mézières dont l'intérêt stratégique reste important. Construction des casernes de la Citadelle.

1690-1691 : Edification de la «Corne de Champagne», qui entoure le faubourg de Pierre et fait partie d'un plus vaste ensemble défensif, appelé la «Couronne Champagne».

1692 : Mézières est réunie avec d'autres places frontières à l'Intendance de Champagne.

1693 : Louis XIV visite Mézières et pose la première pierre de l'Eglise Saint-Louis du Pont de Pierre qui doit remplacer l'église Saint-Lazare. La maladrerie Saint-Lazare est transformée en hôpital militaire et le soin des lépreux confié à l'Hôtel-Dieu.

1697-1698 : Création d'écoles gratuites dans la ville.


XVIIIème SIECLE


1720 : Modification des ouvrages militaires du pont d'Arches.

1732 : Construction place d'Armes, aujourd'hui place de la Préfecture, d'un Hôtel de Ville, qui subsista jusqu'en 1918 où il fut bombardé.

1748 : Travaux importants à la Couronne Champagne et fondation à Mézières d'une école du Génie.

1757 : Création du bois d'Amour, dont les derniers arbres furent coupés en 1954 lors de la reconstruction.

1760 : Etablissement de la Route Royale de Mézières aux Flandres (la R.N. 51, qui emprunte notre avenue de Gaulle).

1780-1790 : Construction de nouveaux bâtiments pour abriter l'Ecole du Génie : c'est l'actuelle Préfecture.

1790-1791 : Durant la Révolution, on assiste à de nombreuses rivalités entre Charleville et Mézières, qui en 1790 devient chef-lieu du nouveau département des Ardennes, reçoit le tribunal correctionnel et le tribunal criminel. En 1791, Mézières s'agrandit du Pont d'Arches, jusqu'ici possession de Charleville, par décision de l'Assemblée Nationale.

1794 : L'école du Génie est transférée à Metz.

1800 : On installe la Préfecture à Mézières ; le premier Préfet fut le Baron Frain.


XIXème SIECLE


1801 : Création d'octrois.

1805 : Une tentative de réunion de Charleville à Mézières sous le nom de Napoléonville est un échec.

1809 : Le hameau du Theux est réuni à Mézières. Il se rendit indépendant en 1872... puis fusionna avec Mézières en 1963.

1815 : Après l'échec de Waterloo, les coalisés se replient sur Mézières, qui, bombardée par les Prussiens installés à Mohon, résiste 42 jours jusqu'à la capitulation.

1835 : Ouverture de la première salle de spectacle de Mézières. Le théâtre s'installe dans la Chapelle de l'ancien Hôtel-Dieu, après que les pourparlers avec Charleville pour la construction d'une salle commune en bas des Allées, aient échoué. Ce théâtre fut détruit lors des bombardements de1918.

1838 : Les soeurs de Sainte-Chrétienne ouvrent une école normale de jeunes filles près de l'église (Institution Notre-Dame actuelle).

1858-1859 : Arrivée du premier train Rethel-Mézières. Une gare commune aux deux villes est construite sur le territoire de Charleville par la Compagnie des Chemins de fer des Ardennes qui en 1863 fusionne avec la Compagnie de l'Est.

1861 : Edification de la flèche actuelle de l'Eglise de Mézières.

1870 : Bombardements de la ville par 94 canons prussiens qui firent 44 victimes et détruisent 269 maisons. L'église fut très touchée. Charleville tout proche ne reçut que deux bombes.

1873 : Installation du 91éme Régiment d'Infanterie à Mézières. Il y resta à la Citadelle jusqu'en 1940.

1884 : Signature de la Convention de déclassement de la place de Mézières, dont l'inefficacité du système défensif devant les techniques militaires nouvelles, avait éclaté en 1870 ; exception fut faite pour la Citadelle, conservée comme entrepôt et casernement ; elle restait propriété de l'armée. Le démantèlement des fortification dura 6 ans. Il s'achevait lors de la parution des premières cartes postales.

sommaire


d) Evolution de Mézières de 1890 à nos jours
Enfin débarrassée de son carcan de remparts, la ville s'étend, se modernise, s'industrialise.

1890 : Démolition du bastion Saint-Paul pour faire passer la route du Theux actuelle.

1890-1902 : Construction des turbines Clément, à l'emplacement des Moulins Pommery détruits en 1870, et démolition du bastion Saint-Antoine pour élargir le canal des Moulins qui les alimente.

1893 : Inauguration de la statue Bayard par Croisy, square Mialaret.

1894-1897 : Installation des usines Clément-Bayard (la Macérienne, qui vient de fermer ses portes).

1899 : Inauguration des tramways réalisés en commun avec Charleville.

1902 : Création d'une école supérieure de filles.

1910 : Le 18 octobre : l'église Notre-Dame est classée monument historique.

1911 : Accident au passage à niveau des deux villes qui détermine la création d'un pont suspendu.

1914 : Occupation de la ville par les Allemands. Le Conseil Municipal reste cependant en place.

1918 - 10 et 11 novembre : Violent bombardement, qui, une nouvelle fois, laisse la ville en ruines.

1920 : Mézières reçoit la Croix de guerre.

1927 : Inauguration le 9 octobre, du monument aux morts de Mézières, tandis qu'une commission intercommunale réunit Charleville et Mézières pour décider des travaux d'intérêts communs.

1933 : Inauguration par le Président Albert Lebrun et par le Lord Maire de Manchester, dont la ville a parrainé la reconstruction de Mézières, de l'Hôtel de Ville et de l'Hôpital Manchester.

1935 : Inauguration du monument au roi des belges, Albert 1er.

1940 : Nouveaux bombardements qui détruisent le faubourg de Pierre, les rues Thiers et des Comtes de Rethel.

1944 : Bombardement allié place de l'Eglise le 7 mai, place Saint-Louis le 11 mai.

1946 : L'église de Mézières est élevée au rand de basilique mineure.

1948 : 11 novembre : Mézières reçoit la Croix de guerre avec citation.

1949 : Acquisition par la Ville de deux bâtiments de la Citadelle, qui rehaussés de deux étages et réaménagés vont devenir Cité Administrative.

1954 : Le 15 septembre : l'Armée signe l'acte de cessions de la Citadelle à la Ville de Mézières, qui avait perdu ce quartier depuis 1590 ! Les travaux de démolition sont entrepris par étapes : d'abord, pour laisser la place aux Archives Départementales ouvertes en 1957, puis au Palais de Justice, tandis que se construisent les premiers blocs HLM (1958).

1959 : Classement de la Porte de Bourgogne, comme monument historique et pourtant en 1960 on prend la décision de l'incorporer aux blocs HLM de la rue de la Porte de Bourgogne.

1965 : Inauguration du Palais de Justice.

1966 : Fusion de Mézières et Charleville, Montcy-Saint-Pierre, Etion et Mohon.


D'autres dates auraient pu être citées ici, mais n'ont été retenues que celles qui présentaient un intérêt primordial.
haut de page